Psychanalyse-Paris.com Abréactions Associations : 8, rue de Florence - 75008 Paris | Tél. : 01 45 08 41 10
Accueil > Bibliothèques > Livres > Psychopathia Sexualis > Rapports entre la cruauté active, la violence et la volupté (Sadisme)

Richard von Krafft-Ebing

Rapports entre la cruauté active, la violence et la volupté (Sadisme)

Psychopathia Sexualis : III. — Neuro-Psychopathologie générale

Date de mise en ligne : lundi 5 mai 2008

Mots-clés : , , ,

Richard von Krafft-Ebing, Études médico-légales : Psychopathia Sexualis. Avec recherche spéciales sur l’inversion sexuelle, Traduit sur la 8e édition allemande par Émile Laurent et Sigismond Csapo, Éd. Georges Carré, Paris, 1895.

III
NEURO-PSYCHOPATHOLOGIE GÉNÉRALE

Fréquence et importance des symptômes pathologiques. — Tableau des névroses sexuelles. — Irritation du centre d’érection. — Son atrophie. — Arrêts dans le centre d’érection. — Faiblesse et irritabilité du centre. — Les névroses du centre d’éjaculation. — Névroses cérébrales. — Paradoxie ou instinct sexuel hors de la période normale. — Éveil de l’instinct sexuel dans l’enfance. — Renaissance de cet instinct dans la vieillesse. — Aberration sexuelle chez les vieillards expliquée par l’impuissance et la démence. — Anesthésie sexuelle ou manque d’instinct sexuel. — Anesthésie congénitale ; anesthésie acquise. — Hyperesthésie ou exagération morbide de l’instinct. — Causes et particularités de cette anomalie. — Paresthésie du sens sexuel ou perversion de l’instinct sexuel. — Le sadisme. — Essai d’explication du sadisme. — Assassinat par volupté sadique. — Anthropophagie. — Outrages aux cadavres. — Brutalités contre les femmes ; la manie de les faire saigner ou de les fouetter. — La manie de souiller les femmes.— Sadisme symbolique. — Autres actes de violence contre les femmes. — Sadisme sur des animaux. — Sadisme sur n’importe quel objet. — Les fouetteurs d’enfants. — Le sadisme de la femme. — La Penthésilée de Kleist. — Le masochisme. — Nature et symptômes du masochisme. — Désir d’être brutalisé ou humilié dans le but de satisfaire le sens sexuel. — La flagellation passive dans ses rapports avec le masochisme. — La fréquence du masochisme et ses divers modes. — Masochisme symbolique. — Masochisme d’imagination. — Jean-Jacques Rousseau. — Le masochisme chez les romanciers et dans les écrits scientifiques. — Masochisme déguisé. — Les fétichistes du soulier et du pied. — Masochisme déguisé ou actes malpropres commis dans le but de s’humilier et de se procurer une satisfaction sexuelle. — Masochisme chez la femme. — Essai d’explication du masochisme. — La servitude sexuelle. — Masochisme et sadisme. — Le fétichisme ; explication de son origine. — Cas où le fétiche est une partie du corps féminin. — Le fétichisme de la main. — Les difformités comme fétiches. — Le fétichisme des nattes de cheveux ; les coupeurs de nattes. — Le vêtement de la femme comme fétiche. — Amateurs ou voleurs de mouchoirs de femmes. — Les fétichistes du soulier. — Une étoffe comme fétiche. — Les fétichistes de la fourrure, de la soie et du velours. — L’inversion sexuelle. — Comment on contracte cette disposition. — La névrose comme cause de l’inversion sexuelle acquise. — Degrés de la dégénérescence acquise. — Simple inversion du sens sexuel. — Éviration et défémination. — La folie des Scythes. — Les Mujerados. — Les transitions à la métamorphose sexuelle. — Métamorphose sexuelle paranoïque. — L’inversion sexuelle congénitale. — Diverses formes de cette maladie. — Symptômes généraux. — Essai d’explication de cette maladie. — L’hermaphrodisme psychique. — Homosexuels ou uranistes. —Effémination ou viraginité. — Androgynie et gynandrie. — Autres phénomènes de perversion sexuelle chez les individus atteints d’inversion sexuelle. — Diagnostic, pronostic et thérapeutique de l’inversion sexuelle.

D.—PARESTHÉSIE DU SENS SEXUEL (PERVERSION SEXUELLE)

Il se produit dans ce cas un état morbide des sphères de représentation sexuelle avec manifestation de sentiments faisant que des représentations, qui d’habitude doivent provoquer physico-psychologiquement des sensations désagréables, sont au contraire accompagnées de sensations de plaisir. Et même il peut se produire une association anormale et tellement forte de ces deux phénomènes qu’ils peuvent aller jusqu’à la forme passionnelle.

Comme résultat pratique, on a des actes pervertis (Perversion de l’instinct sexuel). Ce cas se produit d’autant plus facilement que les sensations de plaisir poussées jusqu’à la passion, empêchent la manifestation des représentations contraires qui pourraient encore exister et provoquer des sensations désagréables. Il se produit toujours lorsque, par suite de l’absence totale des idées de morale, d’esthétique ou de justice, les représentations contraires sont devenues impossibles. Mais ce cas n’est que trop fréquent quand la source des représentations et des sentiments éthiques (sentiment sexuel normal) est troublée ou empoisonnée.

Il faut considérer comme pervertie toute manifestation de l’instinct sexuel qui ne répond pas au but de la nature, c’est-à-dire à la perpétuité de la race, si cette manifestation s’est produite malgré l’occasion propice pour satisfaire d’une manière naturelle le besoin sexuel. Les actes sexuels pervertis que la paresthésie provoque sont très importants au point de vue clinique, social et médico-légal ; aussi est-il indispensable de les traiter ici à fond et de vaincre à cet effet tout le dégoût esthétique et moral qu’ils nous inspirent.

La perversion de l’instinct sexuel, comme je le démontrerai plus loin, ne doit pas être confondue avec la perversité des actes sexuels. Celle-ci peut se produire sans être provoquée par des causes psychopathologiques. L’acte pervers concret, quelque monstrueux qu’il soit, n’est pas une preuve. Pour distinguer entre maladie (perversion) et vice (perversité), il faut remonter à l’examen complet de l’individu et du mobile de ses actes pervers. Voilà la clef du diagnostic. (Voir plus bas.)

La paresthésie peut se combiner avec l’hyperesthésie. Cette combinaison clinique se présente très souvent. Alors, on peut sûrement s’attendre à des actes sexuels. La perversion de l’activité sexuelle peut avoir comme objectif la satisfaction sexuelle avec des personnes de l’autre sexe ou du même sexe.

Ainsi nous arrivons à classer en deux grands groupes les phénomènes de la perversion sexuelle.

I. — AFFECTION SEXUELLE POUR DES PERSONNES DE L’AUTRE SEXE AVEC MANIFESTATION PERVERSE DE L’INSTINCT.

A. — RAPPORTS ENTRE LA CRUAUTÉ ACTIVE, LA VIOLENCE ET LA VOLUPTÉ. — SADISME [1]

C’est un fait connu et souvent observé que la volupté et la cruauté se montrent fréquemment associées l’une à l’autre. Des écrivains de toutes les écoles ont signalé ce phénomène [2]. Même à l’état physiologique, on voit fréquemment des individus sexuellement fort excitables mordre ou égratigner leur consors pendant le coït [3].

Les anciens auteurs avaient déjà appelé l’attention sur la connexité qui existe entre la volupté et la cruauté.

Blumröder (Ueber Irresein, Leipzig, 1836, p. 51) hominem vidit qui compluria vulnera in musculo pectorali habuit, quæ femina valde libidinosa in summa voluptate mordendo effecit.

Dans un essai « Ueber Lust und Schmerz » (Friedreichs Magazin für Seelenkunde, 1830, II, 5), il appelle l’attention particulièrement sur la corrélation psychologique qui existe entre la volupté et la soif du sang. Il rappelle à ce sujet la légende indienne de Siwa et Durga (Mort et Volupté), les sacrifices d’hommes avec mystères voluptueux, les désirs sexuels de l’âge de puberté associés à un penchant voluptueux pour le suicide, à la flagellation, aux pincements, aux blessures faites aux parties génitales dans le vague et obscur désir de satisfaire le besoin sexuel.

Lombroso aussi (Verzeni e Agnoletti, Roma, 1874) cite de nombreux exemples de tendance à l’assassinat pendant la surexcitation produite par la volupté.

Par contre, bien souvent, quand le désir de l’assassinat est excité, il entraîne après lui la sensation de volupté. Lombroso rappelle le fait cité par Mantegazza que, dans les horreurs d’un pillage, les soldats éprouvent ordinairement une volupté bestiale [4].

Ces exemples forment des cas de transition entre les cas manifestement pathologiques.

Très instructifs aussi les exemples des Césars dégénérés (Néron, Tibère), qui se réjouissaient en faisant égorger devant eux des jeunes gens et des vierges, ainsi que le cas de ce monstre, le maréchal Gilles de Rays (Jacob, Curiosités de l’Histoire de France, Paris, 1858) qui a été exécuté en 1440 pour viols et assassinats commis pendant huit ans sur plus de huit cents enfants. Il avoua que c’était, à la suite de la lecture de Suétone et des descriptions des orgies de Tibère, de Caracalla, que l’idée lui était venue d’attirer des enfants dans son château, de les souiller en les torturant et de les assassiner ensuite. Ce monstre assura avoir éprouvé un bonheur indicible à commettre ces actes. Il avait deux complices. Les cadavres des malheureuses victimes furent brûlés et seules quelques têtes d’enfants exceptionnellement belles furent gardées comme souvenir.

Quand on veut expliquer la connexité existant entre la volupté et la cruauté, il faut remonter à ces cas qui sont encore presque physiologiques où, au moment de la volupté suprême, des individus, normaux d’ailleurs mais très excitables, commettent des actes, comme mordre ou égratigner, qui habituellement ne sont inspirés que par la colère. Il faut, en outre, rappeler que l’amour et la colère sont non seulement les deux plus fortes passions, mais encore les deux uniques formes possibles de la passion forte (sthénique). Toutes les deux cherchent leur objet, veulent s’en emparer, et se manifestent par une action physique sur l’objet ; toutes les deux mettent la sphère psycho-motrice dans la plus grande agitation et arrivent par cette agitation même à leur manifestation normale.

Partant de ce point de vue, on comprend que la volupté pousse à des actes qui, dans d’autres cas, ressemblent à ceux inspirés par la colère [5].

L’une comme l’autre est un état d’exaltation, constitue une puissante excitation de toute la sphère psychomotrice. Il en résulte un désir de réagir par tous les moyens possibles et avec la plus grande intensité contre l’objet qui provoque l’excitation. De même que l’exaltation maniaque passe facilement à l’état de manie de destruction furieuse, de même l’exaltation de la passion sexuelle produit quelquefois le violent désir de détendre l’excitation générale par des actes insensés qui ont une apparence d’hostilité. Ces actes représentent pour ainsi dire des mouvements psychiques et accessoires ; il ne s’agit point d’une simple excitation inconsciente de l’innervation musculaire (ce qui se manifeste aussi quelquefois sous forme de convulsions aveugles), mais d’une vraie hyperbolie de la volonté à produire un puissant effet sur l’individu qui a causé notre excitation. Le moyen le plus efficace pour cela, c’est de causer à cet individu une sensation de douleur. En partant de ce cas où, dans le maximum de la passion voluptueuse, l’individu cherche à causer une douleur à l’objet aimé, on arrive à des cas où il y a sérieusement mauvais traitements, blessures et même assassinat de la victime [6].

Dans ces cas, le penchant à la cruauté qui peut s’associer à la passion voluptueuse, s’est augmenté démesurément chez un individu psychopathe, tandis que, d’autre part, la défectuosité des sentiments moraux fait qu’il n’y a pas normalement d’entraves ou qu’elles sont trop faibles pour réagir.

Ces actes sadiques monstrueux ont, chez l’homme, chez lequel ils se produisent plus fréquemment que chez la femme, encore une autre cause puissante due aux conditions physiologiques.

Dans le rapport des deux sexes, c’est à l’homme qu’échoit le rôle actif et même agressif, tandis que la femme se borne au rôle passif et défensif [7].

Pour l’homme, il y a un grand charme a conquérir la femme, à la vaincre ; et, dans l’Ars amandi, la décence de la femme qui reste sur la défensive jusqu’au moment où elle a cédé, est d’une grande importance psychologique. Dans les conditions normales, l’homme se voit en présence d’une résistance qu’il a pour tâche de vaincre, et c’est pour cette lutte que la nature lui a donné un caractère agressif. Mais ce caractère agressif peut, dans des conditions pathologiques, dépasser toute mesure et dégénérer en une tendance à subjuguer complètement l’objet de ses désirs jusqu’à l’anéantissement et même à le tuer [8].

Si ces deux éléments constitutifs se rencontrent, si le désir prononcé et anormal d’une réaction violente contre l’objet aimé s’unit à un besoin exagéré de subjuguer la femme, alors les explosions les plus violentes du sadisme se produiront.

Le sadisme n’est donc qu’une exagération pathologique de certains phénomènes accessoires de la vita sexualis qui peuvent se produire dans des circonstances normales, surtout chez le mâle. Naturellement, il n’est pas du tout nécessaire, et ce n’est pas la règle, que le sadiste ait conscience de ces éléments de son penchant. Ce qu’il éprouve, c’est uniquement le désir de commettre des actes violents et cruels sur les personnes de l’autre sexe, et une sensation de volupté rien qu’en se représentant ces actes de cruauté. Il en résulte une impulsion puissante à exécuter les actes désirés. Comme les vrais motifs de ce penchant restent inconnus à celui qui agit, les actes sadistes sont empreints des caractères des actes impulsifs.

Quand il y a association entre la volupté et la cruauté, non seulement la passion voluptueuse éveille le penchant à la cruauté, mais le contraire aussi peut avoir lieu : l’idée et surtout la vue d’actes cruels agissent comme un stimulant sexuel et sont dans ce sens employés par des individus pervers [9].

Il est impossible empiriquement d’établir une distinction entre les cas de sadisme congénital et de sadisme acquis. Beaucoup d’individus tarés originellement font pendant longtemps tous les efforts possibles pour résister à leurs penchants pervers. Si la puissance sexuelle existe encore, ils ont au commencement une vita sexualis normale, souvent grâce à l’évocation d’images de nature perverse. Plus tard seulement, après avoir vaincu successivement toutes les contre-raisons éthiques et esthétiques et après avoir constaté à plusieurs reprises que l’acte normal ne procure pas de satisfaction complète, le penchant morbide se fait jour et se manifeste extérieurement. Une disposition perverse et ab origine se traduit alors tardivement par des actes. Voilà ce qui produit souvent l’apparence d’une perversion acquise et trompe sur le vrai caractère congénital du mal. A priori, on peut cependant supposer que cet état psychopathique existe toujours ab origine. Nous verrons plus loin les raisons en faveur de cette hypothèse.

Les actes sadistes diffèrent selon le degré de leur monstruosité, selon l’empire du penchant pervers sur l’individu qui en est atteint, ou bien selon les éléments de résistance qui existent encore, éléments qui, cependant, peuvent être plus ou moins affaiblis par des défectuosités éthiques originelles, par la dégénérescence héréditaire, par la folie morale.

Ainsi naissent une longue série de formes qui commencent par les crimes les plus graves et qui finissent par des actes puérils qui n’ont d’autre but que d’offrir une satisfaction symbolique au besoin pervers du sadiste.

On peut encore classer les actes sadiques selon leur genre. Il faut alors distinguer s’ils ont lieu après la consommation du coït dans lequel le libido nimia n’a pas été satisfait, ou si, dans le cas d’affaiblissement de la puissance génésique, ils servent de préparatifs pour la stimuler, ou si enfin, dans le cas d’une absence totale de la puissance génésique, les actes sadiques doivent remplacer le coït devenu impossible et provoquer l’éjaculation. Dans les deux derniers cas, il y a, malgré l’impuissance, un libido violent, ou du moins ce libido subsistait chez l’individu à l’époque où il a constaté l’habitude des actes sadiques. L’hyperesthésie sexuelle doit toujours être considérée comme la base des penchants sadistes. L’impuissance si fréquente chez les individus psycho-névropathiques dont il est ici question, à la suite d’excès faits dès la première jeunesse, est ordinairement de la faiblesse spinale. Quelquefois il se peut qu’il y ait une sorte d’impuissance psychique par la concentration de la pensée vers l’acte pervers, à côté duquel alors l’image de la satisfaction normale s’efface.

Quel que soit le caractère extérieur de l’acte, pour le comprendre il est essentiel d’examiner les dispositions perverses de l’âme et le sens du penchant de l’individu atteint.

P.-S.

Texte établi par PSYCHANALYSE-PARIS.COM d’après l’ouvrage de Richard von Krafft-Ebing, Études médico-légales : Psychopathia Sexualis. Avec recherche spéciales sur l’inversion sexuelle, Traduit sur la 8e édition allemande par Émile Laurent et Sigismond Csapo, Éd. Georges Carré, Paris, 1895.

Notes

[1Ainsi nommé d’après le mal famé marquis de Sade, dont les romans obscènes sont ruisselants de volupté et de cruauté. Dans la littérature française « sadisme » est devenu le mot courant pour désigner cette perversion.

[2Entre autres : Novalis, dans ses Fragmenten ; Goerres : Christliche Mystik, t. III, p. 400.

[3Comparez les célèbres vers d’Alfred de Musset à l’Andalouse :

Qu’elle est superbe en son désordre
Quand elle tombe les seins nus,
Qu’on la voit béante se tordre
Dans un baiser de rage et mordre
En hurlant des mots inconnus !

[4Au milieu de l’exaltation du combat l’image de l’exaltation de la volupté vient à l’esprit. Comparez, chez Grillparzer, la description d’une bataille faite par un guerrier :
- « Et lorsque sonne le signal, — que les deux armées se rencontrent, — poitrine contre poitrine, — quels délices des dieux ! — Par ici, par là — des ennemis, — des frères, — sont abattus par l’acier mortel. — Recevoir et donner la mort et la vie, — dans l’échange alternant et chancelant, — dans une griserie sauvage ! » (Traum ein Leben, acte I).

[5Schultz (Wiener med. Wochenschrift, 1869, nº 49) rapporte le cas curieux d’un homme de vingt-huit ans qui ne pouvait faire avec sa femme le coït qu’après s’être mis artificiellement en colère.

[6Voir Lombroso (Uomo delinquente), qui cite des faits analogues chez les animaux en rut.

[7Chez les animaux aussi c’est ordinairement le mâle qui poursuit la femelle de ses propositions d’amour. On peut aussi souvent remarquer que la femelle prend la fuite ou feint de la prendre. Alors il s’engage une scène semblable à celle qui a lieu entre l’oiseau de proie et l’oiseau auquel il fait la chasse.

[8La conquête de la femme se fait aujourd’hui sous une forme civile, en faisant la cour, par séduction et en employant la ruse, etc. Mais l’histoire de la civilisation et l’anthropologie nous apprennent qu’autrefois et maintenant encore il est certains peuples chez qui la force brutale, le rapt de la femme, et même l’habitude de la rendre inoffensive par des coups de massue remplacent les sollicitations d’amour. Il est possible qu’un retour à l’atavisme contribue, avec de pareils penchants, à favoriser les accès de sadisme.
Dans les Jahrbücher für Psychologie (II, p. 128), Schaefer (Iéna) rapporte deux observations d’A. Payer. Dans le premier cas, un état d’excitation sexuelle excessif s’est développé à l’aspect de scènes de bataille, même en peinture ; dans l’autre cas, c’est la torture cruelle de petits animaux qui produisit cet effet. Schaefer ajoute : « La combativité et l’envie de tuer sont, dans toutes les espèces animales, tellement l’attribut du mâle, que l’existence d’une connexité entre ces penchants mâles et les penchants purement sexuels ne saurait être mise en doute. Je crois cependant pouvoir assurer, en me fondant sur des observations qui ne sauraient être contestées, que, même chez des individus mâles doués d’une parfaite santé psychique et sexuelle, les premiers signes précurseurs, mystérieux et obscurs des désirs sexuels peuvent faire apparition à la suite de lectures de scènes de bataille ou de chasse émouvantes. Une poussée inconsciente pousse les jeunes gens à chercher une sorte de satisfaction dans les jeux de guerre (lutte corps à corps). Dans ces jeux aussi l’instinct fondamental de la vie sexuelle arrive à son expression : le lutteur cherche à se mettre en contact extensif et intensif avec son partenaire, avec l’arrière-pensée plus ou moins nette de le terrasser ou de le vaincre. »

[9Il arrive aussi que la vue accidentelle du sang versé mette le mécanisme psychique et prédisposé du sadiste en mouvement et éveille le penchant qui était à l’état latent.

Partenaires référencement
Psychanalyste Paris | Psychanalyste Paris 10 | Psychanalyste Argenteuil 95
Annuaire Psychanalyste Paris | Psychanalystes Paris
Avocats en propriété intellectuelle | Avocats paris - Droits d'auteur, droit des marques, droit à l'image et vie privée
Avocats paris - Droit d'auteur, droit des marques et de la création d'entreprise