Psychanalyse-Paris.com Abréactions Associations : 8, rue de Florence - 75008 Paris | Tél. : 01 45 08 41 10
Accueil > Articles de psychanalyse > Le Corps de la Pas-Toute où la Pornocratie s’y nique

L’a, fin de l’Art

Le Corps de la Pas-Toute où la Pornocratie s’y nique

La Pornographie, par les Mythes et limites

Date de mise en ligne : mercredi 3 septembre 2008

Auteur : Aurélien MARION

Mots-clés : , , , ,

L’a, fin de l’Art :
la Pornographie, par les Mythes et limites

« Quand, [contre le pommier], elle s’est [épan]chée,
Elle a vu comme sa vulve était remarquable.
Elle s’est félicitée [qu’ell’ soit] remarquable.
Elle s’est regardée, encore regardée.
 
[…]
 
Inanna a dit :
[Sumériens d’ici], 
"[…] J’apporte l’attrait.
J’apporte l’art des
Femmes"
 
[…]
 
[Les Sumériens chantaient :] "Inanna, […] vous avez
Apporté avec vous norme et tremblement, les
Rapports sexuels, les baisers [au phallus], et
La prostitution." »
 
Extraits (arrangés selon rythmes, rimes et rites) du poème sumérien sur la déesse Inanna (a.k.a. Ishtar)

II. Le Corps de la Pas-Toute où la Pornocratie s’y nique

« (…)
Après tout dis-moi : qu’est-c’qu’ell’s ont de plus que nous ?
Si ce n’est cette forc’ qui fait qu’ell’ vous oublient,
Cette horreur au fond d’ell’, ouais ce monstre qui crie
Quand ell’ vous font l’amour, tu sais qu’ell’ n’oublient pas
Qu’il n’y a qu’à la natur’ qu’elles tiennent parole.
 
À tous ceux dans leurs bras qui sont fait prisonniers,
J’ai l’âme solidaire et puis ma sympathie
A ces fous qui comm’ moi finiront pas la nuit,
Je vous le dis putains, putain vous m’aurez plus !
 
Que je meurs à l’instant si l’envi’ me reprend
De remettre ma têt’ dans la gueul’ du serpent,
De me laisser encore crucifier le cœur
Pour un joli sourire au parfum de leur fleur.
Marguerite ou Tulipe et de Rose à Lila
Tu sais l’ami pour moi ell’s ont tout’ ici-bas
Quand ell’ vous montrent ciel, qu’ell’ vous dis’ qu’ell’ vous aiment
Elles ont toutes pour moi l’odeur des chrysanthèmes.
Adieu les gentil-les, adi-eu les j’en pleure,
Adieu les maudi-tes qui ont pris ma lueur
Qui ont jeté dans le noir mes yeux et puis les
Tiens contre le chant du cy-gne ! Et les Beautés ?
Qu’ell’ crèv’ tout’ ! J’en peux plus de ces jeux qui nous tuent,
J’en ai marr’ de ce cœur, mon dieu, qui ne bat plus,
Et qui toujours s’incline, aux pieds de fausses blondes
Qui nous mèn’ à la cime, qui nous traîn’ à la tombe. »
 
(Damien Saez, extrait de Putains vous m’aurez plus)

« Il n’y a pas de rapport sexuel » (Jacques Lacan) : ce qui bée — qui fait trou (R) dans la réalité (I) — pose la question du lien, de la con-jonction des jouissances, et, instaure un litige chaotique car traumatique. La pornographie met en jeu cette béance que l’érotisme tente de pallier et que les semblants issus de la loi sexuelle (mythes de l’Hommoinzin et de la Castratrice) persistent à immobiliser sous le glacis patriarcal. Après la progressive répression anti-bordels, pornicide capitaliste, l’État (français ici) tend à cloîtrer le ‘porno’ « comme transformation de l’écriture en marché des corps, des sexes et de la prostitution » témoignant « à la fois de l’intégration du sexe dans le circuit des échanges et d’un contrôle exercé par le pouvoir sur le corps » (Valérian Lallement) : la puissances des symboles est murée par des signifiants régressifs (en France, surtout avec la loi du 31/12/1975). C’est ainsi que la disjonction fondamentale des sexes est refoulée toujours davantage avec les essais de contrôle du ‘porno’ et de rejet des bordels (« Notre époque, loin d’introduire le sujet à son désir, l’invite à l’aliénation à travers ce mythe [phallocentrique], l’idée que tout manque peut être comblé » -Cécilia Hopen). Les ‘bords d’elle’ sont dangereux pour les structures patriarcales car ils nous donnent la clé du bonheur de l’homme (comment faire l’Amour) et le transcendantal de la féminité : la part-putain, source de l’orgasme. Les bordels apportent la parité à partir du moment où la femme découvre en l’Autre le proxénète nécessaire au lien entre les deux jouissances : la phallique et la supplémentaire. Faisant lien entre les mythes de la pornê et de la pas-toute, la jouissance féminine s’originant de la part-putain est le secret pornographique pouvant conjoindre les deux substances jouissantes (H et F) si l’Autre y est ‘motériellement’ joui. Ainsi, l’équilibre iconoclastique que doit perpétuer la pornographie est la protection de l’Autre (Proxénète mais aussi Dieu) en vue du plus-de-jouir ‘sacréateur’. Face aux dérives ‘patriarcapitalistes’ menaçant cette parité possible, seule la métembordose — pureté pornographique — apparaît alors comme pouvant sauver l’apport décisif de la pornê : le cinéma doit dévoiler les débords imaginaires à partir du corps mystique ! Les semblants du ‘porno’ (marchand) soutiennent la disjonction des jouissances en refoulant le non-rapport sexuel alors que la pornographie (qu’elle soit métempsychotique, métennévrotique ou métembordotique) « provoque les transformations de la langue au contact de la pornê » (Lallement), ce qui l’oppose à la loi phallique instaurée par le Nom-du-Père (Signifiant du mythe de l’Hommoinzin). La pornographie doit donc nous prouver et nous révéler qu’« il n’y a pas de rapport sexuel » (Lacan) en réinventant le rapport des sexes, et ainsi, la liberté de suppléer aux impossibilités (R) rencontrées : « rat-porc » (Christophe Bormans) illogique (« En mathématiques le ‘rapport’ de X sur Y est équivalent au quotient entre ces deux variables. Un ‘nombre rationnel’ est celui que l’on peut exprimer par le rapport ou quotient entre deux nombres entiers X et Y ; dans le cas où ce rapport n’existe pas, comme par exemple le nombre d’or ou Pi, on les appelle ‘nombres irrationnels’ — … — les ‘nombres réels’ déterminent l’ensemble qui contient tant les nombres rationnels que les irrationnels » — Marc Darmon — : si Lacan a pris la métaphore du nombre irrationnel pour désigner une figure de l’ob-jet a, c’est parce que dans les réels — R —, ce sont ces a qui empêchent qu’il y ait rapport sexuel puisque l’ensemble réel ‘con-tient’ l’ensemble rationnel noté Q — cul ! — : il n’y a pas de rapport sexuel car les entiers de Q — objets imaginaires — sont un Tout sans rapport avec les irrationnels — a — d’où se déduisent les Pas-toutes ! Seuls les rapports de Q à Q — Tout à Tout — semblent possibles : « hommosexualité » ?) ; inintelligible (L’essence du rapport nous rappelle qu’il n’est qu’en tant qu’inscrit : comme le sexuel relève d’un manque, d’une inexistence — 0, celle de la femme — le signifiant — 1 —, il ne peut s’écrire qu’en tant qu’impossible, c’est-à-dire s’écrire comme « ce qui ne cesse pas de ne pas s’écrire » — Lacan — : quantifier le sexuel revient à inscrire la loi phallique — et à s’inscrire par la loi phallique du Nom du Père — sans pouvoir y articuler les deux sexes) ; dissymétrique (L’opposition de la jouissance du sexe masculin à la jouissance du sexe féminin est réelle : la jouissance masculine ne peut être que phallique — J de Phi — car l’homme relève de l’au-moins-un : le Surmoi — comme instance de la loi du Père par son Nom — ordonne de jouir -de la Mère, son corps R étant la Chose — ; l’injonction phallique du ‘jouis !’ fait donc loi du fait qu’il y est cet Hommoinzin mythique faisant exception à la règle : il jouissait de toute femme. Mais si l’homme s’identifie comme être-homme à partir du moment où il est engagé dans la jouissance de la femme prise comme phallus, la femme, elle, n’existe jamais. En effet, l’homme est Tout puisqu’il fait l’expérience de la castration — le ‘non’ du Père —, comme survie du genre masculin dans l’avoir du phallus ; alors que la femme est Pas-toute car elle ne peut s’identifier comme étant la femme du fait qu’elle soit le phallus. Le phallus, néanmoins, elle peut aussi l’avoir, mais imaginairement — Phi I —, dans cette représentation du Deux de la jouissance sexuelle comme rapport. Ainsi, la jouissance phallique — toujours sexuelle — est ce qui se passe entre le Zéro de l’absence et l’Un de la présence. Toutefois, l’homme étant fini et complet — Tout —, sa jouissance ne risquera de consister qu’en pulsion possessive de chaque femme : jouir d’elles, une par une : le genre défini jouit du genre indéfini infiniment ; a contrario, la femme étant éternellement a-définie dans son incomplétude de pas-toute, la jouissance phallique de chaque homme ne peut lui suffire : pour s’illusionner comme étant la femme, il lui faut jouir d’un Infini, d’un Tout pouvant l’instituer comme telle — femme. Elle ne veut pas seulement jouir d’un homme, elle veut aussi jouir de l’homme, non comme fini, mais comme Autre la définissant. Le rapport sexuel est impossible car la jouissance de la femme est duale alors que celle de l’homme est une. La ‘mêmeté’ des jouissances phalliques n’est possible qu’avec la pulsion d’accomplissement de la femme : la jouissance de l’Autre — J de A — comme mouvement tiers, l’Autre étant alors ce Deux qui nie l’osmose d’eux) ; et, équivoque (Sigmund Freud opposait le « courant tendre » au « courant sensuel » — parfois plaqué sur l’opposition mère-putain, ce qui n’est qu’une métonymie de mythe à mythe — pour signifier à quel point le désir semblait difficile à concilier avec la jouissance ; Lacan reprend la distinction en explicitant le passage du sujet-de-la-jouissance au sujet-du-désir, par l’ob-jet a : le désir étant issu du manque-à-être et la jouissance — selon la loi phallique — du manque-à-avoir, les deux voix deviennent asymptotiques. En effet, lorsque la pulsion provoque la castration dans l’optique d’une jouissance phallique, le désir invoque une voie imaginaire qui élide ce même phallus : seul l’ob-jet a, changeant le phallus en symbole — par un autre Autre — peut ‘perpendiculariser’ les deux ‘voix’ pour ramener imaginairement à l’orgasme, par la jouiscence). L’imaginaire que crée la pornographie montre ces impossibilités sexuelles pour pouvoir mettre en scène leurs suppléances qui, mythifiées, guident au ça-voir inconscient de l’orgasme.

La loi sexuelle phallique se fonde ainsi sur les mythes patriarcaux de l’hommoinzin (au-moins-un homme — le Père — a pu jouir de toute femme) et de la castratrice (castrée, la mère devient la Chose — Das Ding — inaccessible, dont on ne peut pas jouir). Ces ‘faces’ de l’Autre — les premières que l’on rencontre — se renforcent l’une l’autre en véhiculant le schème œdipien de l’interdit symbolique. La pureté (‘castus’) du nouage S-R sera alors ‘perd-paix-tuée’ et l’impureté (‘in-castus’ = inceste) prohibée pour se préserver de la puissance de l’Imaginaire. En effet, c’est ce dernier qui est réduit aux semblants d’un rapport ‘complémentaire’, déniant la jouissance féminine et le jeu pornographique. Celui-ci, justement, est là pour rappeler l’importance du renouvellement imaginaire par le symbole (I)… Lorsque l’hommoinzin est incorporé symboliquement, par paricido-nécrophagie, il institue le Nom-du-Père, face de l’Autre qui dès lors va dicter la jouissance selon sa loi symbolique : le phallus est signifiant (S) de la jouissance, de par la castration (le temps nous coupe de toute fusion, de toute éternité, de la jouissance de la Chose) induisant le ‘manque-à-avoir’ s’opposant alors au ‘manque-à-être’ que l’imaginaire pornographique doit ré-in-venter (littéralement : remettre au vent…re ?). La prescription — qui s’écrit grâce au Nom du Père — de la loi sexuelle phallique est alors ce que Lacan appelle la « fiction mâle » risquant de s’imposer comme « normâle » : l’homme doit « être ce qui a et avoir ce qui est », ce qui aliène la femme au phallique et l’homme à l’Autre comme Un (commun !). La con-séquence principale en est que « la femme aborde l’homme par son désir tandis que l’homme aborde la femme par sa fonction d’objet » : « l’homme a donc, un rapport fétiche à l’objet du désir, parce que cet objet comme n’importe quel fétiche, vient à représenter l’équivalent du phallus. La femme a un rapport érotomaniaque à l’homme car elle invoque son désir pour elle, au-devant duquel elle s’avance dans une sorte de certitude » (Hopen). Cela suffit à l’homme pour sa satisfaction « autoérotique » (Gisèle Chaboudez) qui -puisque la jouissance féminine est mise de côté- est la seule substance jouissante évidente et respectant cette loi. La pornographie pourrait s’en contenter puisque la fonction masturbatoire de l’homme en est l’archétype : se branler par/dans une femme (alors imaginaire) pour se faire plaisir. Mais cette « jouis-sens » (Lacan, présence du sens à soi, comme propre : une femme devient propriété phallique d’un homme s’en servant pour jouir seul) en puissance est un ‘jouir de’ qui néglige l’orgasme (de l’un presque autant que de l’autre) et ses secrets, empêchant l’articulation au mythe de la pornê. La loi sexuelle est donc inacceptable tant pour la sexualité féminine que pour l’épanouissement d’un couple, tant pour la pornographie (risquant de devenir ’porno’ marchand : c’est ça que dénonce, par ex., Gaspar Noé dans son court-métrage We fuck alone : en effet, si le phallus n’est qu’un signifiant du manque de l’homme et de sa jouissance, alors nous baisons toujours seuls !) que pour la prostitution (elle deviendrait un métier ‘comme les autres’, c’est-à-dire marchand — voire mafieux — : avec de la monnaie excrémentielle, a fétiche, empêchant alors le phallus de devenir symbole). Face à ça, Lacan nous a appris qu’un autre rapport à l’Autre était possible, un rapport qui, par l’Imaginaire, peut articuler deux substances jouissantes, malgré — ou plutôt grâce à — la jouissance supplémentaire de la femme : « la jouissance qu’un homme a d’une femme la divise, lui faisant de sa solitude partenaire, tandis que l’union reste au seuil » c’est pourquoi « il doit s’avouer que la meilleure façon de servir la femme dont il veut jouir est de lui rendre sienne cette jouissance qui ne la fait pas toute à lui : d’en elle la ressusciter » (Hopen). Cette résurrection de la jouissance de l’Autre — exclusivité féminine — est possible à partir du moment où le phallus devient symbole, présence d’une absence, élision sexuelle, bref, crée du jeu entre la loi symbolique et le réel de l’acte, par référence à un Autre comme Deux (Dieu ou Proxénète), c’est-à-dire principe partageant les jouissances par articulation des mythes de la pornê et de la pas-toute, en un sacre du corps féminin. Lorsque Dieu est cet ensemble vide auquel elle croit suffisamment pour atteindre l’extase (elle devient prostituée sacrée), la jouissance de l’Autre est une mystique avec laquelle l’homme doit composer ; lorsque le Proxénète est ce ‘lieu de la parole’ auquel elle identifie le non-rapport sexuel pour y marquer la vérité (particulière), la jouissance de l’Autre est une protection avec laquelle la parité est respectée. L’Autre ‘comme-un’ est unidimensionnel (S) alors que l’Autre comme Deux est bi-dimensionnel (S-I). Dans l’universalité de la loi phallique, le rapport des deux substances jouissantes est un rapport de 1 (l’homme devient corps réel : la substance ‘existe’) à 0 (la femme n’est qu’imaginaire : la substance n’existe pas) : il n’y a qu’une substance jouissante car l’Autre est Un, comme Nom-du-Père ou comme Chose, il n’est là que comme trésor dont il est impossible de jouir. Alors que lorsque l’Autre devient aussi un lieu (« limite du corps enveloppant à l’endroit où il touche le corps enveloppé » -Aristote- : S-I) — celui de la parole ‘d’où la vérité se marque’—, il est à la fois ce vide — « rien n’aura eu lieu que le lieu » disait Stéphane Mallarmé — dont la femme jouit et ce trésor qui permet d’articuler une jouissance à l’autre : ici, l’Autre est Deux car il concerne deux jouissances, il supplée à la béance — l’impossible — par l’a, qui, transformant le phallus en rien (c’est-à-dire transportant de l’S à l’I), fait de ce rien un symbole de puissance. Cette puissance est créatrice : c’est elle qui permet l’orgasme — par la jouiscence —, elle est la solution du plus-de-jouir (l’a ayant changé le signifiant en symbole, ce symbole, en tant que rien, change à son tour l’a — maturation — en possible trace orgasmique), et, ce qui reste à l’homme, face à la Pornocratie.

L’imaginaire est la dimension du partage. Celui de la femme, pour l’autre, avec l’Autre ; celui de l’Autre pour la femme, avec l’autre. Les deux substances jouissantes (R) sont — par la suppléance féminine et le sacrifice masculin — un don imaginaire de plus-de-jouir lorsque l’orgasme permet à la fois le détour de l’ob-jet a et le renouvellement du phallus symbolique en un signifiant différent. Ce ‘don imaginaire’ est le principe érotique que seule la pornographie peut ‘publier’, en un jeu de mythes, là où la pas-toute passe par la pornê pour tirer l’homme hors du patriarcat (hommoinzin et castratrice), vers la possibilité du bonheur. Alors que l’érotisme (I) se perd dans le ‘jeu des éclats’ (mené par le rien sur les a), la pornographie met en scène la venue du ‘jeu des mythypes’ (par le mythe paritaire) qui est propre à chaque sexualité. Ainsi, la pornographie solutionne la genèse du fantasme (Phi S coupe et Phi I lie, i.e. Phi S + Phi I = <>, dans S barré <> a) en suggérant des ‘unions’ possibles… Ce qu’avaient déjà repérés les Taoïstes — précurseurs de la pornographie —, c’est que l’orgasme féminin, par jouissance de l’Autre, enrichit l’orgasme de l’homme par accroissement de la puissance de son symbole (Phi I). Ainsi, le sacrifice de l’homme — à l’Autre (la détumescence en étant une cause et non une conséquence) — serait un gain dans l’imaginaire donc un don. Ce dernier est métembordotiquement esquissé comme débord. Cette puissance est toute dédiée à la pas-toute ! Puisque c’est un Autre (le Nom-du-Père en l’occurrence) qui disjoint l’être et l’avoir, seul un autre Autre (Dieu ou Proxénète) peut y remédier (et c’est là que les non-dupes errent). La pornographie est, en ce sens, homéopathique : elle s’occupe du rapport sexuel en arguant des insuffisances du rapport sexué. « Avec le symbole, le phallus est symbolisé selon la jouissance », il « articule l’imaginaire au réel de la jouissance » (Chaboudez) : ce rôle de ‘noueur-dénoueur’ qu’a le symbole est la pièce maîtresse des trois modalisations pornographiques, mettant en jeu la loi phallique. « Je rappelle que jouer c’est permettre à l’absence d’avoir lieu. Jouer, c’est donner un espace à l’absence à partir d’une présence qui en signifie le temps. Jouer, cela implique des règles. Tout n’est pas permis. Ces règles viennent limiter, et, à la fois, leurs contraintes rendent possible l’invention. » (Chaboudez, je souligne) : l’absence phallique — l’élision — fait advenir le phallus comme symbole à partir de la présence de la castration qui temporalisait le rapport en tant que signifiant de la coupe ; les règles dépendent de la modalisation. Dans le cas de la pornographie métempsychotique, la sublimation de la loi phallique respecte l’Autre ‘comme-un’ tout en l’identifiant : c’est une célébration du phallus ou un éloge de la Jouisseuse. Les bienfaits sont à rechercher du côté de la masturbation puisque c’est la forme pornographique qui s’ouvre le plus facilement (et directement) à l’érotisme, étant dédiée au plaisir solitaire (celui d’une seule substance jouissante). Ici, la ‘sacréation’ pornographique consiste à vectoriser l’origine du désir en la soulignant par les voiles fantasmatiques : transparence de l’immonde, limite s’adossant à l’horreur de l’angoisse, le jeu de ‘cache-cache’ avec le réel est une invocation de l’orgasme comme nécessaire à la résurrection d’images par le biais de l’a tombant du plus-de-jouir. Baroque (litige obscène-public sacralisant les images rendues possible par l’orgasme) ou lyrique (lien avec l’Autre montré comme idéal, fusion mimée et simulacre de complémentarité dans les orgasmes), la pornographie métempsychotique répond au « manque de manques » (Lacan) définissant la psychose par un manque d’autre Autre (offre donc un manque ouvrant à l’érotisme mais limite — dans le même temps — la portée des symboles), dans le sens où la jouissance typiquement féminine est ensevelie sous l’ode à l’onanisme. Cette pornographie favorable à l’initiation prostitutionnelle oublie que les secrets de la pornê ne s’enrichissent qu’au contact du mythe de la pas-toute. C’est pourquoi la force de l’ob-jet a, qui est ici (presque) exclusivement lié au schème œdipien de la loi phallique, ne soutient pas le phallus comme symbole à la puissance donnée par la jouissance de l’Autre mais comme symbole de la puissance imaginaire de l’orgasme autoérotique (c’est-à-dire par l’image et pour l’image et non par l’Autre et pour l’autre). Il s’agit de saisir une part de réel en la fixant, en la coinçant, par un nouage I-a-R-a-I : « La pornographie est une forme du montré-monstrueux (…) La pornographie, dans une fiction artistique, c’est un emblème stabilisé et socialisé (traduit dans les langues de la morale et de la culture), miniaturisé et cerné (fixé en images) » (Christian Prigent). Emblème phallique hypostasié dans un jeu liant l’Autre commun à la puissance imaginaire. Allégorie stratifiant les secrets de la pornê en construisant « de l’image comme résistance à l’imagerie » (Prigent) mais non comme résistance à l’impossibilité du rapport sexuel. L’image est ‘mort-née’ (elle est « dépliée-étalée, c’est-à-dire annulée comme forme » — Prigent — en un « direct-cru-explicite » tissant du sub-lime) dans ce dispositif iconoclaste mais con-forme à la loi du Père œdipien, dans le sens où cette dernière soutient un « aplatissement court-circuité où le réel est évincé par l’obsession d’une imagerie liée » (Prigent). Ainsi, la pornographie métempsychotique identifie la loi phallique en la voilant alors que la pornographie métennévrotique y objecte en la dénonçant, mais surtout en violant (déchirure) l’intimité imaginaire. En effet, pour que le mythe de la pornê s’émancipe de la loi phallique, il faut qu’il soit soutenu par un rapport à l’Autre inédit. Partant du principe que c’est l’interdit de la loi qui névrotise, la pornographie métennévrotique révèle violemment la possibilité d’un orgasme féminin différent car transgressif (dérivé cyniquement du viol, ce qui permet de faire revenir le réel comme « fiction morte puis fiction de mort », celle de l’Autre — Prigent), mais sans proposer le saut nécessaire pour montrer que la jouissance féminine peut articuler (con-joindre) deux substances jouissantes. Seule la pornographie métembordotique, en jouant du rapport à l’Autre par la mystique des sécrétions (sacre de l’humide, humus propre à l’humain, où le jet de jus est préféré aux re-jets et aux pro-jets) sera capable d’objecter à toute loi, sans dénoncer, en ‘sacréant’ de nouvelles possibilités symboliques sexuelles.

Qu’est-ce qu’un orgasme ? C’est, par le passage du rien comme symbole en puissance à un rien comme symbole de puissance, un dénouage spasmodique, une pulsation érothanatique, une pulsion qui se meurt en rebondissant sur la plasticité de l’angoisse. Omniscience écartelant le corps en l’ « expeausant » (Jean-Luc Nancy), par la mort, aux rapports sexuels, l’explosion déstructurante crée du plus-de-jouir et des sécrétions secrètement sacrées. Chez l’homme, la puissance de l’orgasme dépend de la valeur symbolique du rien, donc à la fois de la loi sexuelle et de l’orgasme de la femme. Ce dernier se transforme principalement avec la jouissance de l’Autre, même s’il peut avoir lieu selon le schème autoérotique (et œdipien) de l’interdit de l’inceste (loi phallique). L’orgasme masculin est unique, le féminin semble infini. Cette dissymétrie ouvre au lieu de l’Autre. Rejouant — toujours différemment — nos bords, l’orgasme est bien davantage que son pendant imaginaire — l’éjaculation — : provenant — étymologiquement — du grec ‘Orgaô’, il peut se traduire par ‘bouillonner de sève et d’ardeur’ ou ‘être plein d’humidité, de suc et d’effervescence’ ! On y reconnaît richesse, mouvement, fluide, alchimie et création. Dé-charges et dé-contractions oscillent de l’angoisse à la jouiscence : abandon (a-bandons) au réel, altération de la subjectivité, mais, positivation de la vie le traversant. Arythmie de l’acte sexuel — de l’a-bord au bord de l’A — : « l’orgasme emporte la satisfaction » (Lacan) vers l’angoisse, désordre borroméen où le sujet-du-désir devenant sujet-de-la-jouissance, s’y soustrait pour s’échouer, soit (pour l’homme) en détumescence (« vocatif du commandement » — Lacan —, au bord de l’angoisse, l’a’ ainsi créé s’évanouit alors que le rien retombe en signifiant permettant l’inscription), soit (pour une femme) en déliquescence (l’autre Autre bordant alors l’orgasme, comme recours reliquéfiant, comme supplément décommandant la voix masculine -le rien- de la chute vers le symbolique). Ainsi, l’orgasme trace la possibilité d’un rapport sexuel, de la jouiscence salvatrice à la vérité angoissante. La jouiscence (« apérotisme » dirait Alain Créhange) arrive par une soustraction de jouissance (-Phi, i.e. élision), à rebours de l’horizon mortifère, en une venue con-cul-pissante, transcendantal de l’orgasme, rien devenant symbole (de puissance) et don (érotique) : éclosion de la « fleur du rien » (Massat). La jouiscence (sujet = rien, devant l’a’) ouvre à l’orgasme en détournant la pulsion de sa fin (Sujet = A), par l’a, en une vague orgasmique qui s’écrase sur les roches de l’angoisse (sujet = a, devant le rien), éclaboussant de plus-de-jouir (a’’ + rien). Alors que le bonheur de l’homme est (le plus souvent) dans l’orgasme, le bonheur de la femme est (généralement) dans la jouiscence car c’est cet ‘envol’ qui vient tutoyer l’Autre. Le reflux orgasmique s’origine — quant à lui — de cette ‘peur du rien’ (non symbolisé) d’où se marque le monde auquel le sujet a affaire par la jouiscence : « l’angoisse est la vérité de la sexualité » (Lacan), dans le sens où elle est le « mi-dit » de ce qui dans le sexuel se transforme avec l’orgasme. L’angoisse est ce qui habite (a-bite) la béance disjoignant le désir de la jouissance (alors que la jouiscence les conjoint) : ce lieu est l’autre face du lieu de l’Autre (par où arrive la jouiscence), l’orgasme s’enflammant de l’un à l’autre (un peu comme une pile : du moins - de la jouissance au + de jouir). L’angoisse de la béance (R) soutient l’angoisse de ‘mort-scellement’ (I) qui elle-même résonne dans l’angoisse de castration (S), de telle sorte que l’orgasme -ou au moins sa répercussion corporelle- dépende -en plus de l’Autre- de la « dit-mansion » (Lacan) du phallus. C’est la pornographie métennévrotique qui fonde son faire-art le plus largement sur l’angoisse car la névrose est attisée par l’angoisse de castration, c’est-à-dire celle qui enclenche les deux autres (ces dernières étant rejouées dans l’obscène). En revanche, la pornographie métempsychotique se polarise sur la jouiscence car l’angoisse de ‘mort-scellement’ y est sublimée érotiquement (laissant l’Autre comme guide de l’imaginaire phallique). La pornographie métembordotique, quant à elle, fait art de, par et pour l’orgasme car celui-ci est débord par définition et surenchérit imaginairement par les sécrétions, en une ode à la souillure. C’est cette dernière pornographie qui met en scène la suppléance à la disjonction des substances par la jouissance féminine — J(A) — (ne serait-ce que par ce que les sécrétions sont les premières vectrices du symbole nécessaire à la jouiscence, entourant l’orgasme), c’est pourquoi elle seule mythifie le rapport sexuel : ce qui du sexuel s’inscrit — comme ‘union’ possible des jouissances — en dehors de la loi, mais imaginairement (artistiquement) et fortuitement (selon le rapport particulier d’une substance jouissance à une autre que chaque scène porno métembordotique tente d’offrir). A contrario, les scènes du porno métempsychotique mettent en question la loi phallique en jouant à mythifier la relation sexuelle : ce qui du sexuel se lie, fait lien entre les sexes sans pour autant conjoindre les jouissances (il s’agit notamment d’érotiser le sexuel, de vectoriser l’horreur en la sublimant dans des mythes amoureux). Enfin, le porno métennévrotique — refusant rapport et relation — se réclame de l’acte sexuel dans toute sa violence angoissante : l’acte étant une « prise d’un signifiant sur le réel » (Chaboudez), il privilégie le nœud S-R puisque la puissance du symbole (I) y est récusée. Aristotéliciennement parlant, nous pouvons dire que la jouiscence est la sexualité en puissance, l’angoisse est la sexualité en acte, et, l’orgasme est entéléchie (actualisation et/ou réalisation) de la sexualité. Pornographiquement, cela signifie que les trois modes de faire-art se nouent ensemble (par le mobile mythypique) pour constituer la mise-en-scène du mouvement sexuel dans son ensemble, par le changement phallique.

Dans la pornographie métennévrotique, c’est la fascination pour le mythe de la jouisseuse (Nature) qui soutient celui de la pornê. La modalisation la plus caractéristique est celle de la métennévrose hipparchique, basée sur le viol par l’Autre (donc tout autre), instituant une féminité a-liée-née fantomatiquement à cet Autre en une stricte inversion (car Hipparchia est bien le pendant féminin des cyniques : leur envers) de la loi phallique. Ainsi, la dénonciation de cette loi passe à côté de la jouissance de l’Autre, préférant jouer l’obscénité par à-coups transgressifs : révélation d’une pornocratie de combat (puisque c’est bien le con qui bat les couilles !). Ici, l’Autre est un Proxénète dont ne peut jouir car il n’est que le trésor initiateur du pouvoir féminin. Alors que la métempsychose vectorisait l’immonde par transparence (la part-putain y est recherchée pour équilibrer les mythes), la métennévrose agit par ‘transviolence’. Ce n’est pas une jouissance d’écrit/des cris (métembordose) mais bien une écriture de jouissance. En effet, puisque les névrotiques ont un déficit d’imaginaire, l’angoisse de castration empêche la symbolisation du rien : la solution métennévrotique apparaît alors comme un nouvel espace ouvrant à l’imaginarisation du phallus : l’écrit, puisqu’il motérialise les signifiants en lettres, soutient un rapport à l’Autre comme trésor d’images. Néanmoins, le savoir ainsi acquis arrive par apparition violente et transgressive, mettant en question — dénonçant — le soutien langagier de la loi phallique : « destruction de ce qui, dans la langue, résiste, guerre civile portée jusque dans sa propre bouche par l’écrivain, contre la force de récupération et d’inertie du langage » (Valérian Lallement). Ainsi, « la pornographie [métennévrotique] est la mise en question de toute expression, et de la ‘liberté’ de toute expression » (ibid.) : cette radicalité va à l’encontre de la liberté érotique réclamée par l’initiation métempsychotique, et, revendique l’acte : tout dire malgré les angoisses, pour dire le rien, pour passer du désœuvrement fantomatique à la révélation fantasmant une pornocratie hipparchique. En effet, cette violence langagière (au langage et par le langage) est le principal ‘savoir-dire’ des cyniques : la ‘paressia’ (Guy Massat). Alors que l’ironie — voire l’écart parodique — peut, dans la pornographie métempsychotique, initier à un savoir-vivre érotique, le cynisme de la pornographie métennévrotique ouvre à un savoir-vivre obscène (« La fascination est la perception de l’angle mort du langage. Et c’est pourquoi ce regard est toujours latéral » — Pascal Quignard — : c’est dans la fascination pour la jouissance — regard latéral — que s’engouffre l’aliénation à l’Autre par le viol, ce qui amène à une remise en cause ob-scène du langage, et par cette dernière, un accès fantomatique à un imaginaire violent et transgressif). Les névrotiques sont aliénés à l’Autre : l’obsessionnel vise à ce que l’Autre ait le phallus, se retrouvant ainsi esclave du désir de l’Autre (donc dans l’impossibilité d’en jouir), ainsi la « mort devient le seul maître » (Chaboudez) ; l’hystérique se refuse à la jouissance car l’absolu de cette dernière est impossible, ce qui amène la première nommée à se faire « martyr » (ibid.) de la loi sexuelle pour mieux la dénoncer. Dans les deux cas, la mort gouverne l’imaginaire ce qui empêche le développement fantasmatique : soit le névrotique est soumis au maître-Autre et à la possibilité de sa mort, soit il est un kamikaze en puissance, prêt à tout pour faire sauter le rapport à l’Autre comme-un. Pour l’obsessionnel comme pour l’hystérique, la pornographie métennévrotique dénoue le rapport à l’Autre, en particulier par le cynisme : objection « intérieure » (id.) à la loi phallique, la fascination (pour la jouissance absolue) déclenche l’écriture spectrale de cette mort qui gouverne la névrose (si cette dernière perpétue une logique du « tout ou rien » — Chaboudez —, c’est le rien — Phi I — qui va permettre d’en sortir) dispose l’angoisse en une ‘paressia’ qui amène à « ne pas céder sur son désir » (Lacan), coûte que coûte. Puisque « le désir du névrosé c’est ce qui commence lorsqu’il n’y a pas de Dieu » (id.), la pornographie métennévrotique prend l’Autre comme dieu-violeur par fascination pour le mythe de la jouissance absolue (Jouisseuse) afin de faire imploser le Nom-du-Père. C’est la figure féminine cynique — Hipparchia — qui domine la pornocratie établie par la pornographie métennévrotique (pensons notamment à la principale différence entre le porno amateurs — ‘homemade’ — et le porno professionnel : dans le premier, l’horreur est le plus souvent sublimée — métempsychose — en preuve du désir — érotisation — alors que dans le second, le montage conserve l’angoisse de castration en enfermant l’homme dans sa loi qui, inversée, devient une prison car l’homme se résume à son phallus — l’image du corps masculin est le plus souvent réduite à son pénis érigé — devant obéir aux femmes — leurs corps envahit l’image, y prenant le pouvoir — pornocratie —), et, l’exemple de l’écriture despentésienne en rappelle la puissance comme les limites. « Le cynisme ancien préconise un retour total à la nature [inspiré par la fascination pour la jouissance infinie — Déesse jouisseuse —, ce retour exige d’accepter la violence qui en est inhérente] et refuse de se soumettre aux interdits qui relèvent de l’arbitraire social [et de la loi phallique œdipienne]. Pour un Cynique, le plaisir que procure la sexualité est un plaisir naturel (…). C’est pourquoi ces philosophes admettent des actes qui choquaient les contemporains, tels que la masturbation ou l’union en public, l’inceste, l’union libre ou encore la communauté des femmes et des enfants. A l’arrière de ces prises de position, qu’avait exprimées Diogène [de Sinope, surnommé ‘le Chien’, au 4ème siècle avant notre ère] dans sa République (…) se profilent des valeurs qui sous-tendent la morale cynique, à savoir avant toutes choses, la liberté de l’individu et sa totale indépendance » ainsi que la provocation, « par souci pédagogique » (Marie-Odile Goulet-Cazé, je souligne). Le savoir-vivre cynique est donc dès l’origine prostitutionnel (par publicité de la jouissance), en un rapport à l’Autre -comme lieu de la parole- que soutient la ‘paressia’, violemment et avec pro-vocation, afin de dénoncer la loi phallique. La marginalité de ces sages créait une ‘communauté prostitutionnelle’ (avant Sade !) en amenant l’ob-scène vers le public, violemment, par une sexualité en acte (centrée sur l’angoisse, donc) et en accord avec l’emprise de l’Autre via la nécessité de « tout dire » car la vertu pornographique serait ici de préférer à tout prix son désir (en rapport à un Autre aliénant) : une liberté (illusoire donc au vu de la parole) au-delà de toute rencontre ou de tout partage. Hipparchia de Maronée, épouse de Cratès -grand cynique- décida d’entrer dans la communauté — prostitutionnelle et intellectuelle — malgré la réprobation familiale (et la loi œdipienne), ce qui fit d’elle la première féministe revendiquant une liberté sexuelle absolue. Elle fut, en outre, écrivaine (au féminin, ‘tout dire’ se trouve être ainsi ‘tout écrire’ !), ce qui acheva d’en faire la figure même du mythe hipparchique, modèle de la pornocratie des « Chiennes savantes » et origine de ce féminisme « punk rock » chers à Virginie Despentes.

« Le pacte de prostitution ‘je te paye tu me satisfais’ est la base du rapport hétérosexuel » (Despentes) dans la pornocratie hipparchique, d’autant que Cratès et Hipparchia mirent leur fille à l’essai comme pornê et initièrent leur fils selon le même pacte. Mais cette base prostitutionnelle est soutenue et guidée par le vecteur métennévrotique : viol de l’Autre (I)-désœuvrement par l’écriture (S)-révélation transgressive (I), le réel n’arrivant qu’avec l’orgasme et par l’angoisse omniprésente. Un des slogans de Diogène était « falsifier la monnaie » : il voulait la remplacer par des osselets afin qu’elle repasse de signe à symbole, pour lui rendre son caractère sacré. En revanche, le phallus restait signifiant et la prostitution cynique n’était sacrée qu’au regard des valeurs de la communauté, c’est-à-dire de l’Autre basé sur la Jouissance absolue : « Il plaît à ces saints hommes (…) d’abuser des mâles qui sont l’objet de leur amour et, si ceux-ci ne sont pas prêts à céder avec empressement à leurs avances, de les contraindre par la violence (…) Il leur plaît de (…) ne s’abstenir d’aucune partie pour l’accouplement, dût-on user de violence contre quelqu’un. Il leur plaît que les femmes s’avancent vers les hommes, puis qu’elles les attirent en usant de toute leur habileté (…) Il leur plaît que les femmes (…) soient nues, qu’elles se débarrassent de tout au vu de tous et qu’elles s’exercent avec les hommes » (Philodème, je souligne). Si le témoignage semble quelque peu exagéré — d’après l’Histoire, les cyniques ne contraignent pas, ils séduisent —, il n’en reste pas moins la meilleure description possible de ce mythe qui soutient 24 siècles plus tard le renversement opéré par les femmes (du dire à l’écrire) : il suffit de remplacer le ‘saints hommes’ par ‘saintes femmes’ pour obtenir la description d’un univers de littérature hipparchique — despentésienne en particulier — ce qui détourne métennévrotiquement l’égalité voulue par les cyniques en dissymétrie — attisée par la dénonciation féministe basée sur l’Autre — : les Chiennes ‘savantes’ dominent les Chiens ‘souffrants’ (en souffrance, désemparés, pris à leur propre jeu)… Là aussi — comme chez les cyniques anciens —, la masturbation (auto-érotisme) et le rapport prostitutionnel qui ne fait pas rapport sexuel — mais qui en souligne et en revendique l’impossibilité — sont les seules possibilités, mais la différence pornographique réside dans l’écriture fictionnalisant le viol pour soutenir la pornocratie hipparchique transgressive. Le viol devient alors un « risque à prendre », « une circonstance politique » (Camille Paglia) souvent « initiatique » (Despentes : « rituel sacrificiel central », il dévoile une féminité semblant extra-œdipienne bien que ce soit l’Autre commun — n’importe quel homme sera ici le Nom — qui permet cette sexuation) : « le viol fait les meilleures putes » (id.), éduquées à la loi sexuelle en même temps qu’à la puissance d’indépendance pornocratique. Le viol instaure un « silence croisé » qui s’écrit dans l’espace littéraire, par ‘spectralité’ — niveau fantomatique de l’imaginaire — : « glissement du particulier au général » — selon Jacques Derrida (« ce qui nous hante, ce ne sont pas les morts, mais les gouffres laissés en nous par les secrets des autres ») — où la communauté prostitutionnelle est hantée par l’angoisse (peur du rien — Phi I —) désœuvrante (il n’y a rien — d’imaginaire —), c’est pourquoi « il y a un lien réel entre l’écriture et la prostitution » (Despentes). Dans les fictions despentésiennes, la pornocratie hipparchique s’écrit dans les marges urbaines où le viol féminisant légitime la violence transgressive faite contre la loi phallique, donc aussi contre la langue qui la soutient (Baise-Moi en est l’archétype d’abord littéraire, puis filmique, par simple polissage d’images : ces dernières ne sont pas dans la logique du porno ‘hard’ zoomant pour mieux faire apparaître la violence sexuelle, mais dans une implacable logique revendicative et féministe) : « Ces expériences [littéraires métennévrotiques] ont en commun de poser le problème de la langue au contact de la matière (le corps, le sexe, etc.), avec pour objectif une matérialité de la langue. En ce sens, ce que G. Deleuze nomme ‘pornologie’ — « la littérature pornologique se propose avant tout de mettre le langage en rapport avec sa propre limite, avec une sorte de ‘non-langage’ » (Deleuze) — trouve son strict équivalent fictionnel dans l’‘écriture prostitutionnelle’ de P. Guyotat. L’écriture prostitutionnelle dévoile le compromis en quoi consiste toute représentation, et témoigne du lien non seulement de causalité, mais aussi d’identité, entre la mise en prostitution et les transformations de la langue (…) c’est l’usage des corps, c’est-à-dire la mise en prostitution, qui en [le faire-art métennévrotique] constitue le gestus » (Lallement). Ce faire-art est la traverse nécessaire à l’hipparchisme, pour que la dénonciation pornocratique de la loi phallique puisse faire événement : le ‘gestus’ dépentésien est la ruse des pornê consistant à attirer les hommes (les appâter phalliquement) pour mieux les dérouter, les rabaisser et les réduire, en retournant la loi phallique contre eux. Seules les pornê savent que « rien est ce qu’il y a » (Maurice Blanchot) — ce sont ainsi des Chiennes ‘savantes’— ce qui permet l’épiphanie (éventuellement ritualisée dans certaines fictions) d’une pornocratie détournant l’angoisse de castration vers l’homme et sa finitude phallique — humilié, manipulé, l’homme souffre d’angoisse face à des femmes hipparchiques qui ne semblent obéir qu’à l’Autre (car c’est ce dernier qui leur a donné une féminité comme emblème). Jouant l’Autre contre l’autre, le fantôme contre le fantasme et le savoir métennévrotique de l’écriture contre les discours névrotisant de la loi phallique, elles initient une pornocratie sans partage, celle des « femmes fatales » (figure typiquement pornographique citée par Despentes). Puisque le rien n’est pas symbolisé pour l’homme, ce dernier se retrouve être un reste (a), déchet d’une pornographie métennévrotique qui le rabaisse, détritus bandant-débandant, dont on n’a plus besoin pour orgasmer — ce qui n’est d’ailleurs pas la priorité des hipparchiques : elles préfèrent jouir du pouvoir et de la liberté. Cette souffrance de l’homme est, en outre, isolante : « On dit souffrir comme un chien, et aussitôt c’est entendu (…) On a voulu dire que là, quelque part, la souffrance est impartageable » (Aïcha Liviana Messina). « On dit comme un chien parce que dans la ville, ils sont son absence de frontière » : « on l’a mise au lieu de sa solitude la souffrance, quand il [l’homme] n’est plus qu’un chien, un chien de plus, celui qui égale tous les autres dans la horde » (id.), horde sauvage primitive (cf. Freud) devant tuer le Père pour redevenir communauté d’hommes. C’est pourquoi la pornographie métennévrotique est un « anxiolytique » (Despentes) pour une femme, mais un danger angoissant pour un homme. Les femmes (pornocrates hipparchiques) y voient une fonction pour « équilibrer la différence de pression » (id.) et dévoiler la part de réel que les hommes tentent d’élider : c’est une part hybride et asexuée que Despentes appelle (en référence au film) ‘King Kong’. C’est l’horreur qui échappe à l’imaginaire et au social, c’est la puissance d’indépendance que les hipparchiques pensent avoir acquise par le viol : « King Kong Girl ». Face à ce pouvoir, l’émancipation masculine est plus que jamais remise en question : comment sortir de la finitude phallique ? Mais le questionnement induit par cette dissymétrie en cache un autre plus important car plus profond : la pornographie métennévrotique -passant à côté de la jouissance de l’Autre et des vertus de l’orgasme- ne met-elle pas la féminité en une position encore plus risquée : la « maladie de la mort » ? Marguerite Duras entend par là l’impossibilité d’aimer, dans le sens où la pornographie métennévrotique perd en érotisme ce qu’elle gagne en politique, voire en art. En effet, à partir du moment où l’Autre n’est pas Deux, où le rapport n’est pas particulier, où le rien n’est pas symbolisé pour l’autre, la jouissance risque d’être orpheline du désir. Face à ça, seule la rencontre mystique et le corps débordant permettent de solutionner l’articulation des substances jouissantes : c’est en mettant en scène l’orgasme et ses jeux que la pornographie métembordotique donne les clés d’une sexualité épanouie.

Les femmes peuvent accéder, une par une, à un savoir supplémentaire, défiant l’ignorance phalliquement jouissive. Ce savoir est un danger pour l’homme, mais il peut aussi être le lieu liant les jouissances, d’abord celles de chaque femme (en elle-même), ensuite, celle de la femme avec celle de l’homme : « (…) la jouissance (en tout cas celle des filles) est immanente. Elle est le sujet du sujet. » (Catherine Breillat, Pornocratie, je souligne). Ainsi, la jouissance de l’Autre (J de A), typiquement féminine, est un savoir de la puissance, celle de/par la jouiscence, qui se dénoue en orgasme ou en extase. L’Autre, lieu de la parole, vide, et source du symbolique, doit être jouit ‘motériellement’ (et non comme motière — art métennévrotique —) : « Catherine Breillat dit quelque chose de la jouissance Autre, de cette jouissance immanente qui reste donc du côté de la femme, elle va même jusqu’à la nommer, elle l’appelle pornocratie (…) C’est la jouissance de la lettre, qui s’approche ici du mysticisme. En se décollant du phallus, c’est vers Dieu que l’on tend. » (Stéphanie Francoz). Dieu est un autre Autre, un vide auquel on croit, un Deux permettant l’harmonie de la femme, entre ses jouissances (l’Autre se lie à la phallique). La rencontre mystique avec Dieu est une métembordose, le mythe de la pornê se soutenant du mythe de la pas-toute, par débord (ek-stase) : pas-toute à l’autre, pas-toute puissante, elle est la pute de Dieu, l’Israël de YHVH. En ce sens, l’Autre est ce Verbe qui la fait femme, c’est-à-dire putain au pouvoir divin. C’est pourquoi la mystique solutionne la ‘maladie de la mort’, bordose par excellence : « absence de castration, incapacité à accepter le manque, le trou… donc pas de désir. C’est là la signification de la maladie de la mort, de l’impossible à aimer » (S. Francoz), c’est l’angoisse de la béance (R). Jouir du vide de l’angoisse revient ici à résoudre cette dernière (métembordose). C’est aussi pourquoi la mystique est souvent vécue comme dernier refuge devant le désespoir. La jouissance de l’Autre est là où la pornocratie cynique s’y nique. Pornocratie divine. La mystique vient du verbe ‘myco’ dont la racine signifie ‘fermer’, clôture ce qui bée : les trous. Ainsi, la jouissance de cet Autre vide et immanent comble ce qui troue les femmes (son sexe avant tout), liant motérialité et jouissance phallique. Rapport direct avec le caché, la rencontre mystique laisse des traces (stigmates de l’ek-stase et non plus-de-jouir de l’orgasme) sur le corps de chaque femme, révélée en tant que telle. « Troumatisme extime » (Lacan), la jouissance de l’Autre marque le corps de la pas-toute de sa solitude avec le vide, féminité absolue, donc incapable d’actualiser la conjonction des jouissances de l’une et de l’un (l’homme). La mystique manque ainsi à la création de restes (a), sans pour autant couper du schéma ordinairement phallique, ni même de la possibilité d’aimer (sans toutefois que cet Amour ne puisse devenir nécessaire comme seule l’est ici la jouissance féminine). Le nouage du réel de la rencontre à l’absolu imaginaire de Dieu risque d’étouffer la femme dans sa sagesse solitaire si le reste (a) reste identique, manquant du ‘rien’ symbolisé (ce dernier devant ici être « l’utilité du vide » — Guy Massat). En vue d’une conjonction paritaire, absence et inexistence (I) font défaut à la simple mystique. Alors que l’extase est une métembordose de l’abandon, le lien de l’Autre comme Deux au don du reste créé — par symbolisation du rien — est nécessaire à la conjonction des jouissances, par les orgasmes particuliers. Ainsi, la mystique ne peut suffire puisque ici l’Autre ne laisse pas de place à la différence de chaque autre, dans l’articulation des jouissances (elle n’en laisse que dans le désir). Le jeu de la pornographie métembordotique consiste donc à nouer les débords orgasmiques pour attester de la jouissance de l’Autre par le corps tout en rapportant ce corps aux traces de l’autre. Il s’agit de mettre en scène les ‘A-par-a ’ (le ‘par’ étant le lien que seule la pornographie semble pouvoir offrir) de la sexualité en entéléchie. Dans cet art, Dieu est le Proxénète et les sécrétions suppléent à la détumescence (à sa nécessité scripturale). Le corps de la pas-toute ne peut se con-tenter (cas de la mystique) des stigmates de l’Autre, il doit tracer, en débordant, la puissance du corps de l’autre (pour maintenir la jouissance phallique masculine). Mais la pornographie métembordotique ne se substitue pas absolument à la mystique : elle y puise sa jouissance de l’Autre pour la transfuser dans la mise-en-scène mythique de l’orgasme, l’ek-stase étant alors détournée en débords imaginaires (l’érotisme alchimise, quant à lui, l’ek-stase en débord réel : c’est l’Amour de transfert — le ‘transmour’ allouchien —). De l’a-bord (jouiscence, au lieu de la jouissance supplémentaire) de l’orgasme au dé-bord (plus-de-jouir : trace de l’orgasme), l’autre Autre (Proxénète) métabolise les liens imaginaires par métonymies des restes (a) : « Pour produire du plaisir, il faut, en effet, que quelque chose apparaissent comme une faille sensible, qu’un écart, une différence, un rien soit ouvert, qui puisse, l’espace d’un instant [celui de la rencontre, toujours particulière], offrir un reflet vide de l’absolu de la jouissance… » (Serge Leclaire, Démasquer le réel, je souligne). Ainsi, la jouissance infinie de l’Autre invoque (le ‘reflet vide’ est l’impact de l’Autre sur le détour pulsionnel, par l’imaginaire) l’ouverture du rien (Phi I) dans sa symbolisation (I-S). La mystique des sécrétions est justement l’espace de prédilection pour le jeu des symboles. La jouissance phallique étant finie par la mort — et l’orgasme indéfini —, la jouissance de l’Autre intervient comme un mourir (jouiscence) entachant les restes de rien symbolisés. Alors que les traces de l’orgasme (plus-de-jouir = reste actualisé/maturé par le rien) — ou leurs suppléances imaginaires (schize du reste et du rien dans la fiction) — relient les jouissances féminine et masculine en une conjonction imaginaire des orgasmes, les symbolisations du rien relient l’Autre au reste, assurant l’A-par-a d’une sexualité débordante. Cela signifie que les symboles sont à l’origine des traces orgasmiques. La pornographie métembordotique doit donc fonder la mise-en-scène des traces sur des jeux de symboles, ce qui implique un rythme fétichisant le corps (et non la femme) : les scènes sexuelles contemplatives oscillent (par courts-circuits) au gré des symbolisations (ces alchimies métonymiques s’opposent aux montages métaphoriques des autres pornographies, ces dernières préférant la fascination — zooms et gros plans pour l’art métempsychotique, violence transgressive pour l’art métennévrotique). Le symbole est « la présentation d’une idée dans l’intuition » (Emmanuel Kant), c’est-à-dire la venue d’un absolu imaginaire dans le symbolique, une « jonction avec l’origine » comme « les deux moitiés d’une pièces de monnaie » (Umberto Eco), ou plus précisément, la jonction I-S, celle du rien (origine de l’I, utilité du vide) à la castration (origine de la jouissance phallique). Puisque « le seul signifiant qui soit symbole, c’est le Phallus » (Lacan), la pornographie métembordotique s’axe avant tout sur la réalité phallique des corps : le clitoris de la pas-toute et — plus ostensiblement — le pénis de l’hommoinzin.

Classiquement, la castration amène le phallus vers le symbolique afin que la pulsion se satisfasse en jouissance, mais la première nommée est alors détournée par un reste (a) issu de l’Autre (peu importe ici lequel) vers l’élision (-Phi) : entrant, en tant que rien, dans l’imaginaire, le phallus se dresse alors vers le réel (par la jouiscence) du pénis turgescent. Les spasmes borroméens ainsi déclenchés créent l’orgasme pour se perdre en deux voies simultanées : d’une part les traces (plus-de-jouir), d’autre part la révélation d’une béance fondamentale, celle de la disjonction des substances jouissantes. C’est la détumescence, en stoppant symboliquement (« castration réelle » dira Chaboudez) l’orgasme, qui manifeste la finitude sexuelle de l’homme tout en permettant d’inscrire la loi phallique. En effet, la détumescence sépare le reste (le pénis, dans l’imaginaire, n’est plus qu’un petit tas — a ! —) du rien (ce dernier risquant alors de tomber dans le symbolique : phallus comme signifiant de la jouissance et inscription objectivante), rendant les traces vaines. En revanche, si la jouissance féminine, par celle de l’Autre, symbolise le rien en actualisant le reste (a’), la puissance phallique de l’homme est alors soulignée métembordotiquement puisque la détumescence n’annule plus les traces mais se retrouve au contraire suppléée par la mystique spermatique (alors, la loi phallique est débordée à chaque fois que les sécrétions répondent symboliquement aux bords créés par la détumescence, comme si l’imaginaire se jouait constamment du symbolique) : « Homme, quelle que soit ta virile pugnacité, tu ne peux parvenir à être que l’objet du sujet./ Oublie et abandonne-toi. Effectue le passage de la dissolution du corps, oublie ton membre, laisse-le à sa minimale charge agir tout seul comme un ver dans une chrysalide, acceptes-en la perte et de te perdre avec. (…) Ainsi l’emmena-t-elle entre ses jambes la chevauchant et le chevauchant dans un indescriptible mélange et une jouissance où il n’était jamais parvenu. / Une jouissance pure et simple. Où il ne s’agissait plus de mourir, mais de vivre, d’un moment respirer le souffle court de l’immatérialité infinie. C’était donc une jouissance de femme, et la semence sans doute avait jailli mais le membre n’avait pas faibli pour autant car là n’était plus l’accomplissement. / La pornographie leur apparut alors comme le Verbe (l’écriture) de la femme révélée. » (Breillat, Pornocratie, je souligne). C’est par la jouissance de l’Autre que chaque femme peut sauver l’homme de sa fatale loi phallique en re-liant imaginairement le reste (actualisant la puissance du corps masculin) et le rien, remplaçant alors l’inscription par la conjonction des substances jouissantes et la parité des mythypes. C’est cette révélation (écrite et non de l’écrit — hipparchisme —) — ce secret de la pornê — que met en scène la pornographie métembordotique. Pour symboliser le rien, la pas-toute ‘con-sacre’ nécessairement le sperme (plus-de-jouir en tant que trace de l’orgasme) avec son corps et/ou y supplée par des débordement imaginaires contingents (autres sécrétions et avatars fantasmatiques). Mais, si le salut sexuel de l’homme se trouve dans la mystique des sécrétions selon le bon vouloir de la pas-toute (offrant alors son corps comme part imaginaire indispensable à l’actualisation du reste grâce à l’Autre-Proxénète), le corps de l’homme n’est pourtant pas dépourvu de nécessité : « l’érection, c’est le miracle au quotidien » (Florence Ehnuel, je souligne), donnant « l’organisation, l’ordre et l’intensité à l’ensemble [du corps] » et transformant le pénis « vers ce point de fuite, vers cette essence, vers cette densité si concentrée qu’elle se relève parfois comme si elle débordait d’elle-même » (idem, je souligne). Ainsi, l’homme détient, par sa turgescence, la « promesse de l’orgasme » (idem) car le phallus — devenant réel — se déborde lui-même et invoque la symbolisation du rien dont la femme peut désormais en faire un rapport mystique. En outre, « la verge [est le] symbole de l’offrande » (idem, je souligne), un « ostensoir » auquel chaque femme tend à rendre hommage, un « Saint-Sacrement » que chaque femme tend à transformer en « annonciation » (idem). C’est pourquoi les pas-toutes ne peuvent se laisser aller à une Pornocratie (cynique ou divine) — si elles veulent une conjonction des jouissances et un partage orgasmique — : elles se doivent de donner leur corps (« attribuer le symbole va de pair avec se donner » — Chaboudez) pour adorer celui de l’homme, via son pénis (et ses testicules qui « attestent de sa virilité », source même du débord, éjaculation en puissance), trésor jaillissant à la sécrétion nécessaire au maintien de la puissance phallique (par le réel de la substance visqueuse, insaisissable et transparente). Ainsi, la pornographie métembordotique respecte le détournement pulsionnel suppléant à l’interdit de l’inceste dans la souillure mystique de l’Aphros, l’écume de l’amer se substituant à l’écume de la mer(e), Héra (qui erra)… Mais le jeu du jet juteux ne doit pas faire oublier que c’est la jouissance de l’Autre ressentie dans le corps de la pas-toute qui origine la pornographie métembordotique, que c’est plus précisément une clé qui embrase la réaction foudroyante des orgasmes par l’enchaînement des jouissances dans le vide, tissage de l’A-par-a : c’est la « stimulabilité transférée du clitoris au vagin » par « enflammement » (Freud), lien de l’Autre ‘envaginé’ au phallus ‘clitorisé’. « Si on parle de nœud, c’est faire allusion à l’embrassement, à l’étreinte, mais autre chose est la façon dont fait irruption dans la vie de chacun, cette jouissance qui, soit appartient, si l’on peut dire, à l’un de ces corps, mais à l’autre n’apparaît que sous cette forme, si l’on peut dire, de référence à un Autre comme tel, même si quelque chose dans le corps peut lui donner un mince support, je veux dire au niveau de cet organe qui s’appelle le clitoris. » (Lacan, je souligne) : jamais castré car dépourvu de dimension symbolique, le ‘klei-toris’ est néanmoins un phallus en tant que symbole (I) d’une part et nécessité orgasmique (R) d’autre part, alors que le vagin est la contingence qui relie le rien symbolisé à l’Autre, par actualisation du reste. Là où le pénis ne peut qu’invoquer le corps de la pas-toute en promettant l’éjaculation orgasmique, le clitoris est une source infinie d’orgasmes, une clé qui jamais ne se rouille, pour que toujours la vulve se mouille... Dit autrement : le lien des deux jouissances en chaque femme advient plus simplement que le lien des jouissances masculines et féminines. Cette apparente évidence contribue à la fascination qu’exerce le corps de la pas-toute sur l’homme, ce que la pornographie métembordotique met en avant : courbes et traces commandent le rythme de la mystique des sécrétions de l’homme, le fétichisme spermatique dépendant lui-même des symbolisations féminines.

Alors que l’orgasme de l’homme est une « nécessité séparatrice » (symbolique), il n’en demeure pas moins dépendant de la jouissance supplémentaire féminine (J de A) qui se joue à travers les liens imaginaires de son sexe (R) à ses bords érogènes (restes : a). Alors que la détumescence masculine trahit un interdit incestueux — ce qui oblige l’homme à pallier spermatiquement (traces orgasmiques) —, le clitoris de chaque femme lui donne la possibilité infinie de changer l’Autre commun en Autre-Proxénète : « discret », le clitoris incarne le nouage caché des dimensions, entre le symbolique phallique venu de l’homme, l’absolu imaginaire niché au fond du vagin et le réel de cette vulve ‘horrible’ qui ouvre le corps de la pas-toute, c’est pourquoi « la caresse du clitoris est un art voisin du tir à l’arc zen : la seule manière d’atteindre la cible, c’est de l’oublier. Car le secret est là : la femme toute entière est dans son clitoris et seul celui qui entend sa musique pourra mettre le doigts dessus » ! (Jacques Colin). Mais la flèche phallique se décoche depuis l’Autre -vide épousant le passage, ‘étui’ vaginal mysticisant l’orifice vulvaire de la jouissance (trou fascinant, dévorant et monstrueux : R)- par l’arc pulsionnel aux quatre cordes (fesses : anal, seins : oral, regard et voix). Alors que la Mère sommeille au sein de chaque femme (‘uterus’), la tridimensionnalité du clitoris, en métabolisant l’imaginaire (allant du vide vaginal aux bords érogènes), dissous l’angoisse face à la ‘King Kong Girl’ et sa « bête mythologique qui eût vomi la naissance du monde » (Henry Miller) en nouant idéalement (via les symbolisations) les orgasmes (via la conjonction des jouissances) par sécrétions ou positions. Mais cela n’est possible qu’à partir du moment où la virginité est dépassée, en une transgression transcendantale, viol inaugural de l’Autre, apport principal/principiel (le seul qui soit incontournable) de la métennévrose. Puisque l’hymen y mène, la jouissance de l’Autre s’origine du phallus (signifiant) ce qui ‘con-faire’ au clitoris une place évolutive. Les temps (qui « produisent la matière comme les anneaux de nos anus produisent des excréments » — Massat) de la conjonction des jouissances sont alors dénoués selon les rythmes de l’orgasme par ses plus-de-jouir : à partir (et non l’inverse) du sperme de l’homme et du cri de la femme (plus-de-jouir : temps réel, scansion pulsionnelle), la pornographie métembordotique modalise les sécrétions (ou positions) en un temps linéaire (continuité imaginaire) et les menstruations (ou saignements) en un temps cyclique (symptômes de la virginité perdue). En tant que débords imaginaires, les sécrétions sont des fluides corporels, de la matière (surtout liquide donc riche en création : fertile) en mouvement, qui creuse des trous (R-S) pour mieux en déborder (symboliquement). Ces traces contingentes du corps sont des accidents (R) liés aux circuits pulsionnels : d’une part les sécrétions ‘orales-anales’, d’autre part les sécrétions ‘focales-vocales’ (ou pore-nographiques), toutes détournées spontanément (I) par le vide, pour symboliser le rien, vers la continuité. La « dynamique de l’impur » (David Vasse) est, par ces souillures sacrées, à la fois, suppléance à l’interdit incestueux et conjonction des jouissances sexuées : « Des manifestations sécrétoires de la virginité à la souillure salvatrice en passant par les symboles digestifs, les films de Breillat consacrés à ce parcours organique de la plus haute intensité invitent à penser l’obscénité comme mode privilégié de dépassement, d’extériorisation de la substance humaine aux quatre coins d’un espace idéalement propice au phénomène de déchirement et de séparation d’avec l’état d’enfance que représente l’acte sexuel inaugural » (idem). Par exemple, Alice (héroïne d’Une vraie jeune fille — Breillat —, au pays des ‘mères-veilles’) aime contempler ce qui sort de son corps (salive, sécrétions vaginales, vomi, urine…) et en rejouer la symbolisation par d’autres fluides (jaune d’œuf, résine, cire, boue…), afin de pouvoir lier le vide (A) et le reste (a), en vue de la maturation (a’) de ce dernier. Mais le circuit ‘oralanal’ (lait, vomi, merde, pisse) plus ostensible, comme exhibé, ne doit pas masquer les sécrétions plus subtiles s’échappant de la peau — liées au regard et à la voix — : salive, sueurs, larmes et sécrétions vaginales. Le passage d’un circuit à l’autre se fait le plus souvent par écoulement (pisse et salive sont les liquides privilégiés pour amener d’un circuit à l’autre car ce sont ceux qui amènent le mieux la continuité) dans le sens où la pulsionalité des sécrétions symbolise d’autant mieux le rien qu’elles s’évide : des souillures scatologiques à la moiteur du corps, le vide se fait plus présent, resserrant l’A-par-a, ce qui permet de fluidifier les symbolisations. Ainsi, si « nous naissons entre la fiente et l’urine » (Saint-Augustin), nous nouons les jouissances dans une conjonction sexuée : « Alice s’éveille, la main entre les jambes, puis écrit son prénom sur le petit miroir accroché près du lit avec la trace de son plaisir déposé sur le bout des doigts (…) : c’est à travers ses muqueuses qu’Alice sait qui elle est » (Vasse, je souligne, on pense aussi à la vulve pleine de rosée vaginale de la femme dans Anatomie de l’Enfer — Breillat —). Si la pornographie métembordotique ne doit négliger aucun des deux circuits, elle a néanmoins tendance à privilégier l’humidité imprégnant les corps puisque c’est ce circuit qui est le plus proche du rien : l’exemple le plus évident est celui de La Saveur de la Pastèque (Tsaï Ming-Liang) où ce sont la sueur, la salive ou plus simplement l’eau et le jus qui rythment les scènes (filant ainsi les symbolisations). La dynamique sacrée tient à la fétichisation de ces traces par l’image dans le sens où « la pureté est le pouvoir de contempler la souillure » (Simone Weil). Ce secret mystique des sécrétions qui se créent alors peut être souligné par une ruse propre à la pornographie cinématographique : les positions du corps féminin par rapport au pénis peuvent, en tissant via le regard (pulsion scopique/focale) le rien aux restes, favoriser les symbolisations parfois évanouies des sécrétions (ces dernières échappent souvent à l’A-par-a, ce qui empêchent les traces de faire con-jonction). Interface liant pornographie et érotisme, le reste (a) soutenant le regard fictionnalisant les étreintes métembordotiquement trouve sa pleine mesure dans les films de gonzo, par la vectorisation de la focalisation interne (système POV : Point of View) : ce sont des transformations des accidents du porno amateur en spontanéité hypertrophiant l’importance fétichisante du regard. Là où le porno amateur se ‘con-tente’ d’une action directe sur l’imaginaire fantasmatique, le gonzo recherche une hypotypose (effet de réel) pour toucher la béance inconsciente et l’imaginaire fantomatique du rien (en ‘sautant’ l’imaginaire fantasmatique). C’est pourquoi les pornos amateurs relèvent plus souvent de l’art métempsychotique (le sacré vient le plus souvent de l’initiation sublime) alors que les gonzi jouent sur les débords (généralement moins excitant sur le court terme — masturbation — mais façonnant plus profondément l’activité sexuelle). C’est en sculptant continuellement le vide des images que les pratiques des gonzi approfondissent les traces : les seins et les fesses du corps de la pas-toute sont les pôles du circuit oralanal qui doivent se nouer au pénis afin de renforcer les symbolisations possibles des sécrétions correspondantes, via les figures ‘mythypiques’ de la branlette ‘espagnole’ (‘titfucking’) et de la sodomie. En revanche, cunnilingus et fellations (donc aussi 69) nouent les débords imaginaires nécessaires (les traces orgasmiques, plus-de-jouir : le cri et le sperme), ce qui signifie que ce sont les positions transcendantales de la pornographie métembordotique, contrairement aux pénétrations vaginales qui sont les figures principielles des métennévrose (par le viol) et métempsychose (par le sublime). Métembordotiquement, la pénétration ‘classique’, parce qu’elle noue le rien et le vide en zappant les restes, n’est que l’incarnation de la sexualité en acte (angoisse pour l’homme). C’est pourquoi la pornographie métembordotique mène au bonheur masculin (s’il n’est pas encore atteint érotiquement dans le ‘faire l’amour’ — pénétration vaginale — à la pornê, à la faveur des débords réels) alors que le bonheur féminin est assuré hors de l’orgasme, l’Autre et l’autre étant déjà en elle.

L’essentiel de la pornographie métembordotique se situe donc dans les débords imaginaires, en-deça de la simple union des sexes (le pénis dans le vagin — défloraison mise à part), cette dernière étant considérée comme ce qui bée (angoisse réelle). Autrement dit, la pore-nographie ne répond pas à l’érotisme de la pénétration vaginale mais répond de cette possibilité de bonheur. Concrètement, c’est la recherche mythique des diverses voies orgasmiques qu’invoque la pornographie métembordotique, l’érotisme -par le nouage des désirs- en étant la fin. En tant qu’« exubérance de l’origine » (Jean-Luc Nancy), les débords du corps de la pas-toute sont ce qui du réel (substance jouissante) féminise les formes imaginaires : les seins (sécrétions orales) et les fesses (sécrétions anales). Ainsi, le creux du décolleté laisse apparaître deux déplis du corps, la « venue au monde » (naissance) de courbes qui s’élèvent, jusqu’au bourgeon devenant bouton, îlot oral aréolé de lait : « trouble d’une abondance dans l’abandon » (Nancy). L’échancrure entre-seins crée un vide (Autre) où l’absence phallique (rien) semble se loger. La mazophallation (branlette ‘espagnole’) paraît ainsi invoquée, le pénis étant attiré par l’appel des traces du corps féminin : « Mastos, ‘le sein’ en grec, est d’une racine qui désigne l’humidité. En sanscrit, madati, c’est être humide ou ivre, comme madeo en latin. Etre humide, mouillé, ruisseler, regorger d’humeur. Parfois, mastos désigne une coupe à boire en forme de sein (…) L’humidité moulée, plastique, présentée. Le flot ou le flux saisi, offert dans sa forme d’onde » (Nancy, je souligne). Cette chaude humidité conduit alors le phallus (d’abord rien symbolisable, ensuite pénis érigé) vers les lèvres humectées — par la langue caressante — de la bouche accueillante à la salive enveloppante (passage de la mazophallation à la fellation, comme une évidence). À l’autre extrémité du corps, deux courbes répondent, plus massives : les fesses cachent un secret : ‘sous-tes-reins’ anal, étroit conduit touchant à l’étui vaginal, à l’ombre et au sec, ce trou symbolise la transgression clandestine mais promet l’infinie profondeur intestine. Pouvant être l’emblème homosexuel de suppléance à la jouissance de l’Autre, la sodomie est d’abord, pour le corps de la pas-toute, une séparation de l’Autre (vide vaginal) et de l’autre (pénis dans l’anus), le lien pouvant être imaginairement renoué par la double-pénétration. « Fondement de l’intimité », « limite de la vie et de la mort » (Vincent Borel), « siège de l’âme » (Claude Guillon), l’anus est le lieu de l’« épreuve érotique » et de l’« école de la grâce » (id.) de par son symbolisme marial : anneau sertissant le phallus pour mieux l’avaler, à l’envers des sécrétions fécales. À jamais la plus marginale et la plus dangereuse des positions (peine de mort encore encourue dans certains pays), la sodomie joue aussi la rondeur du rectum (vantée par Sade) dans le fétichisme des dilatations vertigineuses lorsque le corps féminin semble au comble de la béance, trace du chemin dégagé par la puissance ainsi signifiée du phallus-écarteleur. En outre, les contractions du sphincter anal (via le vide vaginal), par la pression sur le rectum, sont des marques de l’orgasme féminin, ce qui tendrait à légitimer l’exploration… parfois même avec la langue (anulingus) : nouage des sécrétions orales et anales. En revanche, le cunnilingus a un rôle considérable d’éclaireur : « si l’on a pas bu ces ‘gouttes de rosée’, il n’est pas de connaissance complète de la féminité. C’est comme un enseignement murmuré dans une grotte humide » (Guido Ceronetti). Comme si la langue devait -par les sécrétions de la bouche- enseigner les possibilités orgasmiques, d’autant plus grandes avec le pénis et ses sécrétions beaucoup plus puissantes et précieuses. Mais, l’homme a beau se ‘con-sacrer’ à la femme, le don qu’il fait ne peut réunir les orgasmes et leurs plus-de-jouir, sauf dans le cas particulier où le cunnilingus est partagé avec une fellation : soixante-neuf (69), symbole absolu du couple (l’oralité de l’un peut amener l’orgasme de l’autre alors que la vocalité de cette dernière conduit à l’orgasme du premier : les sécrétions peuvent conjoindre les jouissances et les orgasmes se nouent — posture pornographique par excellence, summum de l’art métembordotique… mais finitude, limitation à cette seule sphère, tautologie corporelle : l’érotisme des regards échangés y sont élidés). Cela nous amène à ce que Gérard Lenne nomme « l’idéal du rapport amoureux » : l’acte de sucer (‘fellare’). Ce n’est ni manger (aliments consommés, consumés, avalés) ni téter (sein laiteux, dans un unique mouvement continu), c’est plutôt de l’ordre de l’inspiration artistique, de l’aspiration symbolique : le pénis est attiré à la bouche, en une oscillation mystérieuse… D’abord, le titillement du gland avec la langue, humectant ce bout d’homme si fragile et si sensible au plaisir, ensuite l’irrumation de la verge turgescente, amenée entre les lèvres, enveloppée de salive et accompagnée par le ballet incessant et alléchant. Agissant ‘contre nature’, les dents imitent les lèvres, seules maîtresses du jeu et de son intensité ! Le liquide pré-éjaculatoire qui perle est vécu alors comme une preuve du plaisir, une victoire divine et une promesse d’orgasme. On pourrait croire à une nouvelle séparation de l’Autre (vide vaginal) et de l’autre, pour la pas-toute, mais c’est plus subtil que ça : la fellation est pour elle un décri : elle va à l’envers des traces (plus-de-jouir) que le cri laisse en vidant le corps de son vide, elle déplace ce vide en elle, par un vent inverse (invention), elle accumule de l’Autre en aspirant de l’autre. C’est pourquoi l’orgasme masculin est attendu, non seulement comme symbolisation nécessaire au rien (à sa puissance phallique) mais aussi comme sacre de la rencontre particulière entre lui et l’Aphrodite (pornê écumante) qui vient de le rendre heureux. Alors que la fellation purifie (regard sur la souillure) chaque femme, cette dernière est divinisée par la création du plus-de-jouir spermatique. « La fellation a la valeur d’une pièce à conviction (…). Des gouttelettes de salive aux commissures des lèvres au sperme jaillissant, on lui exhibe la preuve absolue qu’il [l’autre] n’a pas rêvé » (Franck Evrard, je souligne). L’éjaculation spermatique déverse le nectar sacré par saccades (scansion temporelle), cet élixir — vidant l’homme de sa substance (jouissante) — se répandant comme une offrande bénissant l’adoratrice, celle-ci étant alors — en même temps que bienaimée particulière — le visage de l’Autre divin en elle : « Aphrodite, panthéon de flots, pandémonium d’écume » (Nancy). C’est pourquoi la fellation est le geste mystique le plus essentiel de la pornographie métembordotique : dans les gonzi — moment fort et phare —, elle est souvent renforcée érotiquement par le regard et l’éventuel sourire de la pornê adoratrice ; dans les films de Breillat, elle est le lieu d’une « transformation alchimique », amenant une « nouvelle phase de la vie » : dans 36 Fillette, « Lili reste plusieurs secondes silencieuse à regarder sa main tachée et à sentir sa bouche humidifiée par cette liqueur amère, secondes d’éternité en souvenir de Sada qui, dans l’Empire des Sens [film fondateur de la pornographie métembordotique, de Nagisa Oshima], montrait, le temps d’un gros plan, un visage d’une pureté paradoxale avec émotion dans les yeux et gouttes de sperme suspendues à ses lèvres. Quelque chose d’étrange survient alors, indéchiffrable en termes de morale bornée, c’est l’humus du rituel ordonné selon l’approbation logique de la quête sexuelle » (Vasse, je souligne). Dans Tapage nocturne (Breillat), La conjonction des jouissances semble être atteinte lorsque « Dans l’orgasme, Solange cesse d’être consciente tandis que l’homme se vide, l’un et l’autre faisant ainsi l’expérience d’une énergie qui s’évacue dans le vestibule de la mort » ! (Vasse, je souligne). Lieu épanouissant, par le sperme de l’homme et par le cri de la femme — parce que cette dernière ne saurait tracer son orgasme simplement par les liquides giclants qui la font ‘fontaine’ (sorte de transfusion du vide qui n’apporte pas la conjonction des jouissances) — : lui se déverse corps et âme en une substance transparente et attachante, liquide baptismal éjecté pour tracer l’intimité en ruisseaux de jouvence ; elle « meure sans fin », par son exclamation « mémoire de la nuit », « témoin de l’immémorial », « écho de l’incessant », « maladie de la parole » (Messina) et du son, « oraison jaculatoire », et enfin « prière » traçant l’orgasme en un souffle performatif (le meilleur exemple filmique en est la scène finale de La Saveur de la Pastèquelui — traversant le vide du mur — vient éjaculer dans la bouche d’elle — en train de crier son orgasme — : nouage révolutionnant l’art métembordotique)… Si « exhiber (…) les traces de la jouissance prédestine les personnages à goûter au désastre de leur condition de mortel » (Vasse), ce désastre marque la ‘dé-con-sidération’ dans la spectralité du spectateur. Ainsi, ce dernier s’imprègne des nécessités mais aussi des limites que les soubresauts orgasmiques lui mettent en scène : les sur-sauts du pornographié consistent en sauts artistiques jaillissants dans les sauts de son inconscient, métembordose rendant la spontanéité filmique à la merci du hasard des rencontres. Sérendipité sacrée des secrets précipités !

À suivre dans :

III. Bathygraphie de la Tuchè ou le sur-saut du Toucher

IV. Prodromes de la modernité où l’ICS (X) a-dolescent

P.-S.

Inspiré par :
Livres :
- Écrits et Séminaires X à XXI (Jacques Lacan)
- Rapport sexuel et Rapport des Sexes (Gisèle Chaboudez)
- Catherine Breillat : Cinéma du rite et de la transgression (David Vasse)
- Dictionnaire de la Pornographie (sous la direction de Philippe Di Folco)
- La Naissance des Seins & Péan pour Aphrodite (Jean-Luc Nancy)
- L’incontenable (Christian Prigent)
- King Kong Théorie (Virginie Despentes)
- Le Beau Sexe des Hommes (Florence Ehnuel)

Articles :
- « D’Oreste à Lacan », « Le Vagin denté de la Reine Victoria et le non-rapport sexuel », « Pulsions invoquantes », « L’objet petit a…o (tao) » et « La dit-solution : l’objet petit a ‘à la portée des caniches’ » (Guy Massat)
- « Femme de l’Eros et femmes de l’agapê » et « L’Orgasme » (libertin78.unblog.fr)
- « Votre désir me concerne » (Cécilia Hopen)
- « Pornographie, écriture prostitutionnelle » (Valérian Lallement)
- « Anatomie de l’Enfer et Maladie de la Mort » (Stéphanie Francoz)
- « Une Promesse qui se libère » et « Souffrir comme un Chien » (Aïcha Liviana Messina)
- « Le Cynisme ancien et la Sexualité » (Marie-Odile Goulet-Cazé)
- « Lettre à Marc Darmon (sur la traduction de ‘rapport sexuel’) (Carlos Herrera)
- « Invitation à la lecture : La Jouissance, enjeux et Paradoxes (Roland Chemana) » (Catherine Ferron)
- « Ce que c’est que d’être en proie au symbole » (Claire Brunet)

Partenaires référencement
Psychanalyste Paris | Psychanalyste Paris 10 | Psychanalyste Argenteuil 95
Annuaire Psychanalyste Paris | Psychanalystes Paris
Avocats en propriété intellectuelle | Avocats paris - Droits d'auteur, droit des marques, droit à l'image et vie privée
Avocats paris - Droit d'auteur, droit des marques et de la création d'entreprise