Psychanalyse-Paris.com Abréactions Associations : 8, rue de Florence - 75008 Paris | Tél. : 01 45 08 41 10
Accueil > Revue de presse « psy » > Un premier Freud féministe

Parutions.com

Un premier Freud féministe

par Sylvie Lesné

Date de mise en ligne : vendredi 10 mars 2006

« La pensée freudienne a souvent enfermé les femmes dans la logique oppressive du manque, de l’hystérie, ou de l’envie du pénis. On sait moins que, dans ses premiers textes, le fondateur de la psychanalyse fut un “cryptoféministe” qui élabora, à partir de l’observation de ses patientes, une réflexion attentive et inventive, de nature à rendre compte de la spécificité de la problématique féminine : ce que Monique Schneider nomme “le paradigme féminin” » (Sylvie Lesné, Parutions.com).

- Lire l’article de Sylvie Lesné sur Parutions.com


Monique Schneider, Le Paradigme féminin, Flammarion - Champs, Paris, 2006, 340 pages.

« La définition ablative du féminin - "sexe auquel manque le morceau estimé par-dessus tout" - domine la construction freudienne au point de faire oublier les déclarations inaugurales qui campent un Freud crypto-féministe, faisant sienne la “protestation" adressée par les femmes à la civilisation. En s’engageant ainsi en territoire féminin, Freud construit le modèle d’un espace psychique - l’"espace creux", offrant une "fente
étroite" - pouvant aussi bien se défendre contre la pénétration de "tout corps étranger" effracteur que l’accueillir en son sein. Il s’étaie sur cette représentation pour doter tout psychisme d’une topique héritée du paradigme féminin et fondant les opérations soit de refoulement, soit d’ouverture et d’"admission". Comment comprendre qu’une fois devenue propriété de tout psychisme, cette fonction de l’espace interne soit, dans la suite de l’œuvre, déconnectée de la dynamique féminine ? Faisant retour au Freud des origines, Monique Schneider entreprend de dégager les prémisses d’une jouissance s’ouvrant moins sur la quête phallique que sur la découverte onirique, à l’intérieur de soi, d’une "chambre supplémentaire". Soulignant ce qui déconcerte le rapport au vouloir, elle écrit : "On ne saurait vouloir le féminin ; on ne peut le rencontrer que comme suspension de la logique phallique, comme une expérience s’imposant, à tous les sens du terme, comme renversante." » (Présentation de l’éditeur, Amazon.fr).

Commander ce livre avec notre partenaire
Amazon
Partenaires référencement
Psychanalyste Paris | Psychanalyste Paris 10 | Psychanalyste Argenteuil 95
Annuaire Psychanalyste Paris | Psychanalystes Paris
Avocats en propriété intellectuelle | Avocats paris - Droits d'auteur, droit des marques, droit à l'image et vie privée
Avocats paris - Droit d'auteur, droit des marques et de la création d'entreprise