Forums Psychanalyse-paris.com
http://psychanalyse-paris.com/forums/

Fétichisme du pied
http://psychanalyse-paris.com/forums/viewtopic.php?f=12&t=697
Page 1 sur 1

Auteur:  Xpaste [ Sam Fév 26, 2011 4:49 pm ]
Sujet du message:  Fétichisme du pied

Bonjour,

Je ne suis pas un spécialiste, et je vais peut-être dire une grosse ânerie. Je risque.

Si j'ai bien compris, Freud a vu dans le pied féminin un substitut du pénis.
Je dois avouer que, certains jours, cette explication me paraît un peu capillotractée, comme disent les jeunes.

Une autre idée m'a récemment traversé l'esprit, et je la propose à votre critique.

Et si le pied féminin attirait certains hommes en étant, simplement et prosaïquement, la partie du corps féminin la plus éloignée à la fois du pubis et du visage ?
En quelque sorte, la fascination du seuil, de l'immobilisation sur le seuil ? de l'objet vu de loin ? de l'anticipation seule d'un moment différé ? ajourné ? ou du diffèrement du moment ?
Un peu comme dans la phrase populaire : "Le meilleur moment avec une femme, c'est quand on monte l'escalier."
Phrase populaire réexprimée par Charles Pépin sous la forme : "Le charme de l'auberge se trouve probablement dans le chemin qui y monte" (Philosophie Magazine n° 30, de juin 2009, p. 6)
Ou encore cette phrase d'une amie qui m'avait amplement surpris, surtout venant de sa part : "L'amour, c'est plus beau vu de loin."
Le fétichiste du pied ne cesserait de gravir, de son plein gré, un escalier sans fin ?

Qu'en pensez-vous ? Merci.

Auteur:  chb [ Lun Jan 23, 2012 9:56 am ]
Sujet du message:  Re: Fétichisme du pied

C'est exactement ce que dis Freud :D

Auteur:  Marie [ Mar Jan 24, 2012 12:12 pm ]
Sujet du message:  Re: Fétichisme du pied

si le pied est un "penis", qu'est la chaussure dans lequel s'introduit le pied ? :D

Auteur:  chb [ Jeu Jan 26, 2012 1:52 pm ]
Sujet du message:  Re: Fétichisme du pied

chb a écrit:
C'est exactement ce que dis Freud :D


Je précise.

Tout d'abord, à proprement parler (mais cela est sous-entendu dans votre formulation), le pied féminin est le substitut du pénis féminin. Le fétiche représente donc le pénis manquant, celui de la mère d'abord, celui auquel le petit enfant croit, du moins a cru, et refuse désormais de croire qu'il n'est pas là (pour se rassurer devant la menace de castration à l'encontre de son propre pénis).

(Je ne rentre pas dans les particularités de la dénégation.)

L'important ici est que Freud dit clairement ce que vous exprimez : c'est-à-dire que dans le choix du fétiche, c'est bien l'effet de seuil, ce que vous appelez «la fascination du seuil», qui est déterminant. Autrement dit, le fétiche est le dernier objet vu avant de voir ce que l'on se refuse de voir justement.

C'est souvent le pied, parce que c'est d'en-bas (des pieds) que le petit garçon peut apercevoir, sous les jupes de sa mère, cette insupportable absence.

En économie on dirait que le fétiche est l'objet qui maximise l'utilité marginale du regard et partant, de la libido, juste avant que celle-ci décroisse subitement en tombant sur l'amère constat de l'absence de pénis.

C'est également pour cette raison, précise Freud, que le fétichisme concerne souvent des pièces de lingerie : ce sont les derniers objets (étoffes) vus avant l'horrible absence.

Mais d'une manière générale, on peut dire que l'objet fétiche est dans une relation de déplacement et de proximité avec le pénis manquant.

Ce déplacement peut cependant être purement signifiant (métonymie) avec le fameux «brillant» sur le nez de l'article de Freud (glanz en allemand et glance en anglais).

Mais à propos d'explication «capillotractée», je ne doute pas que vous devinerez aisémentde quel le type de proximité il s'agit dans le cas du fameux fétichisme des nattes :)

Page 1 sur 1 Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
http://www.phpbb.com/