Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le Mar Sep 25, 2018 7:14 pm



Répondre au sujet  [ 1 message ] 
 La plainte en médecine et en psychanalyse 
Auteur Message
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Nov 01, 2006 1:01 pm
Messages: 1115
Localisation: Paris
Message La plainte en médecine et en psychanalyse
XIIe colloque du RPH
La plainte en médecine et en psychanalyse
L’arbre qui cache la forêt ?


Le 12 Mai 2007
de 8h 30 à 16h 30
Musée des moulages
Hôpital Saint-Louis – Paris 10ème

La plainte est une constante dans la clinique, quelle soit médicale, chirurgicale ou psychanalytique. C’est d’ailleurs la plainte qui pousse les patients à venir nous consulter. La plainte est normalement définie comme l’expression vocale – par des paroles ou des cris – de la douleur, de la gêne, de la souffrance difficile, voire impossible, au patient de gérer par lui-même. C’est par la plainte que le patient nous communique ses symptômes. La clinique nous a appris que la plainte est une manière aussi de signaler un malaise d’un autre ordre. Lequel ? Les plaintes incompréhensibles au premier abord ou difficiles à saisir, mettent inévitablement le clinicien dans un état d’attention redoublé car sa crainte, qu’il soit médecin, chirurgien ou psychanalyste, est de passer à côté de quelque chose de plus grave ou à risque létal pour le patient.

Dans une société où désormais le patient, parfois, est plus informé sur sa maladie que le praticien, il est très difficile de poser un diagnostic clair quand, tout naturellement, le patient se garde de dire les détails de ce qui le fait souffrir. Un tel comportement ne signifie pas que le patient ne veut pas nous confier son intimité, cela peut tout simplement dire que de lui, le patient ne connaît pas grand’ chose. Après avoir entendu la plainte, posé le diagnostic et proposé la thérapeutique, nous pouvons remarquer que quelquefois le patient recule. Veut-il rester dans sa plainte ? N’accepte-t-il pas le diagnostic ? Est-ce cette thérapeutique qu’il refuse ? De telles situations exigent du praticien un positionnement qui, parfois dans le quotidien de sa pratique, peut lui faire défaut.

C’est dans le but d’étudier les façons que les uns (médecins, chirurgiens) et les autres (psychanalystes, psychiatres, psychologues) ont trouvé pour se sortir de l’embarras de la plainte que nous avons choisi le thème de ce colloque.

Fernando de Amorim.

Renseignements et inscriptions sur le site du RPH :
http://www.rphweb.net/Fiche2.ips


Dim Avr 01, 2007 2:56 pm
Profil Site Internet
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 1 message ] 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron