Forums Psychanalyse-paris.com
http://psychanalyse-paris.com/forums/

L'analyste, un saint, ou un sein?
http://psychanalyse-paris.com/forums/viewtopic.php?f=2&t=368
Page 1 sur 2

Auteur:  mfc [ Dim Sep 23, 2007 2:48 pm ]
Sujet du message:  L'analyste, un saint, ou un sein?

Dans "Télévision", le journaliste pose la question suivante :

"Comment donc situer l'analyste à votre guise, qui ne collabore pas mais ne proteste pas non plus?"
Début de la réponse de J. Lacan :
Citation:
" On ne saurait mieux le situer objectivement, cet analyste, que de ce qui dans le passé s'est appelé un saint"


Bon, je reconnais avoir parfois trouvé à mon analyste des airs angéliques. J'en aurais bien aussi de temps en temps fait un martyr, mais un saint! vous trouvez pas que c'est un peu exagéré?

Comme j'ai écouté et non pas lu ce qu'a dit Lacan, je me demande si en fait il ne voulait pas dire
Citation:
" On ne saurait mieux le situer objectivement, cet analyste, que de ce qui dans le passé s'est appelé un sein"


Surtout qu'à un moment, il dit "L'effet de saint ..." et en même temps il se touche la poitrine. :)
Je comprends mieux certaines images fantasmatiques inavouables :oops:

Pour ceux qui ont envie de regarder autre chose que le rugby, voici un lien ou on peut écouter certaines interventions de J. Lacan. Le passage que je cite se retrouve dans l'extrait N°16(l'analyste) de "Télévision"

:) mfc

Auteur:  mfc [ Dim Sep 23, 2007 2:55 pm ]
Sujet du message: 

oups :oops: j'ai oublié le lien en question.

http://parolesdesjours.free.fr/lacan.htm

mfc

Auteur:  chb [ Dim Sep 23, 2007 3:17 pm ]
Sujet du message: 

<div><object width="200" height="166"><param name="movie" value="http://www.dailymotion.com/swf/2PABc0lh2tWXm5mVP"></param><param name="allowfullscreen" value="true"></param><embed src="http://www.dailymotion.com/swf/2PABc0lh2tWXm5mVP" type="application/x-shockwave-flash" width="200" height="166" allowfullscreen="true"></embed></object><br><b><a href="http://www.dailymotion.com/video/xrfht_television-16_creation">Télévision 16</a></b><br><i>envoy&eacute; par <a href="http://www.dailymotion.com/Paroles_des_Jours">Paroles_des_Jours</a></i></div>

Une auréole ou une aréole !… :lol:

Auteur:  am13 [ Lun Sep 24, 2007 7:30 pm ]
Sujet du message:  Re: L'analyste, un saint, ou un sein?

mfc a écrit:
Citation:
" On ne saurait mieux le situer objectivement, cet analyste, que de ce qui dans le passé s'est appelé un sein"


Surtout qu'à un moment, il dit "L'effet de saint ..." et en même temps il se touche la poitrine. :)
Je comprends mieux certaines images fantasmatiques inavouables :oops:

Pour ceux qui ont envie de regarder autre chose que le rugby, voici un lien ou on peut écouter certaines interventions de J. Lacan. Le passage que je cite se retrouve dans l'extrait N°16(l'analyste) de "Télévision"

:) mfc


Je pense aussi, mais au sens de "au sein de" ou "en son sein". C'est pour ça qu'il dit "dans le passé" (c'est un peu désuet)).
Le sein sous les seins ou sous l'essaim (S1) ? :wink:

Auteur:  mfc [ Lun Sep 24, 2007 8:48 pm ]
Sujet du message:  Re: L'analyste, un saint, ou un sein?

am13 a écrit:
Le sein sous les seins ou sous l'essaim (S1) ? :wink:


Le psychanalyste ferait partie d'un essaim d'abeilles? mmh... de guêpes ou de freulons plutôt :wink:

mfc

Auteur:  mfc [ Mar Sep 25, 2007 4:21 pm ]
Sujet du message: 

Miss,
T'aurais pas abusé de l'écoute de Lacan? Je crois qu'il est contagieux, j'ai rien compris à ton message :)

:) mfc

Auteur:  am13 [ Mer Sep 26, 2007 9:52 pm ]
Sujet du message: 

Pour ma part, je trouve ton interprétation convaincante !
D'autant que la "misère humaine" se trouve autant dans les cabinets de psys que dans les bidonvilles...
Finalement, l'abject est condition du transfert (comme rebut de la Jouissance n'est-ce pas ?).
Et le psy est un Saint, mais un saint sans desseins...
Par contre, je crois que ça ne va pas forcément jusqu'au SM puisque les rapports de domination peuvent être évités, évidés en tout cas...

Quant à la scansion : à manier avec modération...

Auteur:  mfc [ Jeu Sep 27, 2007 9:29 pm ]
Sujet du message: 

Miss a écrit:
Par contre, pour en revenir à la vidéo, la chute reste obscure pour moi. Pourquoi évoque-t-il les systèmes capitalistes ?


Peut être à cause la plus value, la jouissance.
On en revient aux seins, fèces, argent.

mfc :)

Auteur:  am13 [ Sam Sep 29, 2007 4:48 pm ]
Sujet du message: 

mfc a écrit:
Miss a écrit:
Par contre, pour en revenir à la vidéo, la chute reste obscure pour moi. Pourquoi évoque-t-il les systèmes capitalistes ?


Peut être à cause la plus value, la jouissance.
On en revient aux seins, fèces, argent.

mfc :)


Oui, les systèmes capitalistes ont un lien direct avec l'analité ! Le capitalisme (au sens des néoclassiques, d'un marché 'pur et parfait') est une régression au stade de l'abject, avec le plaisir de la rétention etc.
Et puis, il est vrai que ça a aussi un rapport avec le PdJ...

Auteur:  mfc [ Sam Sep 29, 2007 6:56 pm ]
Sujet du message: 

Jacques Lacan voulait-il que nous devenions tous psychanalystes?

Ce n'est plus "aimez vous les uns les autres" mais "analysez vous les uns les autres" Arrrgh!

:) mfc

Auteur:  chb [ Sam Sep 29, 2007 9:22 pm ]
Sujet du message: 

mfc a écrit:
Jacques Lacan voulait-il que nous devenions tous psychanalystes?

Ce n'est plus "aimez vous les uns les autres" mais "analysez vous les uns les autres" Arrrgh!


Ah ! je vous lis !… je ne suis pas vraiment d'accord avec cette histoire de discours capitaliste. Faudra que je m'y colle un jour, je ne sais pas si le moment est venu avec cette discussion : on verra. Pas-là maintenant, en tous cas. Mais juste cette réflexion sur la remarque d'mfc :

Analysez-vous : lèse-uns lèse autre.

Ça, ça me paraît plus lacanien comme écrture : mais en ce sens, le discours capitaliste, je parle du vrai, non pas de celui que ses détracteurs lui prête — celui-là est encore plus anal que l'original —, ne me semble pas en aussi grande contradiction avec le discours psychanalytique et/ou lacanien.

Je l'ai déjà suggéré dans 1 ou deux textes, je vous soumet à nouveau cette idée S0-gre-nue disons.

à vous de me titiller,
cb.

Auteur:  mfc [ Dim Sep 30, 2007 1:08 am ]
Sujet du message: 

Miss a écrit:
le discours capitaliste est du côté de l'accumulation comme tu l'as dit de la plus-value : toujours plus d'objets. Libre circulation, libre échange ou il est interdit d'interdire.


Pour moi la plus-value n'est pas l'accumulation. L'accumulation ne permet pas justement la plus-value, mais bon, je suis pas calée en économie(je dormais aux rares cours auxquels j'ai assisté).
Le recyclage des déchets génère de la plus-value, pas leur accumulation dans des décharges.

Bon en plus, je ne pense pas que les névroses, psychoses et perversions ne soient apparues qu'avec le capitalisme.
ça m'interesse, ce lien entre capitalisme et psychanalyse. Je m'interesse à l'éthique et je cherchais à faire le rapprochement entre l'utilitarisme de Bentham, l'impératif catégorique de Kant et l'éthique des vertus d'Aristote avec les théories psychanalytiques (la 2ème topique de Freud) en particulier. Mais je me mélange un peu les pinceaux je crois.

Je propose

utilitarisme ---> le ça
Impératif catégorique ----> le surmoi
Ethique des vertus -----> le moi

:) mfc

Auteur:  am13 [ Dim Sep 30, 2007 3:34 pm ]
Sujet du message: 

mfc a écrit:
Miss a écrit:
le discours capitaliste est du côté de l'accumulation comme tu l'as dit de la plus-value : toujours plus d'objets. Libre circulation, libre échange ou il est interdit d'interdire.


Pour moi la plus-value n'est pas l'accumulation. L'accumulation ne permet pas justement la plus-value, mais bon, je suis pas calée en économie(je dormais aux rares cours auxquels j'ai assisté).
Le recyclage des déchets génère de la plus-value, pas leur accumulation dans des décharges.

Bon en plus, je ne pense pas que les névroses, psychoses et perversions ne soient apparues qu'avec le capitalisme.
ça m'interesse, ce lien entre capitalisme et psychanalyse. Je m'interesse à l'éthique et je cherchais à faire le rapprochement entre l'utilitarisme de Bentham, l'impératif catégorique de Kant et l'éthique des vertus d'Aristote avec les théories psychanalytiques (la 2ème topique de Freud) en particulier. Mais je me mélange un peu les pinceaux je crois.

Je propose

utilitarisme ---> le ça
Impératif catégorique ----> le surmoi
Ethique des vertus -----> le moi

:) mfc


Pour l'utilitarisme, pourquoi pas, à condition d'y enlever toute scientificité, et surtout, toute connotation d'intérêt dans l'utile...
Pour l'impératif catégorique, cf. "Kant avec Sade" (qui confirme a peu près).
Pour Aristote, je suis un peu plus réticent parce que dans l'idée de 'vertu', il y a l'excellence d'un 'juste milieu', chez lui, le moi me semble un peu moins dans la notion d'équilibre... Alors, parler d'éthique moïque est ambigu...

Pour l'éco., je suis d'accord. L'accumulation capitalistique est indépendante de la notion de plus-value, qui elle, est marxienne (davantage que marxiste, j'ai envie de dire)...
Mais il y a un rapport : la plus-value apparaît quand une "force de travail" (de jouissance chez Lacan) obtient davantage de K a posteriori qu'a priori. On l'écrit comunément :
K->W1...Wn->K'
Si K'>K, alors la différence est la plus-value, faite par le travail (la jouissance) sur le K !
Ainsi, l'accumulation capitalistique peut tout à fait se débarasser de la notion de travail, comme dans le marché financier ! Bourse = summum de la régression anale. Contrairement aux marchés qui font intervenir le W.

Auteur:  mfc [ Mar Oct 02, 2007 11:05 pm ]
Sujet du message: 

Sur ces histoires de saints, j'ai trouvé un texte dont j'indique le lien :

http://www.champlacanienfrance.net/IMG/pdf/Mensuel3_MBinasco.pdf

Bon en fait, je cherchais un texte sur la canaille et je retombe sur les saints :(

Bon, je me risque à dire ce que j'en ai compris de ce texte.

Le psychanalyste est un saint à condition qu'il ne se prenne pas pour un saint, mais plutôt pour un sein qui n'a plus de lait (l'objet rebut). Par contre s'il se prend pour un saint ou pour un sein encore plein de bon lait, il a tout faux, c'est une canaille.

Sur ce, bonne nuit

:) mfc

Auteur:  chb [ Mer Oct 03, 2007 1:57 am ]
Sujet du message: 

Pour faire peut-être plus simple le psychanalyste est un saint mais pas un saint surmoïque, ni moïque : plutôt un ça-saint, ou mieux : un a-ça-saint.

cb.

Page 1 sur 2 Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
http://www.phpbb.com/