Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le Mar Sep 18, 2018 7:09 pm



Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
 Le silence des cigales 
Auteur Message

Inscription: Ven Sep 21, 2007 8:08 pm
Messages: 672
Localisation: Marseille
Message Le silence des cigales
Numéro spécial de la Gazette Charlatanesque!
Journal fondé un jour d’été par Charles Attend, notre chroniqueur qui n’a rien eu à faire.

Ce numéro exceptionnel est édité à la suite du colloque « Le silence des cigales » organisé à Cigali-sous-Garce, charmant petit trou perdu en aval de la Garce de Provence.

Mais laissons la parole à nos invités et en premier lieu à l’organisateur de cette soirée, M. Maxime Atatelessin, maire non inscrit ni élu de ce trou perdu puis retrouvé.

« Chers amis, l’heure est grave... Nos touristes en goguette se plaignent cette année de leurs conditions de villégiature en bordure de Garce. Alors que notre contrée est célèbre pour la longévité du chant des cigales de la St Jean à la St Mathieu, un silence inhabituel est venu envahir le pays dès la Ste Marie. Nos lyristes ont une extinction de voix ! ! !
Depuis la St Glin-Glin, les estivants viennent écouter religieusement le doux chant de la Cicada tagada, la seule attraction que nous pouvons offrir aux citadins épuisés, qui reviennent toujours en fin d’été pour profiter une dernière fois de la mélodie enchanteresse de nos insectes préférés. Aussi, afin de trouver une solution à ce drame, j’ai fait appel à nos hommes et femmes récusées par la science, qui nous parlerons librement ce soir de ce phénomène. Je laisse la parole à Aimé Bazouka, qui nous rappellera les bienfaits du chant des cigales. »

Intervention M. Aimé Bazouka, Sexcigologue bien connu des habitants du village, tous cocus depuis son arrivée.

« Merci, cher ami. Permettez-moi afin de développer ici ma théorie libidineuse sur l’influence des cigales sur notre sexualité, de vous raconter l’histoire de mon parcours sexcigale - logique.
J’exerçais en région parisienne et m’occupais des divers troubles sexuels dont sont atteint de nombreux français, je vous fais grâce de ses pathologies navrantes mais vous devez savoir que tous mes efforts, et vous savez comme je n’hésite pas à faire don de mon corps pour alléger la souffrance de mes patients et patientes, tous mes efforts donc, restèrent vains.
En désespoir de cause, j’envoyais chaque été mes patients sur la côte atlantique faire une cure d’huîtres et de moules, réputées pour leurs vertus aphrodisiaques. Certes j’observais une légère amélioration mais les effets s’estompaient assez rapidement, d’autant plus que l’attaque de nos côtes par la tristement célèbre taxidermia-fornicali provoquait des effets secondaires tout à fait indésirables tel qu’un fétichisme exagéré pour les tongues de plages ou une attirance inattendue pour les crabes aux pinces d’or.
C’est alors qu’une copine et néanmoins collègue d’Entre-les-Tas me parla de votre village où elle passait ses vacances tout l’été et des effets bénéfiques sur son activité sexuelle, bienfaits qui me furent confirmés par son mari et son dernier amant, me suppliant de mettre un frein à ses élans érotiques.
Ma curiosité fut piquée au vif et je vins par moi-même vérifier les effets curatifs d’un séjour sous votre soleil de plomb et élaborer ma théorie sur les relations inconscientes libidinales entre la cigale et la femme. Car ce qu’il faut savoir, chers amis, c’est que si le chant des cigales est produit par le frottement des ailes du Cigale mâle en rut appelant la cigalette à la copulation cigalienne, la femme, ne sachant pas toujours ce qu’elle veut et comprenant tout de travers, entend cet appel désespéré et dans sa générosité naturelle, laisse enfin parler son désir naturel et s’offre avec délice aux joies de la sexualité. De son coté l’homme, travaillé par le tsi…tsi… incessant de nos amies arboricoles et le confondant avec le psst…psst.. ou le grr..grr..de la femme l’enjoignant à la rejoindre dans le lit, est à nouveau séduit par les appâts offerts et retrouve enfin sa vigueur perdue. Tous deux se livrent avec d’autant plus d’entrain à une activité sexuelle effrénée qu’aucun autre programme n’est proposé par ici puisque vous avez décrété judicieusement, M. le maire, qu’à Cigali-sous-Garce, il n’y a pas grand chose à faire, car « la Cigale hait la fourmi », aussi faut-il en profiter pour faire des bébés. Une statistique récente révèle d’ailleurs qu’un nombre incalculable d’enfants furent engendrés en bord de Garce. »

Intervention de Mme Nathalie Plantaginette, cigaturaliste de fraîche date, depuis la disparition de la mouche merdica de Salers.

« Permettez tout d’abord que je rectifie une erreur assez courante sur le chant des cigales. Ce ne sont pas le frottement de leurs ailes qui en sont l’origine mais le fait que le mâle en rut se tape sur le ventre. Nous avons pu d’ailleurs observer un certain mimétisme dans l’espèce humaine. Cela ne remet nullement en cause votre théorie, cher ami intime. Je n’ai en fait qu’à lui reprocher un conformisme tout à fait désolant. L’observation attentive des cigales de la région me fait constater que ces hétérométaboles ont des mœurs tout à fait libres et que la cymbalisation des males, cette action si significative, peut tout aussi bien avoir pour effet d’attirer les femelles que d’autres mâles et même signifier un onanisme effréné en début de métamorphose. La femelle, plus discrète à nos oreilles aura pour sa part tout autant de liberté. Ce qui explique que les pulsions sexuelles des villageois s’exprime sans entraves et sans à priori moralistes.
Un dernier mot sur ce dicton local : « La cigale hait la fourmi ». Expression ô combien justifiée au vu des habitudes fourmilières qui n’hésitent pas, lorsque notre amie suce paisiblement la sève de nos arbustes à lui mordiller les pattes, lui grimper sur le dos et lui chatouiller les cymbales pour s’abreuver du nectar péniblement découvert par la cigale. Des études récentes ont montré que cette année en particulier une redoutable fourmi de Haute-Sa-Voix est venue migrer dans nos régions et je ne doute pas que leur activité effrénée ait accéléré l’épuisement des cigales. Cette fourmi redoutable, non contente de faire danser la cigale tout l’hiver la prive de son remontant naturel et accélère ainsi sa fin. Enfin, je terminerais par une expérience originale menée dans mon jardin afin d’étudier les différences de comportement des cigales en milieu sauvage et en milieu anthropisé. Laissant mon jardin en friche, j’ai pu constater que si la cigale se moque éperdument de l’état du jardin et de la présence humaine, elle redoute particulièrement les chats, prédateur naturel des cigales, les chattes en particulier qui semblent préférer la chair de cigale à la boîte de ronron.
Aussi pour clore ce discours anal-éthique, j’ose vous recommander une action vigoureuse en faveur de l’environnement de la cigale par la construction de chemin de détournement pour la fourmi mangeuse de pattes qui la reconduira aux frontières de la Garce et une limitation draconienne du nombre de chats par foyer »

Mlle Marie-Jacques de la Cannerie, ciganalyste dont le dernier ouvrage « Le cigare a du chic hé ! » viens de paraître.

"La cigale n'existe pas dans l'inconscient, la fourmi non plus d'ailleurs.
En effet dans l'inconscient, il n'y a que du langage. Et c’est par le langage que l’homme attribue aux cigales des propriétés et caractéristiques. La sein balle Isa si on des cigales n’étant pas sans rappeler au symbolique du nœud borroméen.
Tous les discours tenus jusqu’à présent peuvent être vrais dans le conscient, mais l’inconscient se moquent bien du comportement des cigales, des fourmis et des chats. Seule la lettre nous révèle le nœud névrotique entre l’imaginaire et le symbolique. La lettre t du tsi…tsi… des cigales marque le temps conscient de leur chant et nous nous laissons induire en erreur par chronos. Elle enserre le symbolique et l’imaginaire aussi sûr que le noeud papillon de monsieur le maire.
L’action du surmoi fourmilier, si bien décrit par Mme Plantaginette, engluée dans un imaginaire mortifère, ne vient que succéder à cet impératif de jouissance absolue et impossible, scandé par les cri…cri… de la si G A l’eux.

La non prise en compte de nos pulsions inconscientes nous font espérer vainement, le retour des sons ab-nominaux des homoptères. Des hommes optèrent pour se laisser leurrer par l’imago de la cigale en sortie de première met amorphe ose.

Dans le conscient la cigale s’est tue et la libido se tue. Dans l’inconscient, la non prise en compte et résolution du transfert enferme villageois, patients et touristes dans un marasme épuisant, la pulsion se retournant contre soi ou contre les fourmis et les chats, bouc émissaires innocents de notre imaginaire débridé.
Le mot Cigale vient du grec Kiccos, la membrane et Ado, chanter. Le mot cigale nous fait chanter les membranes comme des ados désirants, que son chant soit présent ou pas.
La dernière Met à mort Faust de la cigale nous laisse face à un silence que nous prenons pour la fin de nos désirs alors qu’il n’est qu’un manque qui réveille nos désirs si nous ne nous laissons pas prendre dans les nœuds coulissants névrotiques.

Si vous avez des questions…

Mais non, Monsieur le maire ! N’enlevez pas votre nœud papille on ! Ça vous rend si sexy ! »

Comme à son habitude, la Gazette Charlatanesque, le seul journal qui n’a rien à dire, se dispense de traduire les ébats qui suivirent.

Maryse Franchouille de la Clitraillette, reporter en mission à Cigali-sous-Garce.


Mar Sep 02, 2008 9:08 pm
Profil Site Internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Nov 01, 2006 1:01 pm
Messages: 1115
Localisation: Paris
Message Re: Le silence des cigales
:lol: :lol: :lol:

Les personnages et les situations de ce récit étant purement réels, toute ressemblance avec des personnes ou des situations fictives ne saurait être que fortuite :lol:


Mer Sep 03, 2008 8:34 am
Profil Site Internet

Inscription: Ven Sep 21, 2007 8:08 pm
Messages: 672
Localisation: Marseille
Message Re: Le silence des cigales
cb a écrit:
:
Les personnages et les situations de ce récit étant purement réels, toute ressemblance avec des personnes ou des situations fictives ne saurait être que fortuite :lol:


Doux Jésus! Aurais-je honteusement plagié le grand maître papa de San Antonio à qui appartient cette précaution écritoire? Il faut me pardonner, ça doit venir de mon quartier St Antoine.
Bon, j'informe en passant que ma période religieuse touche à sa fin et que je reprend dès demain une morale lïque de bon aloi.
:) mfc


Mer Sep 03, 2008 7:05 pm
Profil Site Internet

Inscription: Jeu Aoû 09, 2007 8:12 pm
Messages: 487
Localisation: 67610
Message Re: Le silence des cigales
J'ai hâte de lire Le cigare a du chic hé !

Quant aux membranes chantantes, leur silence n'en finit pas de nous angoisser...


Jeu Sep 04, 2008 4:02 pm
Profil Site Internet

Inscription: Ven Sep 21, 2007 8:08 pm
Messages: 672
Localisation: Marseille
Message Re: Le silence des cigales
am13 a écrit:
J'ai hâte de lire Le cigare a du chic hé !

ah pour ça il faut s'adresser à l'auteur. La diffusion est restreinte à quelques privilégiés. Mais en suppliant, t'auras sûrement droit à une dédicace :D

mfc


Jeu Sep 04, 2008 9:37 pm
Profil Site Internet

Inscription: Sam Déc 02, 2006 11:54 pm
Messages: 541
Localisation: Paris17
Message Re: Le silence des cigales
mfc a écrit:
Numéro spécial de la Gazette Charlatanesque!
Journal fondé un jour d’été par Charles Attend, notre chroniqueur qui n’a rien eu à faire.

Ce numéro exceptionnel est édité à la suite du colloque « Le silence des cigales » organisé à Cigali-sous-Garce, charmant petit trou perdu en aval de la Garce de Provence.

Mais laissons la parole à nos invités et en premier lieu à l’organisateur de cette soirée, M. Maxime Atatelessin, maire non inscrit ni élu de ce trou perdu puis retrouvé.

« Chers amis, l’heure est grave... Nos touristes en goguette se plaignent cette année de leurs conditions de villégiature en bordure de Garce. Alors que notre contrée est célèbre pour la longévité du chant des cigales de la St Jean à la St Mathieu, un silence inhabituel est venu envahir le pays dès la Ste Marie. Nos lyristes ont une extinction de voix ! ! !
Depuis la St Glin-Glin, les estivants viennent écouter religieusement le doux chant de la Cicada tagada, la seule attraction que nous pouvons offrir aux citadins épuisés, qui reviennent toujours en fin d’été pour profiter une dernière fois de la mélodie enchanteresse de nos insectes préférés. Aussi, afin de trouver une solution à ce drame, j’ai fait appel à nos hommes et femmes récusées par la science, qui nous parlerons librement ce soir de ce phénomène. Je laisse la parole à Aimé Bazouka, qui nous rappellera les bienfaits du chant des cigales. »

Intervention M. Aimé Bazouka, Sexcigologue bien connu des habitants du village, tous cocus depuis son arrivée.

« Merci, cher ami. Permettez-moi afin de développer ici ma théorie libidineuse sur l’influence des cigales sur notre sexualité, de vous raconter l’histoire de mon parcours sexcigale - logique.
J’exerçais en région parisienne et m’occupais des divers troubles sexuels dont sont atteint de nombreux français, je vous fais grâce de ses pathologies navrantes mais vous devez savoir que tous mes efforts, et vous savez comme je n’hésite pas à faire don de mon corps pour alléger la souffrance de mes patients et patientes, tous mes efforts donc, restèrent vains.
En désespoir de cause, j’envoyais chaque été mes patients sur la côte atlantique faire une cure d’huîtres et de moules, réputées pour leurs vertus aphrodisiaques. Certes j’observais une légère amélioration mais les effets s’estompaient assez rapidement, d’autant plus que l’attaque de nos côtes par la tristement célèbre taxidermia-fornicali provoquait des effets secondaires tout à fait indésirables tel qu’un fétichisme exagéré pour les tongues de plages ou une attirance inattendue pour les crabes aux pinces d’or.
C’est alors qu’une copine et néanmoins collègue d’Entre-les-Tas me parla de votre village où elle passait ses vacances tout l’été et des effets bénéfiques sur son activité sexuelle, bienfaits qui me furent confirmés par son mari et son dernier amant, me suppliant de mettre un frein à ses élans érotiques.
Ma curiosité fut piquée au vif et je vins par moi-même vérifier les effets curatifs d’un séjour sous votre soleil de plomb et élaborer ma théorie sur les relations inconscientes libidinales entre la cigale et la femme. Car ce qu’il faut savoir, chers amis, c’est que si le chant des cigales est produit par le frottement des ailes du Cigale mâle en rut appelant la cigalette à la copulation cigalienne, la femme, ne sachant pas toujours ce qu’elle veut et comprenant tout de travers, entend cet appel désespéré et dans sa générosité naturelle, laisse enfin parler son désir naturel et s’offre avec délice aux joies de la sexualité. De son coté l’homme, travaillé par le tsi…tsi… incessant de nos amies arboricoles et le confondant avec le psst…psst.. ou le grr..grr..de la femme l’enjoignant à la rejoindre dans le lit, est à nouveau séduit par les appâts offerts et retrouve enfin sa vigueur perdue. Tous deux se livrent avec d’autant plus d’entrain à une activité sexuelle effrénée qu’aucun autre programme n’est proposé par ici puisque vous avez décrété judicieusement, M. le maire, qu’à Cigali-sous-Garce, il n’y a pas grand chose à faire, car « la Cigale hait la fourmi », aussi faut-il en profiter pour faire des bébés. Une statistique récente révèle d’ailleurs qu’un nombre incalculable d’enfants furent engendrés en bord de Garce. »

Intervention de Mme Nathalie Plantaginette, cigaturaliste de fraîche date, depuis la disparition de la mouche merdica de Salers.

« Permettez tout d’abord que je rectifie une erreur assez courante sur le chant des cigales. Ce ne sont pas le frottement de leurs ailes qui en sont l’origine mais le fait que le mâle en rut se tape sur le ventre. Nous avons pu d’ailleurs observer un certain mimétisme dans l’espèce humaine. Cela ne remet nullement en cause votre théorie, cher ami intime. Je n’ai en fait qu’à lui reprocher un conformisme tout à fait désolant. L’observation attentive des cigales de la région me fait constater que ces hétérométaboles ont des mœurs tout à fait libres et que la cymbalisation des males, cette action si significative, peut tout aussi bien avoir pour effet d’attirer les femelles que d’autres mâles et même signifier un onanisme effréné en début de métamorphose. La femelle, plus discrète à nos oreilles aura pour sa part tout autant de liberté. Ce qui explique que les pulsions sexuelles des villageois s’exprime sans entraves et sans à priori moralistes.
Un dernier mot sur ce dicton local : « La cigale hait la fourmi ». Expression ô combien justifiée au vu des habitudes fourmilières qui n’hésitent pas, lorsque notre amie suce paisiblement la sève de nos arbustes à lui mordiller les pattes, lui grimper sur le dos et lui chatouiller les cymbales pour s’abreuver du nectar péniblement découvert par la cigale. Des études récentes ont montré que cette année en particulier une redoutable fourmi de Haute-Sa-Voix est venue migrer dans nos régions et je ne doute pas que leur activité effrénée ait accéléré l’épuisement des cigales. Cette fourmi redoutable, non contente de faire danser la cigale tout l’hiver la prive de son remontant naturel et accélère ainsi sa fin. Enfin, je terminerais par une expérience originale menée dans mon jardin afin d’étudier les différences de comportement des cigales en milieu sauvage et en milieu anthropisé. Laissant mon jardin en friche, j’ai pu constater que si la cigale se moque éperdument de l’état du jardin et de la présence humaine, elle redoute particulièrement les chats, prédateur naturel des cigales, les chattes en particulier qui semblent préférer la chair de cigale à la boîte de ronron.
Aussi pour clore ce discours anal-éthique, j’ose vous recommander une action vigoureuse en faveur de l’environnement de la cigale par la construction de chemin de détournement pour la fourmi mangeuse de pattes qui la reconduira aux frontières de la Garce et une limitation draconienne du nombre de chats par foyer »

Mlle Marie-Jacques de la Cannerie, ciganalyste dont le dernier ouvrage « Le cigare a du chic hé ! » viens de paraître.

"La cigale n'existe pas dans l'inconscient, la fourmi non plus d'ailleurs.
En effet dans l'inconscient, il n'y a que du langage. Et c’est par le langage que l’homme attribue aux cigales des propriétés et caractéristiques. La sein balle Isa si on des cigales n’étant pas sans rappeler au symbolique du nœud borroméen.
Tous les discours tenus jusqu’à présent peuvent être vrais dans le conscient, mais l’inconscient se moquent bien du comportement des cigales, des fourmis et des chats. Seule la lettre nous révèle le nœud névrotique entre l’imaginaire et le symbolique. La lettre t du tsi…tsi… des cigales marque le temps conscient de leur chant et nous nous laissons induire en erreur par chronos. Elle enserre le symbolique et l’imaginaire aussi sûr que le noeud papillon de monsieur le maire.
L’action du surmoi fourmilier, si bien décrit par Mme Plantaginette, engluée dans un imaginaire mortifère, ne vient que succéder à cet impératif de jouissance absolue et impossible, scandé par les cri…cri… de la si G A l’eux.

La non prise en compte de nos pulsions inconscientes nous font espérer vainement, le retour des sons ab-nominaux des homoptères. Des hommes optèrent pour se laisser leurrer par l’imago de la cigale en sortie de première met amorphe ose.

Dans le conscient la cigale s’est tue et la libido se tue. Dans l’inconscient, la non prise en compte et résolution du transfert enferme villageois, patients et touristes dans un marasme épuisant, la pulsion se retournant contre soi ou contre les fourmis et les chats, bouc émissaires innocents de notre imaginaire débridé.
Le mot Cigale vient du grec Kiccos, la membrane et Ado, chanter. Le mot cigale nous fait chanter les membranes comme des ados désirants, que son chant soit présent ou pas.
La dernière Met à mort Faust de la cigale nous laisse face à un silence que nous prenons pour la fin de nos désirs alors qu’il n’est qu’un manque qui réveille nos désirs si nous ne nous laissons pas prendre dans les nœuds coulissants névrotiques.

Si vous avez des questions…

Mais non, Monsieur le maire ! N’enlevez pas votre nœud papille on ! Ça vous rend si sexy ! »

Comme à son habitude, la Gazette Charlatanesque, le seul journal qui n’a rien à dire, se dispense de traduire les ébats qui suivirent.

Maryse Franchouille de la Clitraillette, reporter en mission à Cigali-sous-Garce.


Chère Maryse Franchouille
Je vous félicite pour votre article, vous y avez avec brio résumé la polémique qui est au coeur même du sujet.

Je vais donc rebondir à nouveau sur les propos d'Aimé bazouka, qui aurait dû être cuisinier plutot que sexologue, lui qui sait si bien arranger à sa sauce la cigale !
je vais vous faire écouter le bruit de la cigale et vous me direz en toute franchise si vous pensez qu'une cigale se frottant le ventre (le bruit du va et vient des ailes) est excitante
On comprend ici la justesse du célèbre dicton : "la masturbation rend sourd"
Quand Monsieur Aimé Bazouka aura fini de s'enrichir en jouant les sexologues avec les pigales, il se reconvertira sans doute dans l'oto rhinologie ?


Marie-Jacques

http://fr.youtube.com/watch?v=-0kSwtvqemM


Mar Sep 09, 2008 8:24 pm
Profil Site Internet

Inscription: Sam Déc 02, 2006 11:54 pm
Messages: 541
Localisation: Paris17
Message Re: Le silence des cigales
mfc a écrit:
am13 a écrit:
J'ai hâte de lire Le cigare a du chic hé !

ah pour ça il faut s'adresser à l'auteur. La diffusion est restreinte à quelques privilégiés. Mais en suppliant, t'auras sûrement droit à une dédicace :D

mfc


"le cigare du chic hé - surtout à la maison en smoking" est paru chez philippe hachis, édition tachette
Je remercie mon agent Marc Boraud et mon ami Peter tulégents pour le soutien qu'ils m'ont apportée.
Marie-Jacques de la cannebière.


Mar Sep 09, 2008 8:52 pm
Profil Site Internet

Inscription: Ven Sep 21, 2007 8:08 pm
Messages: 672
Localisation: Marseille
Message Re: Le silence des cigales
Marie a écrit:
en jouant les sexologues avec les pigales

:D
On voi que tu es revenue à Paris :D La seule cigale qui t'interesse maintenant est celle de pigalle :D
J'ai lu qu'après avoir reçus les grands noms du cabaret, elle s'était reconverti en salle de projection de films de Kung Fu puis de films classés X :)

Bon maintenant c'est redevenu une salle sage et comme par hasard le 25/9 il s'y donne un spectacle nommé " le peuple de l'herbe" :)

Marie a écrit:
Marie-Jacques de la cannebière.
spécialiste des noeuds borroméens en cordes de chanvre? Je croyait que l'avenue en question t'avais déçue?

:) mfc


Dernière édition par mfc le Jeu Sep 11, 2008 9:33 am, édité 1 fois.



Mer Sep 10, 2008 9:42 pm
Profil Site Internet

Inscription: Jeu Aoû 09, 2007 8:12 pm
Messages: 487
Localisation: 67610
Message Re: Le silence des cigales
mfc a écrit:
Marie a écrit:
en jouant les sexologues avec les pigales

:D
On voi que tu es revenue à Paris :D La seule cigale qui t'interesse maintenant est celle de pigalle :D
J'ai lu qu'après avoir reçus les grands noms du cabaret, elle s'était reconverti en salle de projection de films de Kung Fu puis de films classés X :)

Bon maintenant c'est redevenu une salle sage et comme par hasard le 25/9 il s'y donne un spectacle nommé " le peuple de l'herbe" :)

Marie a écrit:
Marie-Jacques de la cannebière.
spécialiste des noeuds borroméens en cordes de chanvre? Je croyait que l'avenue en question t'avais déçue?

:) mfc


Les narcotraficants ?


Jeu Sep 11, 2008 12:06 am
Profil Site Internet

Inscription: Ven Sep 21, 2007 8:08 pm
Messages: 672
Localisation: Marseille
Message Re: Le silence des cigales
am13 a écrit:
Les narcotraficants ?


Non, je ne crois pas. Ils font de la musique. Remarques, la musique est aussi un peu narcotique...

http://www.lepeupledelherbe.net/fr/main/teaser.html

mfc


Jeu Sep 11, 2008 9:32 am
Profil Site Internet
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 10 messages ] 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron