Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le Sam Oct 25, 2014 1:04 am



Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
 Est-il possible de changer de psychanalyste après 5 ans ? 
Auteur Message
Message 
Bonjour schubertiade

Je ne sais pas qui doit t'excuser de nous rappeler très justement nos préoccupations financières. Je me demande si pour certains analysants le changement de psy n'a pas justement pour motivation un calcul rapide de rentabilité, aussi bassement matérialiste que ça puisse nous paraître, quand l'analysant a l'impression trop forte de gaspiller son argent et que ça ne lui plaît pas.

"Satisfait ou remboursé" est une expression inconnue de toute analyse :)

Tant mieux d'ailleurs

:) Gouachita


Mer Avr 11, 2007 11:45 am

Inscription: Mar Jan 16, 2007 12:05 am
Messages: 132
Message 
Gouachita a écrit:
Bonjour schubertiade

Je ne sais pas qui doit t'excuser de nous rappeler très justement nos préoccupations financières. Je me demande si pour certains analysants le changement de psy n'a pas justement pour motivation un calcul rapide de rentabilité, aussi bassement matérialiste que ça puisse nous paraître, quand l'analysant a l'impression trop forte de gaspiller son argent et que ça ne lui plaît pas.

"Satisfait ou remboursé" est une expression inconnue de toute analyse :)

Tant mieux d'ailleurs

:) Gouachita


Qu'est-ce qui pourrait me faire dire, à moi, analysante, que je gaspille mon argent avec mon analyste?
Comment puis-je prétendre savoir que cela vient de mon analyste et non de moi?
Je suis en analyse depuis 7 mois, et je n'ai pas fait le calcul de ce que j'ai payé jusqu'alors, mais comme je l'ai dit à ma psy un jour, "ça fait cher le mot". Je suis confrontée à mes silences et aux siens, et j'ai eu bien des fois l'impression de ne pas être à ma place.
Je pourrais très bien considérer que cela vient d'elle, n'est-ce pas? Je pourrais la tenir responsable de mon incapacité à dire. Je pourrais me faire croire qu'il y a un problème d'inconscient à inconscient.... (je m'exprime peut-être mal, tant pis)

Me concernant, je n'ai rien à "reprocher" à ma psy. Je l'ai choisie elle, en tant que femme, parce qu'elle portait le même prénom que moi (j'ai réalisé dernièrement que ça avait peut-être beaucoup d'importance inconsciemment), et en sept mois, j'ai pu constater qu'elle était compétente, pour moi.
Je dépense beaucoup d'argent (peut-être n'est-ce pas encore assez compte tenu de ce que j'ai à dire?), et je n'ai pas le sentiment d'avancer parce que parler est un calvaire.
Je me rends seulement compte, avec certitude intérieure, qu'en changeant de psy, je ne serais pas plus bavarde, au contraire. Je sais que si j'abandonnais maintenant, je ne referais pas cette démarche avec quelqu'un d'autre.
Pourtant.............. lorsqu'on n'y connaît rien, absolument rien, qu'est-ce qui peut nous garantir que le psychanalyste qui est en face de nous nous convient?
Deuxième question intérieure : comment se fait-il qu'on se rende compte au bout de cinq ans qu'il faut changer? N'est-ce pas quelque chose qu'on peut pressentir dès les premiers temps passés dans le cabinet de son psy?

"Satisfait ou remboursé".... ça n'a pas lieu d'être en analyse, je suis bien d'accord. Je crois pourtant que cette idée traîne dans la tête de pas mal d'analysants, non?
Quand on entreprend ce type de démarche, le but profond est d'aller mieux, non? On ne veut pas simplement mieux comprendre.... on veut mieux comprendre pour mieux agir, et aller mieux au fond, non?
Mais dans ce cas, qu'est-ce qui fait que certains passent des années sur le divan et pensent avoir "gaspillé" de l'argent?

Le mieux-être n'est pas quantifiable, mais ce qui me fait tenir depuis 7 mois, malgré mes blocages divers, c'est que je sens les bienfaits de ce travail dans mon quotidien. C'est probablement idiot, mais savoir que j'ai cet endroit pour enfin dire cette partie de moi que je cache à tout le monde me permet d'être plus détendue au quotidien, moins en alerte intérieure à l'idée d'être découverte. Je me découvre dans le cabinet de ma psy, et j'ai moins peur d'être découverte à l'extérieur....
Je paye cher, et je ne crois pas que j'aurais tenu le choc sans ces progrès infimes. Dans le cabinet de ma psy, c'est toujours aussi difficile, mais j'en ressens les bénéfices à l'extérieur. Je ne sais pas si je terminerai mon analyse, si je ne serai pas un jour confrontée à une énorme résistance qui me fera abandonner, mais je sais d'ores et déjà que je n'ai pas "gaspillé" mon argent ces derniers mois.

Enfin voilà, j'ai digressé, mais le sujet m'interpelle.......

Bien à toi,


Mer Avr 11, 2007 12:43 pm
Profil

Inscription: Mar Jan 30, 2007 5:58 pm
Messages: 6
Message 
Je ne sais pas qui doit t'excuser de nous rappeler très justement nos préoccupations financières. Je me demande si pour certains analysants le changement de psy n'a pas justement pour motivation un calcul rapide de rentabilité, aussi bassement matérialiste que ça puisse nous paraître, quand l'analysant a l'impression trop forte de gaspiller son argent et que ça ne lui plaît pas.

"Satisfait ou remboursé" est une expression inconnue de toute analyse


J'espère que tous ces gens qui paient des années de psychanalyse pour arriver à la conclusion qu'il faut en changer ne se serre pas la ceinture pour payer ce type de consultation.

Franchement acceptez de payer si longtemps un " soignant" pour si peu de résultat!!

Resteriez vous chez le même boulanger s'il vous faisait un pain infect à manger? Où continueriez vous d'aller chez le boucher acheter de la viande dure?

Franchement je veux bien être soignant, pas de résultat, pas d'objectif et peut être en plus paiement en espèces sans déclarer aux impots!

Enfin non , je préfère quand même les choses claires et nettes, je ne pourrai pas trainer sur de longues années une personne. Quand même!!!
Abus en tous genres!

Désolée de vous livrer le fond de ma pensée mais je crois qu'il est bon parfois de réagir!


Mar Avr 24, 2007 7:11 pm
Profil
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Déc 03, 2006 9:55 pm
Messages: 516
Localisation: Sartrouville (78)
Message 
Bonsoir Lilasblanc

Juste une question, pourquoi parlez-vous de soignant ?

Amitiés, Ingrid


Mar Avr 24, 2007 11:07 pm
Profil

Inscription: Mar Jan 16, 2007 12:05 am
Messages: 132
Message 
lilasblanc a écrit:
Je ne sais pas qui doit t'excuser de nous rappeler très justement nos préoccupations financières. Je me demande si pour certains analysants le changement de psy n'a pas justement pour motivation un calcul rapide de rentabilité, aussi bassement matérialiste que ça puisse nous paraître, quand l'analysant a l'impression trop forte de gaspiller son argent et que ça ne lui plaît pas.

"Satisfait ou remboursé" est une expression inconnue de toute analyse


J'espère que tous ces gens qui paient des années de psychanalyse pour arriver à la conclusion qu'il faut en changer ne se serre pas la ceinture pour payer ce type de consultation.

Franchement acceptez de payer si longtemps un " soignant" pour si peu de résultat!!

Resteriez vous chez le même boulanger s'il vous faisait un pain infect à manger? Où continueriez vous d'aller chez le boucher acheter de la viande dure?

Franchement je veux bien être soignant, pas de résultat, pas d'objectif et peut être en plus paiement en espèces sans déclarer aux impots!

Enfin non , je préfère quand même les choses claires et nettes, je ne pourrai pas trainer sur de longues années une personne. Quand même!!!
Abus en tous genres!

Désolée de vous livrer le fond de ma pensée mais je crois qu'il est bon parfois de réagir!


Je ne vois pas en quoi on peut comparer un "soignant" à un boulanger, un boucher ou un garagiste (quoiqu'en cherchant bien, pour ce dernier je pourrais essayer de chercher des similitudes...sourire).

Le problème est bien là : qu'est-ce qui peut nous faire affirmer qu'on est face à quelqu'un d'incompétent?
Au pire, je peux dire "je ne le sens pas", mais sinon?
Je vais voir ma psy, je vais la revoir.... et j'y retourne, encore et encore... c'est donc que je ne me suis pas dit "je ne la sens pas" (à moins d'avoir inconsciemment "choisi" de se mettre en position d'échec...?).

J'imagine que quelqu'un qui passe 5 ans chez son psy avait des raisons d'y retourner, pendant ce laps de temps.

Pas de résultat, pas d'objectif, etc. Les objectifs se déterminent avant le résultat, et je crois que c'est à l'analysant de déterminer son objectif, non? Je ne suis pas sûre que l'objectif soit le même au début de l'analyse et par la suite.
L'objectif qui n'est finalement pas atteint n'était pas forcément celui pour lequel on était venu au départ.
Pour ce qui me concerne, j'ai par exemple déjà atteint mon premier objectif... et je n'ai pas terminé. Si je décidais d'en terminer avec cette psy, je devrais me souvenir qu'à la base, je venais pour telle chose. En cela, elle a rempli son "contrat", et ces 50 euros par séance, elle les a pas volés! Et qu'elle le déclare ou pas, d'une part je n'ai aucune raison de m'y intéresser, d'autre part personne n'a le moyen de vérifier.... donc bon....

Bien à toi,
Anne


Sam Avr 28, 2007 5:30 pm
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 20 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron