Forums Psychanalyse-paris.com
http://psychanalyse-paris.com/forums/

Analyse en ligne
http://psychanalyse-paris.com/forums/viewtopic.php?f=5&t=53
Page 10 sur 11

Auteur:  gouachita [ Mer Juil 25, 2007 9:57 pm ]
Sujet du message: 

Bonsoir

Il y a un point sur lequel je m'interroge aujourd'hui et que soulève l'article de Liliane Fainsliber.

"Nous pouvons déjà en avoir une idée sur les listes de discussion consacrées à la psychanalyse. C’est avant tout le caractère immaîtrisable et totalement vain des explosions transférentielles, qu’elles soient d’amour ou de haine. Je suis sûre - il faudrait pouvoir en apporter quelques témoignages - que ces séances en ligne ne peuvent entraîner que d’imprévisibles, voire dangereux, acting out.

Or les analystes ne sont pas là pour jouer aux apprentis sorciers avec les symptômes de leurs analysants. Ces séances en ligne ne peuvent en effet que provoquer une culture intensive de la vie fantasmatique avec toute la violence qui lui est inhérente. Il n’y pas de à bon entendeur salut, pour y mettre un terme. "


Ces risques de dérapages de la vie fantasmatique et d'explosion transférentielles sont-elles spécifiques à l'analyse en ligne?
Dans une cure "classique" sur divan, lorsqu'il y a une montée d'angoisse totalement incontrôlable de la part de l'analysant, en dehors des séances, quels peuvent être les attitudes pertinentes de l'analyste?

Gouachita

Auteur:  Marie [ Mer Juil 25, 2007 10:23 pm ]
Sujet du message: 

bonsoir,

Citation:
Ces séances en ligne ne peuvent en effet que provoquer une culture intensive de la vie fantasmatique avec toute la violence qui lui est inhérente. Il n’y pas de à bon entendeur salut, pour y mettre un terme. "


On devrait convier l'auteure à venir nous etayer son texte par des cas cliniques.

on avait pas déjà parlé de l'acting out ? :wink:

Auteur:  chb [ Mer Juil 25, 2007 10:24 pm ]
Sujet du message: 

Et oui ! si on relis le début de la boucle (dès page 2 du fil) on s'aperçoit que c'est la question du passage à l'acte et de l'acting qui pose problème dans l'analyse en ligne. Jean-Yves rappelait à cet égard que cet acte s'adresse à l'analyste dans la cure psychanalytique. Si jamais on s'aperçoit que dans l'analyse en ligne, cet acte s'adresse à l'ordinateur ou à internet pourrait-on dire, c'est bien que c'était cet ordinateur qui occupait la place de l'objet a, autrement dit non pas tant le sujet supposé savoir que le supposé thérapeute.

Auteur:  gouachita [ Mer Juil 25, 2007 10:44 pm ]
Sujet du message: 

Oui en effet
L'ordinateur devient un objet animé, donnant les réponses que l'analysant cherche à recevoir inconsciemment.
ça augmente les symptômes paranoïaques lors d'une crise d'angoisse.

Ce n'est pas juste une histoire d'écrit, je me demande même si avec le son, ce ne serait pas encore pire.

Je reste convaincue que le procédé de l'analyse en ligne permet un démarrage d'analyse et une avancée du travail. Le tout est de percevoir le moment ou les séances doivent se poursuivre, lorsque c'est possible, avec l'analyste présent.

Gouachita

PS : il y a un écrit de JD Nasio qui cite Lacan justement sur les moments ou le corps de l'analyste doit se faire absent et ou au contraire il doit être bien présent. Mais je ne me rappelle plus dans quel livre.

Auteur:  Marie [ Mer Juil 25, 2007 10:48 pm ]
Sujet du message: 

cb a écrit:
Et oui ! si on relis le début de la boucle (dès page 2 du fil) on s'aperçoit que c'est la question du passage à l'acte et de l'acting qui pose problème dans l'analyse en ligne. Jean-Yves rappelait à cet égard que cet acte s'adresse à l'analyste dans la cure psychanalytique. Si jamais on s'aperçoit que dans l'analyse en ligne, cet acte s'adresse à l'ordinateur ou à internet pourrait-on dire, c'est bien que c'était cet ordinateur qui occupait la place de l'objet a, autrement dit non pas tant le sujet supposé savoir que le supposé thérapeute.



:lol: :lol:
et on parlera de webrose de transfert ? :)

Auteur:  Ingrid [ Mer Juil 25, 2007 10:49 pm ]
Sujet du message: 

Bonsoir Marie

Pour la présence en chair en os de l’analyste, je rejoins Liliane.
J’avais déjà essayé de l’expliquer ici.
Je ne peux pas toucher ma psychanalyste, même si j’en ai envie et même les moments où ça devient intenable.
Mais je suis obligée de me retenir et j'ai peur aussi que ça se passe, alors qu’il suffit de peu en réalité, car elle est juste derrière moi et que je peux très bien m’approcher d’elle, caresser son corps.
Qu’est-ce qui m’en empêche ?

Amitiés, Ingrid

Auteur:  chb [ Mer Juil 25, 2007 10:50 pm ]
Sujet du message: 

gouachita a écrit:
il y a un écrit de JD Nasio qui cite Lacan justement sur les moments ou le corps de l'analyste doit se faire absent et ou au contraire il doit être bien présent. Mais je ne me rappelle plus dans quel livre.


Bien sûr mais c'est une présence sur fond d'absence et une absence sur fond de présence ; autrement dit ce qui apparaît-disparaît c'est la bobine de fil et pas le fil de la bobine.

Auteur:  gouachita [ Mer Juil 25, 2007 11:41 pm ]
Sujet du message: 

cb a écrit:
Bien sûr mais c'est une présence sur fond d'absence et une absence sur fond de présence ; autrement dit ce qui apparaît-disparaît c'est la bobine de fil et pas le fil de la bobine.


Non, lorsque je suis en séance interactive par internet il y a bien une présence sur fond d'absence de corps, par le dialogue, soit écrit en intéractif, soit par la voix et la vidéo(qui pose d'autres problèmes) et là, le corps absent de l'analyste par l'analysant permet la parole plus libre.
Le problème se pose après la séance, quand l'analysant se met à se parler tout seul alors que personne ne l'écoute.
Et ce n'est pas spécifique à Internet.
J'ai rencontré mon psy plusieurs fois, et le même phénomène se produisait après la séance.

Gouachita

Auteur:  Marie [ Mer Juil 25, 2007 11:57 pm ]
Sujet du message: 

Ingrid a écrit:
Bonsoir Marie

Pour la présence en chair en os de l’analyste, je rejoins Liliane.
J’avais déjà essayé de l’expliquer ici.
Je ne peux pas toucher ma psychanalyste, même si j’en ai envie et même les moments où ça devient intenable.
Mais je suis obligée de me retenir et j'ai peur aussi que ça se passe, alors qu’il suffit de peu en réalité, car elle est juste derrière moi et que je peux très bien m’approcher d’elle, caresser son corps.
Qu’est-ce qui m’en empêche ?

Amitiés, Ingrid


bonsoir Ingrid,
ça me fait plaisir de te lire
Bien sur, je ne dis pas qu'il faille généraliser l'analyse en ligne,
je ne suis pas d'accord avec l'idée que certains y voient un marché juteux.
Je pense qu'elle est possible sous certaines conditions.

qu'est ce qui t'en empêche ? sans doute le fait qu'elle soit ton analyste non ?

A bientôt

Auteur:  Ingrid [ Jeu Juil 26, 2007 2:16 pm ]
Sujet du message: 

Marie a écrit:


bonsoir Ingrid,
ça me fait plaisir de te lire
Bien sur, je ne dis pas qu'il faille généraliser l'analyse en ligne,
je ne suis pas d'accord avec l'idée que certains y voient un marché juteux.
Je pense qu'elle est possible sous certaines conditions.

qu'est ce qui t'en empêche ? sans doute le fait qu'elle soit ton analyste non ?

A bientôt



Bonjour Marie

Ca me touche, le plaisir est partagé.

Pas de souci, je ne parlais pas de marché juteux.
J’ai surtout du mal à croire qu’une psychanalyse sur internet soit possible désolée, surtout par rapport à ce que je disais, et aussi par exemple le fait que quand je suis en analyse avec elle je suis avec ma psychanalyste chez elle, dans la même pièce qu’elle, dans ses livres, ses plantes…. Mais pas dans son intimté :oops: je précise, car je ne suis jamais rentrée dans les autres pièces de chez elle.

Pour te répondre, parce qu’elle est psychanalyste, ma psychanalyste, une femme, puis aussi comment je la vois dans le transfert avec elle.

Amitiés, Ingrid

Auteur:  bigminou [ Sam Juil 28, 2007 2:35 pm ]
Sujet du message: 

Pour ma part, je pense que le contact avec l'analyste de façon traditionnelle est important pour revenir "les pieds sur terre" (je dis ceci peut-être parce que j'ai une structure psychotique à tendance schizophrène) et de rétablir un cadre analytique.

Cependant, l'expérience que je vis sur ce site m'a fait beaucoup progresser et m'a donné de l'eau à mon moulin.
Lacan est mort bien avant l'avènement de l'internet et la chute du prix des télécommunications, il serait là aujourd'hui, je crois qu'imanquablement, il nous en toucherait deux mots.

Alors je dis : vive la web-psychanalyse même sauvage.

Auteur:  gouachita [ Sam Juil 28, 2007 3:37 pm ]
Sujet du message: 

bigminou a écrit:
Lacan est mort bien avant l'avènement de l'internet et la chute du prix des télécommunications, il serait là aujourd'hui, je crois qu'imanquablement, il nous en toucherait deux mots.


Il aurait été capable d'en faire un séminaire auquel nous ne comprendrions rien :)

Gouachita

Auteur:  Ingrid [ Sam Juil 28, 2007 10:08 pm ]
Sujet du message: 

Bonsoir Bigminou

Quelle est la différence entre psychose et schizophrénie?
Merci

Amitiés, Ingrid

Auteur:  bigminou [ Dim Juil 29, 2007 8:19 am ]
Sujet du message: 

Ingrid a écrit:
Bonsoir Bigminou

Quelle est la différence entre psychose et schizophrénie?
Merci

Amitiés, Ingrid


La schizophrénie est un symptôme de la psychose, tout comme la phobie ou le trouble obsessionnel compulsif (TOC) sont des symptômes de la névrose.

Je simplifie... (il y aussi des phobies et des TOC atypiques qui s'apparentent à la psychose).

Auteur:  Ingrid [ Dim Juil 29, 2007 5:30 pm ]
Sujet du message: 

bigminou a écrit:

La schizophrénie est un symptôme de la psychose, tout comme la phobie ou le trouble obsessionnel compulsif (TOC) sont des symptômes de la névrose.

Je simplifie... (il y aussi des phobies et des TOC atypiques qui s'apparentent à la psychose).


Un symptôme
Merci Bigminou

Amitiés
Ingrid

Page 10 sur 11 Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
http://www.phpbb.com/