Forums Psychanalyse-paris.com
http://psychanalyse-paris.com/forums/

Analyse sauvage
http://psychanalyse-paris.com/forums/viewtopic.php?f=5&t=61
Page 3 sur 3

Auteur:  Marie [ Lun Jan 15, 2007 9:11 pm ]
Sujet du message: 

Bonsoir

Ingrid a écrit:
Mais si un(e) analysant(e) a envie d’avoir une relation sexuelle avec son/sa psychanalyste, n’est-ce pas la relation de transfert qui crée ça? A la fin de l’analyse que devient le transfert ?
Ne faut-il pas se questionner et s’inquiéter si même à la fin de l’analyse le/la psychanalyste a une relation avec son analysant(e) ? Est-ce acceptable ?


Oui, c'est la relation de transfert bien-sur, et il s'agit pour le psy de ne pas répondre à la demande d'amour de l'analysant, non pas parce que c'est "interdit" mais parce qu'il sait que d'une part, ce ne sont pas ses attraits qui attirent l'analysant, et d'autre part, que ça serait un désastre pour la cure (ce que Gouachita a écrit plus haut)
L'objectif, étant bien évidemment que le transfert soit liquidé par la parole ce qu'empècherait le passage à l'acte d'une relation charnelle.

amitiés

Auteur:  gouachita [ Lun Jan 15, 2007 10:04 pm ]
Sujet du message: 

marie a écrit:
Plus sérieusement, ne pourrais tu voir ça plutôt d'un point de vue déontologique plutôt que de celui d'un interdit ?


Justement, la déontologie n'est elle pas un ensemble de règles : interdits et obligations ?

Je verrais ça plutôt du coté de l'éthique : finalité et valeurs que portent nos actions.

Bonne soirée :) Gouachita

Auteur:  Marie [ Lun Jan 15, 2007 10:10 pm ]
Sujet du message: 

bonsoir Gouachita
tout à fait oui :lol:

bonne soirée

Auteur:  Ingrid [ Lun Jan 15, 2007 10:27 pm ]
Sujet du message: 

Bonsoir Marie

Je ne comprends pas trop ta position. Ca n’est pas très clair pour moi.
Pourquoi enlever l’interdit, le mettre en guillements ?

Je parle d’interdit, car il me semble que l’inceste est interdit n’est-ce pas ? Je vais finir par en douter :shock:
Si dans le transfert, ma/mon psychanalyste me rappelle ma mère et/ ou mon père et/ mon frère, etc …en cas de passage à l’acte, ça peut être un passage à l’acte incestueux il me semble, non?

Amitiés
Ingrid

Auteur:  Marie [ Lun Jan 15, 2007 11:45 pm ]
Sujet du message: 

Bonsoir Ingrid,


effectivement, il me semble que l'inceste n'est pas interdit dans la réalité entre deux adultes consentants :lol:

Le désir, sentiments ou fantasmes etc, pour le psy, est à analyser avec le psy en séance, et le passage à l'acte (relations charnelles avec le psy) serait l'expression d'une resistance à l'accès d'un refoulé.
Voilà pourquoi, l'analyste ne s'autorise pas à coucher avec son analysant.

Est-ce que ça te parait plus clair ?

Amitiés

Auteur:  Ingrid [ Lun Jan 15, 2007 11:53 pm ]
Sujet du message: 

Marie, en psychanalyse je ne crois pas qu’il s’agisse d’une relation entre adultes comme dans la réalité, car le/la psychanalyste prend en compte la relation de transfert, n'est-ce pas?

Bonne soirée
Ingrid

Auteur:  Marie [ Mar Jan 16, 2007 8:29 pm ]
Sujet du message: 

Ingrid a écrit:
Marie, en psychanalyse je ne crois pas qu’il s’agisse d’une relation entre adultes comme dans la réalité, car le/la psychanalyste prend en compte la relation de transfert, n'est-ce pas?

Bonne soirée
Ingrid


exactement , et c'est pour cela qu'on ne "touche" pas un analysant;


amicalement,
Marie :)

Auteur:  gouachita [ Mar Jan 16, 2007 10:47 pm ]
Sujet du message: 

Marie a écrit:
exactement , et c'est pour cela qu'on ne "touche" pas un analysant;


Surtout s'il est consentant :D

Gouachita

Auteur:  schubertiade [ Mar Jan 23, 2007 12:14 am ]
Sujet du message:  Re: À la casserole

cb a écrit:
Pourtant on ne fait que ça : se coucher, avec son psychanalyste : dès qu'on arrive chez lui même. On a à peine le temps de lui dire bonjour et hop ! vas-y que je me couche ! Y a vraiment des patients qui sont sans gêne ! Ils ne pourraient pas faire une analyse sur internet, comme tout le monde ?



Ben moi je suis super "coincée" alors! Parce qu'il n'est pas question que je m'allonge sur le divan: la chaise en bois avec les accoudoirs me va très bien! :)

Auteur:  schubertiade [ Mar Jan 23, 2007 12:28 am ]
Sujet du message: 

j'ai tout lu, cette fois-ci... mais je m'interroge : c'est quoi une analyse sauvage?
Est-ce que s'analyser soi-même, sans rien connaître des profondeurs de la psychanalyse, c'est de l'analyse sauvage?
Quand je prétends avoir compris un certain nombre de choses que j'ai "analysées" et résolues, est-ce que ça semble prétentieux, ou surtout "impossible"?

Que pense un psychanalyste d'un patient qui prétend avoir réfléchi en "décortiquant" son passé pour le résoudre?
Ou plutôt.... (je n'efface pas, tant pis) : que doit/faire un patient qui se fait suivre en analyse alors qu'il a réfléchi à certaines choses? Il appuie sur le bouton "reset" ou alors il s'autorise à dire qu'il a "analysé" certaines choses?
C'est un vrai problème pour moi : j'ai la chance d'être face à quelqu'un de très compétent, qui me surprend et qui lorsqu'elle me parle, en quelques mots me ramène à mon ignorance (c'est très bien! sans quoi je n'aurais pas éprouvé la nécessité de me faire aider); mais il me semble prétentieux de dire que j'ai réfléchi à des tas de choses, décortiqué mon passé.....
Alors bien sûr, quand je vous lis (ceux qui ont des connaissances très poussées sur le sujet, et pour cause), je ne peux qu'être ramenée à mon ignorance. Mais en tant qu'analysante "débutante", cette question m'interpelle : analyse sauvage.
Les choses qui m'ont permis d'évoluer sont-elles des leurres au bout du compte, puisque je ne peux pas être analyste et analysante?
(et encore une fois, je me dis que je suis à côté de la plaque.... mais c'est pas grave! Personne me connaît! J'ai honte de rien! :) )

A.

Auteur:  Marie [ Jeu Jan 25, 2007 12:07 am ]
Sujet du message: 

bonsoir Schubertiade,

Non pas à coté de la plaque , ton post est interessant,
tu évoques là, à mon sens, deux sujets distincts et importants

celui de l'analyse sauvage, et celui de l'auto-analyse

Freud a donné le terme d'analyse sauvage, à propos d'un médecin néophyte qui aurait dès la première rencontre avec sa patiente (selon elle) interprété "sauvagement" sa souffrance comme un manque d'activité sexuelle.
D'un point de vue général, je pense qu'on peut attribuer d'analyse sauvage, toute interprétation psychanalytique (d'un reve, ou du quotidien etc) maniée en dehors des regles ou cadre analytique, par une personne, qu'elle soit psy ou pas ...Et là bien-sur, là je pense à la psychothérapie que tu t'ai vue proposée sur le net.

Mais l'analyse sauvage sous-entend l'interprétation par une autre personne, alors que l'auto-analyse est plus un travail d'introspection que l'on fait seul.


L'auto-analyse mérite je pense l'ouverture d'un post.

amitiés

Auteur:  bigminou [ Sam Juil 14, 2007 6:13 pm ]
Sujet du message: 

Marie a écrit:
Le désir, sentiments ou fantasmes etc, pour le psy, est à analyser avec le psy en séance, et le passage à l'acte (relations charnelles avec le psy) serait l'expression d'une resistance à l'accès d'un refoulé.


Ici, le passage à l'acte est un défoulement dont la source est un refoulement, est-ce que l'on peut extrapoler ceci dans le cas du viol, ou dans le cas de violences plus ou moins graves comme l'incendie des voitures ou le saccage lors de manifestations ?

Auteur:  chb [ Sam Juil 14, 2007 6:47 pm ]
Sujet du message: 

Oui tout à fait : refoulé et retour du refoulé sont indissociables.

bien à vous, cb.

Page 3 sur 3 Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
http://www.phpbb.com/