Forums Psychanalyse-paris.com
http://psychanalyse-paris.com/forums/

Psychanalyse, psychothérapie et psychologie clinique
http://psychanalyse-paris.com/forums/viewtopic.php?f=9&t=413
Page 1 sur 6

Auteur:  am13 [ Sam Jan 05, 2008 7:26 pm ]
Sujet du message:  Psychanalyse, psychothérapie et psychologie clinique

Article intéressant (et assez encourageant, je trouve) de ÉRIC FAVEREAU :

"Et c’est reparti. L’année 2008 sera à nouveau une année… Accoyer, du nom certes du président de l’Assemblée nationale mais surtout de l’auteur d’un amendement vieux de trois ans, autour de la psychothérapie. Un amendement qui a provoqué une ébullition chez les fils de Sigmund Freud comme rarement l’histoire en a connu. En accord avec le président de l’Assemblée, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a en effet décidé de boucler le dossier. Se donnant pour tâche de sortir «rapidement» des décrets d’application de l’article 52 de la loi du 9 août 2004.

Un bien beau défi… Car comment régler une aventure législative absolument confuse ? Tentons quelques repères."

La suite : ICI

Auteur:  chb [ Sam Jan 05, 2008 7:46 pm ]
Sujet du message: 

Celui là est pas mal non plus, plus drôle que celui de Libé (fait par une étudiante :wink: ) :

http://www.rue89.com/2008/01/02/la-lutt ... e-des-psys

On regardera et écoutera avec grand intérêt les interviews de Marie-J. Sauret et Colette Soler !

Auteur:  am13 [ Sam Jan 05, 2008 8:39 pm ]
Sujet du message: 

Oui, tout à fait intéressant ! Lisez les commentaires en-dessous, c'est assez marrant...

--------------------

Trouvé ICI :

"Les autres thérapies :shock:

D’autres thérapies, plus spécifiques, peuvent parfois être proposées pour certaines formes de dépression (dépression modérée, dépression sévère, dépression de type saisonnier…).

La photothérapie
Ce traitement est proposé pour les épisodes dépressifs de type saisonniers, formes de dépression dont on pense qu’elles sont liées au manque de lumière naturelle pendant l’hiver. Il consiste à exposer tôt le matin le patient à une certaine quantité et qualité de lumière. Ce traitement peut être effectué à l’hôpital et, dans certains cas, à domicile, à l’aide d’une lampe spéciale.

La stimulation magnétique transcrânienne
Ce traitement est proposé pour des formes modérées de dépression, lorsque le traitement médicamenteux antidépresseur est inefficace ou qu’il présente des effets indésirables trop désagréables. Il consiste à appliquer des impulsions magnétiques brèves par l’intermédiaire d’un casque. Le patient reste conscient, n’est pas anesthésié et ne ressent pas de douleur. Le traitement a lieu au cours d’une hospitalisation avec des séances quotidiennes pendant une durée de 15 jours.

L’électroconvulsivothérapie :shock:
L’électroconvulsivothérapie (également appelée sismothérapie) est un traitement irremplaçable et généralement très bien toléré pour certaines formes sévères de dépression. Elle est administrée dans des conditions de confort qui n’ont plus rien à voir avec les électrochocs d’autrefois. Le traitement s’effectue sur plusieurs séances lors d’une hospitalisation. Un courant électrique bref (quelques millisecondes) et de faible intensité est délivré sous anesthésie générale. Sa durée ne dépasse pas une à deux minutes. L’équipe médicale est présente pendant toute la durée de la séance et continue sa surveillance pendant les heures qui suivent le traitement.

En complément des traitements évoqués dans ce chapitre, il est bien sûr aussi très important pour la personne souffrant de dépression de prendre soin d’elle : des actions de soin complémentaires que l’on peut mettre en place soi-même (pratique de certaines activités physiques, régime alimentaire équilibré, vigilance vis-à-vis de l’alcool et des substances addictives…) peuvent améliorer la qualité de vie de la personne."

Auteur:  chb [ Sam Jan 05, 2008 9:00 pm ]
Sujet du message: 

:lol: :lol: :lol:

Auteur:  chb [ Sam Jan 05, 2008 9:07 pm ]
Sujet du message: 

Dans mon activité dmozienne je rencontre des trucs pas mal non plus : chacune des pages de ce site valent leur pesant de cacahuètes (c'est le cas de le dire ! :lol:) :
http://www.zootherapie.com

Auteur:  chb [ Sam Jan 05, 2008 9:24 pm ]
Sujet du message: 

Miss a écrit:
Ce que dit Colette Soler est très parlant.
En gros, elle confirme que c'est les médecins qui créent la maladie.


Non, le discours médical : c'est très différent… et c'est du reste ce qui permet au médecin particulier, de soutenir ce discours tout en disant le contraire.

Miss a écrit:
Allez soutenir ça à un médecin et ses patients déprimés, et c'est lui qui déprime de voir son cabinet se désemplir ?


Comme quoi la déprime ça produit du lien social !

Auteur:  mfc [ Sam Jan 05, 2008 9:36 pm ]
Sujet du message: 

Citation:
L’électroconvulsivothérapie


On a été battus à plat de couture pour les mots valises :wink:

Ceci dit, le même procédé est utilisé en kinésithérapie. A ma dernière entorse au genou, on m'a appliqué des electrodes sur la jambe. Quand j'ai demandé à quoi ça servait, le kiné ( un jeune, beau et tout à fait charmant) m'a répondu : c'est pour que vous ayez moins mal pour la rééducation :)

mfc

Auteur:  mfc [ Sam Jan 05, 2008 9:37 pm ]
Sujet du message: 

cb a écrit:
Dans mon activité dmozienne je rencontre des trucs pas mal non plus : chacune des pages de ce site valent leur pesant de cacahuètes (c'est le cas de le dire ! :lol:) :
http://www.zootherapie.com


L'animal de compagnie va être remboursé par la sécu? chouette :)

Auteur:  chb [ Sam Jan 05, 2008 9:46 pm ]
Sujet du message: 

mfc a écrit:
Citation:
L’électroconvulsivothérapie


On a été battus à plat de couture pour les mots valises


:lol: :lol: :lol:

Ziva ! C'est des psycho-t'es-Rap'peutes ça !

Auteur:  am13 [ Sam Jan 05, 2008 9:53 pm ]
Sujet du message: 

mfc a écrit:
Citation:
L’électroconvulsivothérapie


On a été battus à plat de couture pour les mots valises :wink:

Ceci dit, le même procédé est utilisé en kinésithérapie. A ma dernière entorse au genou, on m'a appliqué des electrodes sur la jambe. Quand j'ai demandé à quoi ça servait, le kiné ( un jeune, beau et tout à fait charmant) m'a répondu : c'est pour que vous ayez moins mal pour la rééducation :)

mfc


Eh oui, le "je-nous" était dépressif...

Allez, avoue que c'est ça qui t'as remise sur pied... :wink:

Auteur:  mfc [ Sam Jan 05, 2008 10:07 pm ]
Sujet du message: 

am13 a écrit:
Eh oui, le "je-nous" était dépressif...

Allez, avoue que c'est ça qui t'as remise sur pied... :wink:


Ben faut prendre soin de soi :wink:

par contre pour mon blocage au cou, j'ai pas eu droit aux petites électrodes :cry: La rééducation devait pas être possible :(

:) mfc

Auteur:  chb [ Dim Jan 06, 2008 12:18 am ]
Sujet du message: 

Miss a écrit:
Colette Soler est médecin ou psy ?


Non je m'adressai à vous, pas à Colette. Je souhaitai juste apporter une précision / à votre remarque :wink:

Auteur:  chb [ Dim Jan 06, 2008 1:11 pm ]
Sujet du message: 

Miss a écrit:
le discours du médecin, c'est quoi ?


:lol: :lol: Pas le discours du médecin justement, le discours médical :lol: Vous êtes impayable !

Auteur:  am13 [ Dim Jan 06, 2008 4:22 pm ]
Sujet du message: 

Le discours 'médical', n'est-ce pas le 'mais-dit-cale' de la "rue-meurt" (copyright C.B.) ?

Auteur:  chb [ Dim Jan 06, 2008 4:38 pm ]
Sujet du message: 

Puisque vous m'a-sticker :wink: !…

… Par exemple ici, c'est le discours universitaire :

http://www.fabula.org/actualites/article21736.php

On se targue individuellement du discours psychanalytique, mais on soutient un discours qui en est aux antipodes. On fait des pétitions, on est dans la revendication de ses petits privilèges de maître… de conférence ou pas d'ailleurs, mais quid de l'inconscient, du ratage, du lapsus, de l'acte manqué, du désir dans toute son inhumanité, n'est-ce pas ? Dans toute son inanthropologie pourrait-on dire ici ! :wink:

La psychologie clinique ? Fliess, le “médicastre” disait Lacan !

Jacques Lacan a écrit:
À m'adresser à d'autres, je produirais d'emblée ce que ce terme implique de déchéance constituante pour le psychanalyste, à l'illustrer du cas originel. Fliess, c'est-à-dire le médicastre, le chatouilleur de nez, mais qui à cette corde prétend faire résonner les rythmes archétypiques, vingt et un jours pour le mâle, vingt-huit pour la femelle, très précisément ce savoir qu'on suppose fondé sur d'autres rets que ceux de la science qui à l'époque se spécifie d'avoir renoncé à ceux-là.

Cette mystification qui double l'antiquité du statut médical, voilà qui a suffi à creuser la place où le psychanalyste s'est logé depuis. Qu'est-ce à dire, sinon que la psychanalyse tient à celui qui doit être nommé le psychanalysant.


Proposition du 9 octobre 1967 dans sa première version !

Page 1 sur 6 Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
http://www.phpbb.com/