Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le Lun Mai 20, 2019 4:44 am



Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 Dans la famille Cullere : je n'demande pas à Monsieur si... 
Auteur Message

Inscription: Ven Sep 21, 2007 8:08 pm
Messages: 672
Localisation: Marseille
Message 
Citation:
M. Cullerre, il vous en faut combien de plus ? Allez, Dites-nous le, on fera ce qu’il faudra pour lever le doute.


ben Miss, ça y est? tu parles aux morts ? déjà qu'on nous sert de la pépite cuillere à la louche...

:) mfc


Jeu Jan 03, 2008 9:24 pm
Profil Site Internet

Inscription: Ven Sep 21, 2007 8:08 pm
Messages: 672
Localisation: Marseille
Message 
ouais d'accord mais à forte dose , ça fait un peu bu fait froid.
mfc


Ven Jan 04, 2008 12:12 am
Profil Site Internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Déc 03, 2006 9:55 pm
Messages: 516
Localisation: Sartrouville (78)
Message 
Bonsoir Miss

A propos du Marquis de Sade, n'est-ce pas sa morale (la sienne) qui l'a fait agir comme ça?

Amitiés
Ingrid


Ven Jan 04, 2008 12:23 am
Profil

Inscription: Sam Déc 02, 2006 11:54 pm
Messages: 541
Localisation: Paris17
Message 
Miss répéterait elle son discours pour la prochaine grande soirée de l'INREES ?

:wink:



Citation:
Qu'est-ce que l'INREES ?
L’Institut de Recherche sur les Expériences Extraordinaires se consacre à l’étude des expériences humaines inexplicables en l’état actuel de nos connaissances.

L’INREES a pour vocation de sensibiliser les professionnels en santé mentale, les médecins et les soignants en général, aux expériences extraordinaires que disent traverser un grand nombre de personnes.


Ven Jan 04, 2008 12:28 am
Profil Site Internet

Inscription: Jeu Aoû 09, 2007 8:12 pm
Messages: 487
Localisation: 67610
Message 
Ingrid a écrit:
Bonsoir Miss

A propos du Marquis de Sade, n'est-ce pas sa morale (la sienne) qui l'a fait agir comme ça?

Amitiés
Ingrid


DAF Sade était un grand écrivain et un philosophe... Il n'a jamais "mal" agi (à ma connaissance), au contraire...


Ven Jan 04, 2008 12:39 am
Profil Site Internet

Inscription: Sam Déc 02, 2006 11:54 pm
Messages: 541
Localisation: Paris17
Message 
miss a écrit :
Citation:
les seins se sont faits la valise


:lol: :lol: :lol:


Ven Jan 04, 2008 12:39 am
Profil Site Internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Déc 03, 2006 9:55 pm
Messages: 516
Localisation: Sartrouville (78)
Message 
am13 a écrit:

Il n'a jamais "mal" agi (à ma connaissance), au contraire...


Oui et non Am13.

Bonne soirée
Ingrid


Ven Jan 04, 2008 1:10 am
Profil

Inscription: Jeu Aoû 09, 2007 8:12 pm
Messages: 487
Localisation: 67610
Message 
C'est bien pour ça que je m'intéresse à la psychanalyse, Miss ! Car les limites, les bords et les trous, c'est de son ressort !

Néanmoins, certains grands écrivains se sont penchés sur l'oeuvre sadienne... Je pense à Bataille, Blanchot, aujourd'hui, la spécialiste Annie Lebrun, et mon préféré Christian Prigent...

Personnellement, c'est surtout le rôle de la parole dans les écrits sadiens qui m'intéresse, et par elle, comment y vient l'obscène...
En tout cas, force est de constater à quel point la littérature a inspiré Freud et Lacan, sans que ce soit forcément au détriment de la clinique... Interaction et interdisciplinarité...

Si vous voulez parler de lois, c'est plus épineux, mais je crois que "Kant avec Sade" est très éclairant là-dessus.
Et surtout, ne pas confondre lois et morale. Cette dernière est du ressort de la métaphysique...


Ven Jan 04, 2008 3:26 pm
Profil Site Internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Déc 03, 2006 9:55 pm
Messages: 516
Localisation: Sartrouville (78)
Message 
Bonjour Am13

Comment répondre à ce que vous écrivez quand vous dites qu’il n’a jamais « mal » agi, et comment répondre en bien ou en mal ?
Comment Sade pensait avoir agit lui ?

Un pervers peut très bien être un grand écrivain et philosophe, et même qu’il peut nous fasciner et être attachant, être gentil…, ça n’empêche pas.

J’ai l’impression, mais peut-être que je n’ai rien compris, que c’est difficile de ne pas répondre en fonction de sa morale (c’était un peu le sens de ma question) et des lois que nous avons intégrées ou pas justement.

Amitiés, Ingrid


Ven Jan 04, 2008 4:54 pm
Profil

Inscription: Sam Nov 17, 2007 7:39 am
Messages: 157
Message 
pfffff, ça me démange trop !!! et c'est pô bon pour mon ça, qu'y m'a dit mon n anal yste!!!

qu'est ce qu'on lui demande à ce mister cullere... ??? hein, hein?? s'il s'est lavé le Q hier, ou s'il s'est lavé la q... hier ??? (rhoooo, GDS, t'aurais pô dû, l'aurait pô fallussssss!!!! ) :oops: :oops: :oops:

_________________
G D S


Ven Jan 04, 2008 8:32 pm
Profil

Inscription: Jeu Aoû 09, 2007 8:12 pm
Messages: 487
Localisation: 67610
Message 
Merci Miss.

D'accord sur ce que vous dites. Et puis, le Bien, il continuera tjs de poser problème, on n'en a pas fini avec...

Par contre, je ne sais pas si c'est dû au fait que j'ai tenté de le regarder à la TV, mais, pour moi, La Grande Bouffe est le ratage du siècle ! C'est l'un des seuls films que j'ai abandonné avant la moitié (j'ai sûrement manqué le plus important, je sais !)... Peut-être est-ce surtout l'esthétique exécrable qui m'a rebuté... :(


Sam Jan 05, 2008 6:31 pm
Profil Site Internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Nov 01, 2006 1:01 pm
Messages: 1115
Localisation: Paris
Message 
am13 a écrit:
La Grande Bouffe est le ratage du siècle !


Ça c'est de l'objet petit a ! :wink:


Sam Jan 05, 2008 7:51 pm
Profil Site Internet

Inscription: Jeu Aoû 09, 2007 8:12 pm
Messages: 487
Localisation: 67610
Message 
Je n'ai pas dit que j'aime l'esthétique sadienne, et ce n'est pas le cas. Néanmoins, j'y trouve un grand intérêt.

Peut-être qu'exécrable est mal choisi : j'aime l'horreur du sublime (chez Lynch, par exemple)... Je voulais dire : filmiquement, je trouve cela trop médiocre pour que l'on puisse saisir ces "dessous"...
Et oui, l'esthétique fellinienne m'attire assez peu.


Sam Jan 05, 2008 8:28 pm
Profil Site Internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Nov 01, 2006 1:01 pm
Messages: 1115
Localisation: Paris
Message 
Miss a écrit:
J'avais écrit un truc pour le blog de cb qui évoque Jung.


Caisse ?


Sam Jan 05, 2008 8:57 pm
Profil Site Internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Déc 03, 2006 9:55 pm
Messages: 516
Localisation: Sartrouville (78)
Message 
Re bonsoir Am 13

Je n'arrivais pas à retrouver le fil.

Du coup, ça m'a fait repenser à quelquechose que j'ai retrouvé.
Comme vous semblez en savoir beaucoup sur Sade, certainement que vous connaissez cet article.

Amitiés :)
Ingrid


" Littérature. Comment ça s'écrit

Un amour de Sade
http://www.liberation.fr/page.php?Article=343287

par Mathieu LINDON
QUOTIDIEN : jeudi 08 décembre 2005

«Je jure au marquis de Sade, mon amant,
de n'être jamais qu'à lui...»
Présenté et édité par Maurice Lever. Fayard,
132pp., 20 €.

Est-ce calomnier le marquis de Sade qu'en dire du bien ? Est-ce diffamer l'homme, ses vingt-sept années de prison et son oeuvre dont Maurice Blanchot, dans un texte célèbre, a écrit que, «dans ce monde si relatif de la littérature», elle constitue «un véritable absolu» ? Si le nom de l'écrivain, avec les mots qu'il a engendrés dans la langue courante («sadisme», «sadique»), est associé au sexe, il ne l'est guère à l'amour. Cette dissociation quasi totale semble même au coeur de son génie, quand bien même on connaît le dévouement de sa femme (mais on sait aussi comment il en usa). Les lettres inédites, du marquis et de ses correspondants, que publie aujourd'hui Maurice Lever, la façon dont il les met en scène et les commentaires qu'il en fait, montrent Sade non comme sujet assoiffé de jouissance mais comme objet d'amour, ce qui est très différent.

Le titre du livre est curieux. Est étonnant aussi le texte dont il est extrait, une lettre du 15 septembre 1769 (Sade est né en 1740 et mort en 1814) provenant d'Anne-Prospère de Launay, soeur de l'épouse de l'écrivain et donc sa belle-soeur à lui, et retrouvée par le chercheur dans les archives familiales (1). La voici en entier :

«Je jure à M. le marquis de Sade, mon amant, de n'être jamais qu'à lui, de ne jamais ni me marier, ni me donner à d'autres, de lui être fidèlement attachée, tant que le sang dont je me sers pour sceller ce serment coulera dans mes veines [la lettre, signale Maurice Lever, est effectivement signée avec du sang, ndlr]. Je lui fais le sacrifice de ma vie, de mes amours et de mes sentiments, avec la même ardeur que je lui ai fait celui de ma virginité, et je finis ce serment par lui jurer que si d'ici à un an, je ne suis pas chanoinesse et par cet état, que je n'embrasse que pour être libre, de vivre avec lui et de lui consacrer tout, je lui jure, dis-je, que si ce n'est pas, de le suivre à Venise où il veut me mener, d'y vivre éternellement avec lui comme sa femme. Je lui permets en outre de faire tout l'usage qu'il voudra contre moi dudit serment, si j'ose enfreindre la moindre clause par ma volonté ou mon inconscience.»

En 1769, Anne-Prospère de Launay vient de rencontrer son beau-frère, et elle a dix-sept ans.

Maurice Lever commente ainsi la liaison entre la jeune femme et l'écrivain. «Vierge et pénétrée des principes religieux, presque religieuse elle-même, de surcroît soeur de sa femme, elle s'offre comme l'incarnation idéale de la pureté promise à la déchéance. Par elle, se réalise dans sa plénitude le viol des interdits, la chute de l'ange, autrement dit l'un des thèmes obsessionnels de l'univers sadien. Inceste, profanation, dégradation, blasphème, sacrilège : tout s'accorde, en vérité, pour conduire à son paroxysme la rêverie érotique de Donatien. Mlle de Launay préfigure l'infinie pureté de Justine sortant du couvent des Penthémonts pour être livrée aux plus infamantes souillures ; elle répond délicieusement au cri désespéré de Sade vers la virginité inaccessible. Sade a toujours préféré la fureur de jouir au simple bonheur d'être. Sa liaison avec Anne-Prospère marque l'un des rares moments où se concilient ces deux principes, et où le plaisir du corps coïncide avec la délectation de l'âme.» Car, à en croire Maurice Lever, Sade aussi est amoureux, un temps. Et c'est même cette liaison dans la famille qui fera que la belle-mère de l'écrivain, la présidente de Montreuil si détestée des sadiens, après avoir si longtemps protégé son gendre, le lâche en 1772 dans l'affaire des prostituées de Marseille. Mlle de Launay, en revanche, lui reste fidèle conformément à son serment et est, prouve Maurice Lever, la compagne qui accompagne Sade à Venise en septembre 1772 et qu'il fait passer pour sa femme, tandis que, le mois suivant, elle le quitte, après qu'il la trompe avec une nouvelle compagne qu'il présente alors comme sa belle-soeur. Sade écrit alors une lettre désespérée à son amoureuse et tâche de se tuer, sans succès il est vrai, mais reste quand même dix jours «entre la vie et la mort». «Oui, le marquis de Sade a bel et bien tenté de se donner la mort. Et par désespoir amoureux», écrit Maurice Lever.

Le livre n'est pas entièrement consacré à la relation entre Sade et sa belle-soeur, il y a aussi des lettres inédites à sa femme et d'autres d'un camarade de prison au marquis qui regorgent d'amitié. On peut lire aussi des «Notes extraites du "Portefeuille" du marquis de Sade» où on trouve des aphorismes : «Galilée fut persécuté pour avoir découvert les secrets du ciel ; des ignorants furent ses bourreaux. Je le suis pour avoir révélé les mystères de la conscience des hommes, et des sots me tyrannisent. L'esprit, la science et l'imagination seront toujours le désespoir des gens stupides.» Et des épigraphes. A propos de sa belle-famille : «Hélas ! Ne point avoir de vices apparents,/ C'est la seule vertu qu'ont ici bien des gens.» Il rédige aussi sa propre épitaphe, parlant de lui, comme le veut le genre, à la troisième personne, en des vers à la lucidité inattaquable et cependant contraires au ton de son fameux testament («je me flatte que ma mémoire s'effacera de l'esprit des hommes») quand il parle de son oeuvre : «Il en fit assez pour sa gloire/Et beaucoup trop pour son repos.»

(1) Pierre Leroy a publié en 2003 chez Gallimard «Anne-Prospère de Launay : l'amour de Sade», qui n'a pas convaincu Maurice Lever »


Sam Fév 16, 2008 12:22 am
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 36 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron