Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le Mer Juil 17, 2019 12:25 pm



Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
 Dans la famille Cullere : je n'demande pas à Monsieur si... 
Auteur Message

Inscription: Sam Nov 17, 2007 7:39 am
Messages: 157
Message 
Citation:
Pourtant, quand elle baigne, la croix porte plutôt joliment

pitin, je paierais, mouaaa, pour porter du lacroix comme labègue :wink: !!
Citation:
Faut-il donc ne parler qu'à la troisième personne ou à l'infinitif?
ben je croyais que onc'était pô bon non plus :P
Citation:
Ca ne m’empêche pas en même temps de parler en mon nom, et j’ai l’impression même de trop le faire
et tu le fais si joliment que c'est tj un plaisir de te lire..... au fait, j'ai aimé te rencontrer :D
Citation:
C'est que ça a dû sacrément jaspiner...
pô du tout, miss :P
je veux bien que Master ait la santé, mais quand mêmeuuuhhh!!! :lol:
on a juste "jas"..... :wink: :wink:

_________________
G D S


Dim Fév 17, 2008 7:33 pm
Profil
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Nov 01, 2006 1:01 pm
Messages: 1115
Localisation: Paris
Message 
grain de sable a écrit:
Citation:
C'est que ça a dû sacrément jaspiner...
pô du tout, miss :P
je veux bien que Master ait la santé, mais quand mêmeuuuhhh!!! :lol:
on a juste "jas"..... :wink: :wink:


Ouaip !!! Te voilà donc revenue mon petit GDS ! Heureuse qui comme GDS a fête un bon voyage ! Enfin pour la fête, on attendra un peu hein ? AM13 :wink: et MFC :wink: et Miss aussi j'espère ! :wink:



PS :
Ingrid a écrit:
Serge Gainsbourg disait : « Je connais mes limites. C'est pourquoi je vais au-delà. »


Yessssss 8)


Dim Fév 17, 2008 8:01 pm
Profil Site Internet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Déc 03, 2006 9:55 pm
Messages: 516
Localisation: Sartrouville (78)
Message 
grain de sable a écrit:
et tu le fais si joliment que c'est tj un plaisir de te lire..... au fait, j'ai aimé te rencontrer :D


Moi aussi Grain de Sable, ça m’a fait plaisir de te rencontrer.

Le souci est de risquer de finir par trop s’exposer.
C'est comme se sentir toute nue.
C’est comme s’il n’y avait plus du tout d’intimité, entre s’exhiber et l’intrusion de l’autre.

Bises
Ingrid


Lun Fév 18, 2008 12:40 am
Profil

Inscription: Jeu Aoû 09, 2007 8:12 pm
Messages: 487
Localisation: 67610
Message 
Ingrid a écrit:
grain de sable a écrit:
et tu le fais si joliment que c'est tj un plaisir de te lire..... au fait, j'ai aimé te rencontrer :D


Moi aussi Grain de Sable, ça m’a fait plaisir de te rencontrer.

Le souci est de risquer de finir par trop s’exposer.
C'est comme se sentir toute nue.
C’est comme s’il n’y avait plus du tout d’intimité, entre s’exhiber et l’intrusion de l’autre.

Bises
Ingrid


Je crois que trop de gens oublient que l'intimité, au fond, est peu comme le tonneau des Danaïdes... Il reste toujours une parcelle secrète de notre jardin intérieur... Personne ne nous dévoile, personne ne nous comprend complètement. Je me dis souvent que, de toute façon, il reste tant à découvrir : autant en montrer, en exhiber... N'est-ce pas ça le danger, la plupart du temps ? Ne pas assez montrer de soi parce que l'on oublie que ce 'soi' est un trésor inépuisable de mystère et de secrets...
Tout ça pour dire qu'il ne faut pas oublier que notre inconscient est un vide immense (c'est-à-dire inimaginable), et que nous sommes très loin d'en avoir exposer toutes les énigmes. Nous l'oublions car, nous sommes pris au piège du monde : pour nous aussi, le secret perdure.
On croit tout donner, tout exposer, et puis... On se rend compte qu'il reste de l'incompréhensible en nous, quelque chose sur nous que seul nous avons découvert... Ainsi, nous survivons en une solitude retrouvée.

(dsl Miss, pour le 'nous'...)


Lun Fév 18, 2008 12:57 am
Profil Site Internet
Message 
Je m'offre à chacun comme sa récompense ;
Je vous la donne même avant que vous l'ayez méritée.

Il y a quelque chose en moi,
Au fond de moi, au centre de moi,
Quelque chose d'infiniment aride
Comme le sommet des plus hautes montagnes ;
Quelque chose de comparable au point mort de la rétine,
Et sans écho,
Et qui pourtant voit et entend :
Un être ayant une vie propre, et qui, cependant,
Vit toute ma vie, et écoute, impassible,
Tous les bavardages de ma conscience.

Un être fait de néant si c'est possible,
Insensible à mes souffrances physiques,
Qui ne pleure pas quand je pleure,
Qui ne rit pas quand je ris,
Qui ne rougit pas quand je commets une action honteuse,
Et qui ne gémit pas quand mon cœur est blessé ;
Qui se tient immobile et ne donne pas de conseils,
Mais semble dire éternellement :
« Je suis là, indifférent à tout. »

C'est peut être du vide comme est le vide,
Mais si grand que le Bien et le Mal ensemble
Ne le remplissent pas.
La haine y meurt d'asphyxie,
Et le plus grand amour n'y pénètre jamais.

Prenez donc tout de moi : le sens de ces poèmes,
Non ce qu'on lit, mais ce qui paraît au travers malgré moi :
Prenez, prenez, vous n'avez rien.
Et où que j'aille, dans l'univers entier,
Je rencontre toujours,
Hors de moi comme en moi,
L'irremplissable Vide
L'inconquérable Rien.

Le don de soi-même. Valéry Larbaud

:roll:


Lun Fév 18, 2008 4:47 pm

Inscription: Ven Sep 21, 2007 8:08 pm
Messages: 672
Localisation: Marseille
Message 
Il est beau ce poème. Merci Tootsie

:) mfc


Lun Fév 18, 2008 7:41 pm
Profil Site Internet
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 36 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron