Psychanalyse-Paris.com Abréactions Associations : 8, rue de Florence - 75008 Paris | Tél. : 01 45 08 41 10
Accueil > Bibliothèques > Bibliothèque Psychiatrie > Restif de la Bretonne fut-il fétichiste ?

Louis Barras

Restif de la Bretonne fut-il fétichiste ?

Archives d’Anthropologie criminelle (1913)

Date de mise en ligne : mardi 3 juillet 2007

Mots-clés : ,

Archives d’Anthropologie criminelle, de médecine légale et de psychologie normale et pathologique, « Restif de la Bretonne fut-il fétichiste ? », t. XXVIIIe, Ed. Masson et Cie, Paris, 1913, pp. 384-385.

Restif de la Bretonne fut-il fétichiste ?
Dr Louis BARRAS,
le Fétichisme : Restif de la Bretonne fut-il fétichiste ?
Un vol. in-8° de 174 pages,
avec préface de John Grand-Carteret,
Maloine, Paris, 1913.

Dans la première partie de la thèse l’auteur fait une étude du fétichisme, réunissant tout ce que la littérature médico-légale a produit de plus important à ce sujet.

On s’est attaché surtout — disséquant avec un grand soin les observations — à faire de cette perversion de l’instinct sexuel un exposé analytique, didactique, de façon à en bien mettre en relief les symptômes, les formes cliniques et le diagnostic.

Sur ce dernier point, on insiste particulièrement : « Au point de vue médical — dit M. J. Grand-Carteret, dans la préface qu’il a écrite pour celte étude sur un maître de l’amour qu’il a puissamment contribué à faire connaître et aimer — il importait d’établir, une fois pour toutes, ce qui différencie le fétichisme normal amoureux, le “fétichisme de tout le monde”, comme vous le qualifiez, du fétichisme maladif. »

On a voulu démontrer qu’il n’y a aucun rapport entre le fétichisme de M. Poirier ou de M. Homais, qui n’intéresse que les psychologues, et le fétichisme des malades, dont Sérieux, Charcot et Magnan, Garnier ont rapporté les observations.

Ayant ainsi donné de ce syndrome de dégénérescence une idée claire et distincte, il devient logique de faire l’étude critique des diverses thèses dans lesquelles on a accusé Restif d’une tare qu’il n’a pas eue.

Telle est, dans ses grandes lignes, l’armature de ce travail.

Mais à son occasion, ii a semblé que l’on devait faire quelques considérations générales qui intéressent les philosophes et les lettrés.

À ce point de vue, il faut citer le chapitre de la pathogénie du fétichisme, celui qui ouvre l’étude du prétendu fétichisme de Restif, et, enfin, les conclusions.

En ces divers endroits, on s’élève contre l’abus que l’on a fait un peu partout des mots et des choses de la médecine.

« On demande, comme le remarque M. J. Grand-Carteret, aux médecins d’abord de ne pas cataloguer comme anormal ce qui est normal ; ensuite de ne pas porter des jugements sur les individualités qu’ils dissèquent physiquement et moralement, sans connaître et, en tout cas, sans avoir cherché à étudier l’ambiance au milieu de laquelle ces individualités ont évolué. »

Nulle part, en effet, on n’a plus abusé de la terminologie qu’en pathologie nerveuse et en pathologie mentale, et il suffit de présenter un symptôme ou un semblant de symptôme pour être accusé de la plus horrible des tares par des médecins qui font souvent preuve, par ainsi, plus de fantaisie intelligente que de science et de raisonnement.

On s’efforce de démontrer qu’il importe de ne pas s’empresser de cataloguer, comme malades, comme névrosés, tous ceux qui ne sont pas selon la majorité, selon la moyenne. Et, empruntant à Huysmans ces expressions, on établit qu’entre « le commun des hommes dont les sens sont bourgeois » et les malades, il y a place pour les raffinés « aux sens exercés par la littérature et par l’art ».

C’est parce que l’on n’a pas assez tenu compte de cela, que l’on a considéré comme anormaux des écrivains ou des artistes dont la seule anomalie est de n’avoir pas ressemblé à leur concierge ou à leur épicier.

Il serait à souhaiter que ce travail de révision, de mise au point, auquel on s’est employé à l’occasion de Nicolas-Edme Restif de la Bretonne, fut fait pour bien d’autres écrivains ou artistes.

Z.

P.-S.

Texte établi par PSYCHANALYSE-PARIS.COM à partir de l’article publié dans les Archives d’Anthropologie criminelle, de médecine légale et de psychologie normale et pathologique, « Restif de la Bretonne fut-il fétichiste ? », t. XXVIIIe, Ed. Masson et Cie, Paris, 1913, pp. 384-385.

Lire sur EROS-THANATOS.COM :
- Restif de La Bretonne, « Le Joli Pied », Les contemporaines, ou Aventures des plus jolies femmes de l’âge présent : les contemporaines mêlées ; édition précédée de la vie de Restif, d’une étude sur Restif écrivain, son oeuvre et sa portée, d’une bibliographie raisonnée de ses ouvrages, et de notes, par J. Assezat, Éd. J. Assezat, Paris, 1884, pp. 305-330.
- Restif de La Bretonne, « L’Honneur éclipsé par l’Amour », Les contemporaines, ou Aventures des plus jolies femmes de l’âge présent : les contemporaines mêlées ; édition précédée de la vie de Restif, d’une étude sur Restif écrivain, son oeuvre et sa portée, d’une bibliographie raisonnée de ses ouvrages, et de notes, par J. Assezat, Éd. J. Assezat, Paris, 1884, pp. 179-188.

Partenaires référencement
Psychanalyste Paris | Psychanalyste Paris 10 | Psychanalyste Argenteuil 95
Annuaire Psychanalyste Paris | Psychanalystes Paris
Avocats en propriété intellectuelle | Avocats paris - Droits d'auteur, droit des marques, droit à l'image et vie privée
Avocats paris - Droit d'auteur, droit des marques et de la création d'entreprise