Psychanalyse-Paris.com Abréactions Associations : 8, rue de Florence - 75008 Paris | Tél. : 01 45 08 41 10
Accueil > Bibliothèques > Livres > Psychopathia Sexualis > Les zones érogènes, l’instinct sexuel et l’éjaculation

Richard von Krafft-Ebing

Les zones érogènes, l’instinct sexuel et l’éjaculation

Psychopathia Sexualis : II. — Faits physiologiques

Date de mise en ligne : jeudi 10 avril 2008

Mots-clés : , , ,

Richard von Krafft-Ebing, Études médico-légales : Psychopathia Sexualis. Avec recherche spéciales sur l’inversion sexuelle, Traduit sur la 8e édition allemande par Émile Laurent et Sigismond Csapo, Éd. Georges Carré, Paris, 1895.

II
FAITS PHYSIOLOGIQUES

Maturité sexuelle. — La limite d’âge dans la vie sexuelle. — Le sens sexuel. — Localisation. — Le développement physiologique de la vie sexuelle. — Érection. — Le centre d’érection. — La sphère sexuelle et le sens olfactif. — La flagellation comme excitant des sens. — La secte des flagellants. — Le Flagellum salutis de Paullini. — Zones érogènes. — L’empire sur l’instinct sexuel. — Cohabitation. — Éjaculation.

Il y a, chez la femme ainsi que chez l’homme, d’autres régions et organes érectibles qui peuvent produire l’érection, l’orgasme et même l’éjaculation. Ces « zones érogènes » sont chez la femme, tant qu’elle est virgo, le clitoris, et, après la défloration, le vagin et le col de l’utérus.

Le mamelon surtout semble avoir un effet érogène chez la femme. La titillatio hujus regionis joue un rôle important dans l’Ars erotica. Dans son Anatomie topographique (édition de 1865, p. 552), Hyrtl cite Valentin Hildenbrandt qui avait observé, chez une jeune fille, une anomalie particulière du penchant sexuel, qu’il appelait suctusstupratio. Cette jeune fille s’était laissé téter les mamelons par son galant. Bientôt, en tirant, elle arriva à pouvoir les sucer elle-même, ce qui lui causait les sensations les plus agréables. Hyrtl rappelle, à ce propos, qu’on voit quelquefois des vaches qui tètent leurs propres tétines.

L. Brunn (Zeitg f. Litteratur, etc., d. Hamburger Correspondenten) fait remarquer, dans une étude intéressante sur « La sensualité et l’amour du prochain », avec quel zèle la mère qui nourrit elle-même son nourrisson, s’occupe de faire téter l’enfant. Elle le fait, dit-il, « par amour pour l’être faible, incomplet, impuissant ».

Il est tout indiqué de supposer, qu’en dehors des mobiles éthiques dont nous venons de faire mention, que le fait de donner à téter à l’enfant produit peut-être une sensation de plaisir charnel et joue un rôle assez important. Ce qui plaide en faveur de cette hypothèse, c’est une observation de Brunn, observation très juste en elle-même, bien que mal interprétée. Il rappelle que, d’après les observations de Houzeau, chez la plupart des animaux, la tendresse intime entre la mère et l’enfant n’existe que pendant la période de l’allaitement et qu’elle fait place, plus tard, à une indifférence complète.

Le même fait (l’affaiblissement de l’affection pour l’enfant après le sevrage) a été observé par Bastian chez certains peuples sauvages.

Dans certains états pathologiques, ainsi que cela ressort de la thèse de doctorat de Chambard, des endroits du corps voisins des mamelles (chez les hystériques) ou des parties génitales peuvent jouer le rôle de zones érogènes.

Chez l’homme, la seule zone érogène, au point de vue physiologique, c’est le gland et peut-être aussi la peau des parties extérieures des organes génitaux. Dans certains cas pathologiques, l’anus peut devenir érogène — cela expliquerait l’auto-masturbation anale, cas très fréquent, et la pédérastie passive (Comparez Garnier, Anomalies sexuelles, Paris, p. 514, et A. Moll, L’Inversion sexuelle, p. 163).

Le processus psychophysiologique qui forme le sens sexuel, est ainsi composé :
- 1º Représentations évoquées par le centre ou par la périphérie ;
- 2º Sensations de plaisir qui se rattachent à ces évocations.

Il en résulte le désir de la satisfaction sexuelle (libido sexualis). Ce désir devient plus fort à mesure que l’excitation du cône cérébral, par des images correspondantes et par l’intervention de l’imagination, accentue les sensations de plaisir, et que, par l’excitation du centre d’érection et l’hyperhémie des organes génitaux, ces sensations de plaisir sont poussées jusqu’aux sensations de volupté (sécrétion de liquor prostaticus dans l’urèthre, etc.).

Si les circonstances sont favorables à l’accomplissement de l’acte sexuel et satisfont l’individu, il cédera au penchant qui devient de plus en plus vif. Dans le cas contraire, il se produit des idées qui font cesser le rut, entravent la fonction du centre d’érection et empêchent l’acte sexuel.

Les idées qui arrêtent les désirs sexuels doivent être à la portée de l’homme civilisé, chose importante pour lui. La liberté morale de l’individu dépend, d’une part, de la puissance des désirs et des sentiments organiques qui accompagnent la poussée sexuelle ; d’autre part, des idées qui lui opposent un frein.

Ces deux éléments décident si l’individu doit ou non aboutir à la débauche et même au crime. La constitution physique et, en général, les influences organiques exercent une puissante action sur la force des éléments impulsifs ; l’éducation et la volonté morale sont les mobiles des idées de résistance.

Les forces impulsives et les forces d’arrêt sont choses variables. L’abus de l’alcool produit à ce sujet une influence néfaste, puisqu’il éveille et augmente le libido sexualis et diminue en même temps la force de résistance morale.

LA COHABITATION [1]

La condition fondamentale pour l’homme, c’est une érection suffisante. Anjel fait observer (Archiv für Psychiatrie, VIII, H. 2) avec raison que, dans l’excitation sexuelle, ce n’est pas seulement le centre d’érection qui est excité, mais que l’excitation nerveuse se répand sur tout le système vaso-moteur des nerfs. La preuve en est : la turgescence des organes pendant l’acte sexuel, l’injection des conjunctiva, la proéminence des bulbes, la dilatation des pupilles, les battements du cœur (par paralysie des nerfs vaso-moteurs du cœur qui viennent du sympathique du cou, ce qui produit une dilatation des artères du cœur et ensuite l’hyperhémie et un plus fort ébranlement des ganglions cardiaques). L’acte sexuel va de pair avec une sensation de volupté qui, chez l’homme, est probablement provoquée par le passage du sperme à travers les canaux éjaculateurs dans l’urèthre, effet de l’excitation sensible des parties génitales. La sensation de volupté se produit chez l’homme plus tôt que chez la femme, s’accroît comme une avalanche au moment où l’éjaculation commence et atteint son maximum au moment de l’éjaculation complète, pour disparaître rapidement post ejaculationem.

Chez la femme la sensation de volupté se manifeste plus tard, s’accroît lentement, et subsiste dans la plupart des cas après l’éjaculation.

Le fait le plus décisif dans la cohabitation, c’est l’éjaculation. Cette fonction dépend d’un centre (génito-spinal) dont Budge a démontré l’existence et qu’il a placé à la hauteur de la quatrième vertèbre lombaire. Ce centre est un centre réflexe, il est excité par le sperme qui, à la suite de l’excitation du gland, est poussé par phénomène réflexe hors des vésicules séminales dans la portion membraneuse de l’urèthre. Quand ce passage de la semence, qui a lieu avec une sensation de volupté croissante, représente une quantité suffisante pour agir assez fortement sur le centre d’éjaculation, ce dernier entre en action. La voie motrice du réflexe se trouve dans le quatrième et le cinquième nerf lombaire. L’action consiste dans une agitation convulsive du muscle bulbo-caverneux (innervé par les troisième et quatrième nerfs sacrés) et ainsi le sperme est projeté au dehors.

Chez la femme aussi il se produit un mouvement réflexe quand elle se trouve au maximum de l’agitation sexuelle et voluptueuse. Il commence par l’excitation des nerfs sensibles des parties génitales et consiste en un mouvement péristaltique dans les trompes et l’utérus jusqu’à la portio vaginalis, ce qui fait sortir la glaire tubaire et utérine.

Le centre d’éjaculation peut être paralysé par des influences venant de l’écorce cérébrale (coït à contre-cœur, en général émotions morales, et quelque peu par influence de la volonté).

Dans les conditions normales, l’acte sexuel terminé, l’érection et le libido sexualis disparaissent, et l’excitation psychique et sexuelle fait place à une détente agréable.

P.-S.

Texte établi par PSYCHANALYSE-PARIS.COM d’après l’ouvrage de Richard von Krafft-Ebing, Études médico-légales : Psychopathia Sexualis. Avec recherche spéciales sur l’inversion sexuelle, Traduit sur la 8e édition allemande par Émile Laurent et Sigismond Csapo, Éd. Georges Carré, Paris, 1895.

Notes

[1Comparez Roubaud : Traité de l’impuissance et de la stérilité, Paris, 1878.

Partenaires référencement
Psychanalyste Paris | Psychanalyste Paris 10 | Psychanalyste Argenteuil 95
Annuaire Psychanalyste Paris | Psychanalystes Paris
Avocats en propriété intellectuelle | Avocats paris - Droits d'auteur, droit des marques, droit à l'image et vie privée
Avocats paris - Droit d'auteur, droit des marques et de la création d'entreprise